Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 décembre 2007 1 10 /12 /décembre /2007 19:04

On aurait toutes pu le faire...

Série créée par Matt Cherry
Etats-Unis
Première diffusion : 2004

Série achevée en huit saisons.


Avec :
 Teri Hatcher : Susan Mayer
 Felicity Huffman : Lynette Scavo
 Marcia Cross : Bree Van De Kamp (puis Bree Hodge)
 Eva Longoria Parker : Gabrielle Solis (puis Gabrielle Lang)
 Nicollette Sheridan : Edie Britt
 Ricardo Antonio Chavira : Carlos Solis
 James Denton : Mike Delfino
 Doug Savant : Tom Scavo
 Richard Burgi : Karl Mayer
 Kyle MacLachlan : Orson Hodge
Et beaucoup d'autres...

ROUGEE-1.jpg

  Desperate Housewives est une de ses séries originales que notre époque a su développer pour notre plus grand plaisir. Les héros de cette série sont des héroïnes sans pour autant basculer dans la soupe de sitcoms romantiques ni se réserver à un public féminin. Ces héroïnes sont confrontées à un sujet peu abordé à la télévision : les aléas de la vie au foyer.
  La série commence sur le suicide de Mary-Alice Young, une femme bien sous tous rapports. D'outre-tombe, elle commente la vie de ses quatre amies et voisines, face à la vie du quartier et aux ragots qu'elle comporte, face à leurs propres problèmes et face aux interrogations sur les causes du suicide de leur amie.
  Desperate Housewives plait selon moi pour quatre raisons. Premièrement, elle allie les genres pour tirer de chaque type de série le meilleur. Si on lorgne parfois du côté de Melrose Place par des intrigues amoureuses ou familiales difficiles, les fils-rouges policiers nous ramènent plutôt dans la tradition des séries à suspense. Tandis que l'humour contrebalance le dosage avec des dialogues et situations savoureux.
  En somme notre quator délicieux de femmes au foyer sont comme nous confrontées à un quotidien pesant capable de nous pousser au suicide, mais également à des situations assez acabradabrantesques pour pimenter le suspense : le quartier abrite en effet toutes les affaires de faits-divers possibles. Un mélange détonnant, mais plutôt bien mené.
http://www.1serie1avisgolri.com/wp-content/uploads/2013/12/desperate-paapoonaisie.jpg  Deuxièmement, les personnages de la série sont excellents. Contrairement aux séries habituelles, elles sont loin d'être parfaites et ont leurs propres secrets et défauts. Qui les rendent plus humaines et attachantes. Les femmes de ce quartier sont autant de situations sociales, de styles de vie et de personnalités ; tant et si bien que le mélange s'avère d'autant plus détonnant. Mention spéciale aux personnages secondaires, souvent (re)mis en place dans l'introduction des épisodes.
  Ces introductions font partie de la troisième qualité de la série : la structure homogène. L'intrigue très bien écrite va en effet de pair avec une structure bien définie de l'épisode, allant d'une intro amenant un thème global, illustré par les situations des personnages durant l'épisode, et ramené par une conclusion un poil moralisante. Cela va de pair aussi avec certains jolis effets visuels, rares mais sympas, et une image vraiment belle. Et ce générique made by Danny Elfman...
  Enfin, quatrième qualité : Desperate Housewives ose aborder des thèmes modernes de la vie quotidienne et familiale sans passer par les stéréotypes habituels. Si Andrew est vite considéré comme un drogué immoral et homosexuel par sa mère ultra-conservatrice Bree, notre attachement au personnage fait qu'on ne s'arrête pas à cette conclusion. Beaucoup de questions sociales sont ainsi soulevées, devant lesquelles l'attitude convenue de nos héroïnes banales nous fait réfléchir sur nos propres réactions : l'homosexualité, la prostitution, le sexisme, l'adultère, l'intolérance, les potins, la violence, l'alcolisme, la drogue, la deuxième chance accordée aux anciens détenus, etc.
  Et le suicide évidemment, avec ce thème plus ou moins récurrent depuis la première saison : elles auraient toutes eu leurs raisons pour passer à l'acte. Si ça évoque pas le grand malaise de notre société contemporaine, je ne sais pas ce qu'il faut.


http://img.tvmag.lefigaro.fr/ImCon/Arti/68346/desperatehousewives350.jpg

Saison 1
  La saison débute avec le suicide de Mary-Alice, qui, morte, commentera les vies de son quartier et en particulier de ses quatre amies et voisines Susan, Lynette, Bree et Gabrielle. Susan est une divorcée gaffeuse et fleur-bleue, qui est élevée par sa fille plus qu'elle ne l'élève. Lynette est une femme à fort caractère, qui a abandonné une carrière professionnelle enthousiasmante pour un poste de mère de famille beaucoup moins agréable. Bree est une femme carrée, maniaque et stricte, qui a du mal à se faire respecter de son fils Andrew et à sauver sa relation avec son mari Rex. Quant à Gaby, c'est une ancienne mannequin dont le mari ne s'occupe que trop peu mais lui offre tout ce qu'elle va, et qu'un jeune amant empêche de déprimer dans sa maison de verre.
  Chacune va voir sa vie évoluer, sa famille se disloquer ou son moral s'effriter, mais ses amies être là. Aussi sombre soit-elle, cette première saison accentue tous ces sujets par un humour ravageur, tant dans les situations que dans les personnalités extrêmes des héroïnes. Qui en deviennent presque touchantes : en témoigne Bree quand son masque s'effondre...
  Quant au suicide de Mary-Alice, il ouvre un mystère auquel semble appartenir le charmant plombier sur lequel Susan a jeté son dévolu, la voisine manipulatrice, ou encore les froids et sombres mari et fils de la défunte. Un mystère qui va peu à peu s'éclaircir et s'épaissir à la fois.
  Première saison tout à fait charmante pour cette série qui mélange les genres et reste extrêmement attachante. Si le fil rouge est bien mené, il n'atteint pas le suspense addictif de la première saison de Lost, mais il n'empêche que les tribulations de ces femmes désespérées sont si réjouissantes qu'on ne saurait s'en passer après y avoir goûté...


Saison-1.jpgListe des épisodes de la saison 1 :
 1x01 Pilot (Ironie du sort)
 1x02 Ah, but underneath (Premier round)
 1x03 Pretty little picture (le dîner)
 1x04 Who's that woman ? (Amante, épouse et victime)
 1x05 Come in, stranger (La peur au ventre)
 1x06 Running to stand still (Champ de bataille)
 1x07 Anything you can do (Chaque victoire a un prix)
 1x08 Guilty (Nous sommes tous des pêcheurs)
 1x09 Suspicious minds (Démons intérieurs)
 1x10 Come back to me (Confiance perdue)
 1x11 Move on (Un air de famille)
 1x12 Every day a little breath (Avant qu'il ne soit trop tard)
 1x13 Your fault (Bienvenue au club)

 1x14 Love is in the air (La vérité cachée)
 1x15 Impossible (Mieux vaut prévenir que guérir)
 1x16 The ladies who lunch (Un faible pour les scandales)
 1x17 There won't be trumpets (Honneur aux héros)
 1x18 Children will listen (les enfants chamboulent tout)
 1x19 Live alone and like it (Les meilleures intentions)
 1x20 Fear no more (Obsession)
 1x21 Sunday in the park with George (De s'honorer et de se chérir)
 1x22 Goodbye for now (Rien n'est éternel)
 1x23 One wonderful day (Une fin heureuse)

 

Saison 2
  Le mystère introduit dans la fin de la saison 1 par l’arrivée des Applewhite se résout peu à peu et se révèle à mon sens un peu décevant : cette nouvelle famille manque de charisme, et cela se sent si bien qu’il s’agit des rares personnages de la série qui ne feront pas d’apparitions par la suite. Cependant l’intrigue amenée dans la première saison se poursuit, avec le personnage de Paul et une relation Mike / Zack plus intéressante que le mystère fil-rouge donc.
  Comme pour la saison 1, et ce sera la mécanique de la série, nos héroïnes évoluent parallèlement à ce mystère. Les  relations entre Bree et ses enfants remettent en cause son code moral et les hommes qu’elle rencontre (George ou encore Orson) sont pleins de zones d’ombre, Gabrielle subit des mésaventures approfondissant sérieusement ce personnage qui était le plus léger du groupe, Lynette nous montre la difficulté d’allier vie professionnelle et vie personnelle, et Susan nous amuse par sa rivalité avec la croqueuse d’hommes Edie. Ces évolutions individuelles, mettant les personnages dans de nouvelles situations, sont le point fort de cette deuxième saison et sûrement ce qui a garanti le succès de la série.

Liste des épisodes de la saison 2 :http://www.vinyculture.com/wp-content/uploads/2012/04/desperate-housewives-serie-tv-50-g.jpg
2x01 Next (Le retour de la mamie)
2x02 You Could Drive a Person Crazy (Donne l’oseille et tire-toi)
2x03 You’ll Never Get Away From Me (Massacre à la débrouissailleuse)
2x04 My Heart Belongs to Daddy (George fait de la résistance)
2x05 They Asked Me Why I Believe In You (On n’enterre que deux fois)
2x06 I Wish I Could Forget You (Not in the Mood for Love)
2x07 Color and Light (Sexe, voisins et video)
2x08 The Sun Won’t Set (L’ex-femme de sa vie)
2x09 That’s Good, That’s Bad (La nonne, la brute et l’ex-truand)
2x10 Coming Home (Mon père, ce tordu)
2x11 One More Kiss (Bon baiser de Gaby)
2x12 We’re Gonna Be All Right (Médicalement vôtre)
2x13 There’s Something About a War (La vérité si tu parles)
2x14 Silly People (Les paris sont lancés)
2x15 Thank You So Much (Une nounou pas franchement d’enfer)
2x16 There Is No Other Way (Le chirurgien, sa femme et son amant)
2x17 Could I Leave You ? (Des liens rompus)
2x18 Everybody Says Don’t (Tentation)
2x19 Don’t Look at Me (La redemption est possible)
2x20 It Wasn’t Meant to Happen (L’imprévu)
2x21 I Know Things Now (L’envie de savoir)
2x22 No One Is Alone (Plus d’un tour dans son sac)
2x23 Remember 1 / 2 (Rebondissements à Wisteria Lane 1 / 2)
2x24 Remember 2 / 2 (Rebondissements à Wisteria Lane 2 / 2)

Saison 3
   Après la décevante saison 2 au niveau de l’intrigue fil-rouge, la nouvelle saison se voit plus recentrée sur les personnages. Pour tout dire, le mystère de la saison va directement concerner une des héroïnes puisque pour une fois l’énigme ne s’installe pas dans la maison d’à côté mais chez Bree elle-même par le biais d’Orson (excellent Kyle MacLachlan). De plus, l’idée de base du suicide de Mary-Alice qui appelle mon sous-titre « On aurait toutes pu le faire » revient avec les crises de nerfs de certains personnages mis à rude épreuve : (SPOILER) Gaby et Carlos se séparent dans la douleur, les Scavo se disputent autour de l’idée d’une pizzeria et de liens familiaux difficiles (et c’est sans compter sur l’arrivée de la maladie…), Mike émerge du coma et se voit un peu déchiré entre Edie et Susan (qui voit à leur tour leur personnage un peu plus approfondi et moins léger, surtout pour Edie qui est passée petit à petit de second rôle à protagoniste). Le tout est homogène et fonctionne bien, si bien que l’absence de Marcia Cross pour cause de grossesse à la fin de la saison ne sent presque pas.
   A noter l’excellent épisode 7 Bang, audacieux et bien construit, à l’écart de la trame générale et totalement abouti, ainsi que l’épisode 16, raconté par Rex avec le point de vue des hommes de la rue.
  Une très bonne saison, qui redonne donc de l’intérêt pour les intrigues de la série.

http://static2.wikia.nocookie.net/__cb20090714071506/desperateh/fr/images/b/b0/AfficheSaison3.jpgListe des épisodes de la saison 3 :
3x01 Listen to the Rain on the Roof (Le malheur aime la compagnie)
3x02 It Takes Two (Le couple parfait)
3x03 A Weekend in the Country (Un fardeau à porter)
3x04 Like It Was (Un tissu de mensonges)
3x05 Nice She Ain’t (L’art du sabordage)
3x06 Sweetheart, I Have to Confess (Absolution)
3x07 Bang (Un jour comme les autres)
3x08 Children and Art (Les conséquences de leurs actes)
3x09 Beautiful Girls (Des hommes dangereux)
3x10 The Miracle Song (Le temps des miracles)
3x11 No Fits, No Fights, No Feuds (L’ombre d’un doute)
3x12 Not While I’m Around (Un sentiment de sécurité)
3x13 Come Play Wiz Me (En une fraction de seconde)
3x14 I Remember That (Un détail essentiel)
3x15 The Little Things You Do Together (Une vie sans secret)
3x16 My Husband, The Pig (Le grand jeu)
3x17 Dress Big (L’objet du désir)
3x18 Liaisons (Un feu si ardent)
3x19 God, That’s Good (Seul dans le noir)
3x20 Gossip (Commérages)
3x21 Into The Woods (Poursuivre notre route)
3x22 What Would We Do Wihtout You ? (Mille et une questions)
3x23 Getting Married Today (Rien n’est plus important au monde)

Saison 4
  Le concept reprend dès le premier épisode : nouvelle arrivante, et avec elle son lot de mystères et d’intrigues. Cette fois-ci, c’est Katherine Mayfair qui s’installe, destinée à rester et à même devenir la cinquième housewive (ce qu’Edie avait longtemps paru être). Mauvais choix selon moi, car non-seulement le nouveau personnage n’a que peu d’intérêt, non seulement son interprète possède un charisme assez faible face aux autres actrices, mais qui plus est le spectateur s’est peu à peu lassé des secrets de famille cachés… Sans parler de Nathan Fillion, totalement sous-utilisé dans le rôle du mari. Finalement, les nouveaux arrivants les plus efficaces de cette saison seront Bob et Lee, les deux voisins homosexuels qui vont clairement marquer la mythologie de la série par leur personnalité et leur humour.
  Mon constat est dur, mais pourtant j’aime beaucoup cette saison où la santé des personnages va être mise à rude épreuve. Lynette se bat contre le cancer et elle en est touchante à un point inégalable (vous ai-je dit que c’était mon personnage préféré ?). Mike est sujet à la dépendance pharmaceutique au grand dam de Susan à nouveau enceinte. Même Carlos va être victime de cécité, impliquant une toute nouvelle vision des choses pour lui et sa nouvelle maîtresse (si si !) Gaby. La saison est audacieuse car très violente par rapport à ce qui arrive aux personnages, et l’épisode central de la tornade, qui vient faire un petit ménage dans le casting, n’est pas pour me donner tort.
  La saison est raccourcie en raison de la grève des scénaristes qui a sévi à l’époque, mais elle en est plus concise et plus efficace selon moi, remettant un peu en question les 24 épisodes traditionnels…

http://www.webmovies.fr/wp-content/uploads/2013/05/desperate-4.jpgListe des épisodes de la saison 4 :
4x01 Now You Know (Les autres aussi ont des secrets)
4x02 Smiles of a Summer Night (Rien n’est plus trompeur qu’un sourire)
4x03 The Game (Jouer pour gagner)
4x04 If There’s Anything I Can’t Stand (Les nuisibles)
4x05 Art Isn’t Easy (Ceux qui en savent trop)
4x06 Now I Know, Don’t Be Scared (Ce qui ne nous tue pas…)
4x07 You Can’t Judge a Book by Its Cover (Tromperie)
4x08 Distant Past (Erreurs de jeunesse)
4x09 Something’s Coming (La vie ne tient qu’à un fil)
4x10 Welcome to Kanagawa (De petites attentions)
4x11 Sunday (Les faux pas)
4x12 In Buddy’s Eyes (Un voile sur les yeux)
4x13 Hello, Little Girl (Partir en fumée)
4x14 Opening Doors (Influence néfaste)
4x15 Mother Said (L’amour maternel)
4x16 The Gun Song (Quelques écarts)
4x17 Free (Une amitié qui dure)

Saison 5
  Pour renouveler un peu l’intérêt de la vie de nos ménagères préférées, les scénaristes proposent avec cette saison un procédé que beaucoup d’œuvres utilisent maintenant : le gros flashforward. La saison commence en effet 5 ans après la suivante. L’occasion de voir un quotidien et des situations changés pour les personnages, ainsi que de rendre l’intrigue plus intéressante en nous expliquant petit à petit ce qui s’est passé dans le laps de temps entre les deux. C’est ce que fait brillamment l’épisode 13 par exemple, avec ses flashbacks orientés autour d’un personnage totalement secondaire ayant eu des contacts avec tous les personnages.
  C’est pour Gabrielle et Susan que la situation est la plus intéressante : Gabrielle est devenue une mère de famille dépassée qui ne prend plus soin d’elle, et Susan est maintenant mariée à un certain Jackson, tandis que Mike flirte avec Katherine. Toutes ont évolué mais ces histoires-là sont les centrales de la saison. L’idée est très bonne, même si j’ai tendance à trouver que l’évolution (ne serait-ce que physique) de Gabrielle disparaît ensuite peu à peu de façon curieuse…
  SPOILER : Un mystère fil-rouge intervient avec le retour d’Edie accompagnée d’un mystérieux compagnon : Dave. Cet inquiétant personnage sera l’énigme de la saison, observé de façon très drôle par l’excellente Mme MacCluskey. Quant à Edie, son rôle dans la saison est assez bâtard puisque les scénaristes ont clairement voulu s’en débarrasser en tuant de façon absurde le personnage à l’épisode 19. Le rebondissement est ridicule et très dommage, je trouve, car il gâche la crédibilité de la série. Du bon et du moins bon pour ce renouveau de la série donc.

http://images.buzzandpeople.com/upload/photos/2008/08/desperate-housewives--02-20080827.jpgListe des épisodes de la saison 5 :
5x01 You’re gonna Love Tomorrow (Comme le temps passe…)
5x02 We’re So Happy You’re So Happy (Un bon voisin)
5x03 Kids Ain’t Like Everybody Else (Les tyrans)
5x04 Back in Business (La jalousie)
5x05 Mirror, Mirror (Une soirée pleine de surprises)
5x06 There’s Always a Woman (Prédatrices)
5x07 What More Do I Need ? (Le désir)
5x08 City on Fire (Acte de bravoure)
5x09 Me and My Town (Le début de ses souffrances)
5x10 A Vision’s Just a Vision (Vivre dans l’obscurité)
5x11 Home is the Place (Une jolie maison)
5x12 Connect ! Connect ! (Un long voyage)
5x13 The Best Thing That Ever Could Have Happened (Le meilleur d’entre nous)
5x14 Mama Spent Money When She Had None (On ne parle pas d’argent)
5x15 In a World Where the Kings are Emplyers (Une journée de travail)
5x16 Crime Doesn’t Pay (Les bonnes manières)
5x17 The Story of Lucy and Jesse (Des intentions cachées)
5x18 A Spark. To Pierce the Dark (Un plan d’une grande simplicité)
5x19 Look Into Their Eyes and You See What They Know (Les adieux de mes amies)
5x20 Rose’s Turn (Un geste amical)
5x21 Bargaining (Les négociations)
5x22 Marry Me a Little (Epouse-moi… un peu)
5x23 Everybody Says Don’t (Comment je me suis disputé ma vie de famille)
5x24 If It’s Only in Your Head (Dans la peau de Dave Dash)

Saison 6
  C’est à partir de cette saison, me semble-t-il, que Desperate Housewives commence à s’étirer inutilement et proposer les saisons de trop. Le schéma est toujours le même, et même pire, les intrigues aussi. Le cliffhanger de la saison précédente (le mariage de Mike) est vite résolu : (SPOILER) C’est Susan qui est sa nouvelle femme, mais Katherine lui tourne encore autour jusqu’à devenir folle. Le personnage n’a tellement plus aucune utilité dans la continuation de la série qu’il va s’éclipser sur fond de dépression nerveuse. D’anciens personnages réapparaissent, parmi lesquels Karl ou Julie et même si c’est un plaisir de les revoir, on sent le « On prend les mêmes et on recommence ». Les enjeux n’évoluent que peu et nous ramènent plusieurs saisons en arrière : l’adultère, la dépendance, la nouvelle grossesse de Lynette… Si bien qu’on a presque l’impression que l’ellipse de la saison précédente n’a servi à rien.
  Et c’est sans parler de l’arrivée d’une nouvelle famille et de son terrible secret… Drea de Matteo fait ce qu’elle peut pour rendre son personnage intéressant, l’absence de remise en question lasse beaucoup.
  Une saison bien décevante donc, que j’ai regardée du coin de l’œil pour les personnages et les dialogues mais plus vraiment pour les intrigues…

http://glossnroses.files.wordpress.com/2012/04/affiche-promo-desperate-housewives-saison-6.jpgListe des épisodes de la saison 6 :
6x01 Nice is different Than Good (Les portes closes)
6x02 Being Alive (Le cri)
6x03 Never Judge a Lady By Her Lover (Une tasse de café)
6x04 The God-Why-Don’t-You-Love-Me Blues (La triste vérité)
6x05 Everybody Ought to Have a Maid (Il est dans notre nature…)
6x06 Don’t Walk on the Grass (Les règles à respecter)
6x07 Careful the Things You Say (On apprend de ses erreurs)
6x08 The Coffee Cup (Un endroit tranquille)
6x09 Would I Think of Suicide ? (Ceux qui nous veulent du mal)
6x10 Boom Crunch (Un Noël pas comme les autres)
6x11 If… (Et si…)
6x12 You Gotta Get a Gimmick (Le strip-tease)
6x13 La meilleure des thérapies (How About a Friendly Shrink)
6x14 The Glamourous Life (Cette comédie qu’on appelle la vie)
6x15 Lovely (Robin)
6x16 The Chase (La seduction est un art)
6x17 Chromolume #7 (Sous le vernis)
6x18 My Two Young Men (La victoire)
6x19 We All Deserve to Die (Le mal existe)
6x20 Epiphany (Comment devient-on un monster ?)
6x21 A Little Night Music (Les homes mystérieux)
6x22 The Ballad of Booth (De très mauvais choix)
6x23 I Guess This is Goodbye (Ce n’est qu’un au revoir)

Saison 7
  La saison 7 me paraît un peu plus pertinente que la précédente : elle est en effet marquée par le retour de Paul Young, un personnage que j’apprécie beaucoup pour sa capacité à masquer le mystère. Sa nouvelle compagne Beth est aussi un ajout intéressant à l’écosystème de Wisteria Lane et redonne de l’intérêt à la série.
  Les intrigues des personnages principaux évoluent plus ou moins : Lynette est confrontée au retour de sa meilleure amie Renee (je l’avoue : je n’accrocherai jamais à ce personnage, sorte de nouvelle Edie), Bree se dévergonde après sa séparation avec Orson, Susan est tout le temps à poil comme d’habitude (le prétexte en est une sordide histoire de site internet pervers : amusant mais pas crédible pour un sou), et Gaby et Carlos sont confrontés à une remise en question de leur famille. Comme souvent ces derniers temps, ce sont eux qui auront les intrigues les plus touchantes : il est bien loin le temps où Gaby n’était que le canon qui faisait son footing dans la rue.
  La saison se finit sur un cliffhanger peu crédible mais plutôt bien construit qui sera le fil rouge de la dernière saison.

http://jessicaishere.j.e.pic.centerblog.net/354ee17c.jpgListe des épisodes de la saison 7 :
7x01 Remember Paul (Les mauvaises nouvelles)
7x02 You Must Meet My Wife (Soulager sa douleur)
7x03 Truly Content (Le Bonheur auquel chacun aspire)
7x04 The Thing That Counts is What’s Inside (Le sac à main)
7x05 Let Me Entertain You (Les uns contre les autres)
7x06 Excited and Scared (Ce qui nous fait peur)
7x07 A Humiliating Business (L’humiliation)
7x08 Joyeux Thanksgiving (Sorry Grateful)
7x09 Pleasant Little Kingdom (Les questions que nous nous posons)
7x10 Down the Block There’s a Riot (Les gens pas comme il faut)
7x11 Assassins (De nombreux ennemis)
7x12 Where Do I Belong (Les personnes seules)
7x13 I’m Still Here (Ceux qui se comportent mal)
7x14 Flashback (Le passé)
7x15 Farewell Letter (Il n’est jamais facile de partir)
7x16 Searching (Un sens à notre vie)
7x17 Everything’s Different, Nothing’s changed (Le jour du changement)
7x18 Moments in the Woods (Les excuses)
7x19 The Lies Ill-Concealed (La loyauté)
7x20 I’ll Swallow Poison on Sunday (Les bonnes actions)
7x21 Then I Really Got Scared (De grosses frayeurs)
7x22 And Lots of Security… (Ce qui nous rassure)
7x23 Come on Over for Dinner (La force de l’amitié)

Saison 8
  La huitième saison est la dernière, et j’ai envie de dire « Enfin ». Pas parce que je n’ai pas eu envie de regarder jusqu’au bout, non, mais parce que j’avais souvent une impression de déjà-vu face aux intrigues des dernières saisons.
   Cette saison s’axe entièrement sur l’événement de la fin de la saison précédente, qui touche et unit les quatre héroïnes. Même si je reste sceptique par rapport à ce qui s’est passé, les intrigues de cette dernière saison en ressortent plus conséquentes et bien plus homogènes, et les liens entre les personnages plus intéressants. Une bonne idée pour la conclusion de la série, donc, qui nous permet de quitter avec un bon souvenir les impeccables pavillons de Wisteria Lane.

http://www.tvqc.com/wp-content/uploads/2011/12/desperate-housewives-211.jpgListe des épisodes de la saison 8 :
8x01 Secrets That I Never Want to Know (Tout remettre en ordre)
8x02 Making the Connection (Etablir le contact)
8x03 Watch While I Revise the World (L’art du camouflage)
8x04 School of Hard Knocks (Apprendre l’essentiel)
8x05 The Art of Making Art (Un rôle à jouer)
8x06 Witch’s Lament (La paranoïa)
8x07 Always in Control (La maîtrise de la situation)
8x08 Suspicion Song (Nos faiblesses)
8x09 Putting It Together (Totalement seules)
8x10 What’s to Discuss, Old Friend (Garder un secret)
8x11 Who Can Say What’s True ? (Nos amis nous disent la vérité)
8x12 What’s the Good of Being Good (Un mauvais souvenir)
8x13 Is This What You Call Love ? (Le meilleur de nous-même)
8x14 Get Out of My Life (La femme parfaite)
8x15 She Needs Me (Besoin d’aide)
8x16 You Take for Granted (Un voisin va mourir)
8x17 Women and Death (Après la mort)
8x18 Any moment (Des occasions à ne pas rater)
8x19 With So Little to Be Sure Of (Une tournure inattendue)
8x20 Lost My Power (Le pouvoir)
8x21 The People Will Hear (Des émotions intenses)
8x22 Give Me the Blame (L’aveu)
8x23 Finishing the Hat (La vie est un cadeau)

 

Article mis à jour le 19 février 2014.

Par Robert Mudas.

Partager cet article

Repost 0
Published by Robert Mudas - dans Séries télévisées
commenter cet article

commentaires

Chelmi 20/12/2007 10:16

Pour les série française, je crois surtout qu'on n'y met pas assez de moyen en terme d'argent, de temps (peu de prises), d'idées et d'originalité.

Les seules qui tire brillamment leur épingle du jeux sont: Kaamelott, Un gars une fille, Caméra café ...
Toutes des sitcoms sont très courtes et ont des moyens (argent, temps de tournage, etc...) égaux voire supérieur à un Julie Lescaut (Navarro ...).

Ludiculture 23/12/2007 13:13

Oui c'est sûr qu'on manque de moyen pour la télévision, et que le système de production américain reste très différent du nôtre !

Papillon 17/12/2007 01:36

Ouais...c'est sûr..pour ce que tu dis par rapport aux séries françaises. C'est vrai qu'il n'y a pas vraiment beaucoup de bonnes séries françaises, et qu'elles ressemblent souvent aux séries américaines (c'est là tout le problème de l'américanisation des esprits et de la culture française et mondiale...mais ça on était déjà au courant...).
Les scénaristes français ont encore des efforts à faire dans le secteur des séries..ils ne sont pas spécialistes (et je pense que ça doit être une invention américaine, donc c'est normal qu'ils s'en sortent mieux que nous, et qu'ils aient compris "le truc" pour que ça marche). Mais le fait que les français ne soient pas spécialistes en la matière veut surement dire qu'ils ne sont pas fait pour ça (enfin pour l'instant évidement)et qu'ils sont spécialistes en d'autres choses. Et surtout, je pense que la France à une idée précise (et peut-être un peu trop conservatrice)de ce qu'est la "culture" et elle s'ouvre encore difficilement aux nouveautés, qui sont souvent perçues par certaines catégories de la population comme un divertissement anti-culturel. Et je pense évidement aux séries en disant ça.

Papillon 10/12/2007 23:41

Ouais, c'est pas mal Desperate Housewives. Bon, j'avoue j'ai dû voir 6 épisodes en tout, en tombant dessus une ou deux fois en regardant la télé (mais bon, maintenant je suis plus souvent sur mon PC que devant la télé, et je télécharge pas de séries...donc bon..).
Enfin, ce que j'avais vu j'avais bien aimé.

Et par rapport à ce que tu dis sur le fait que la série aborde beaucoup de problèmes de société, je suis tout à fait d'accord, c'est vrai. Mais ce qui me dérange, comme dans la plus part des séries américaines évidement, c'est que tout ça se passe dans le contexte américains, dans des foyers américains, avec toutes la culture propre à l'Amérique...donc même si on y parle de problème de société, les choses ne sont pas toujours vu de la même façon en France ou plus généralement en Europe. Enfin, ce qu'on voit dans les séries américaines comme celle-ci, c'est ce que voit les américains, la façon dont ils l'interprètent..Bon, je ne dis pas que c'est une mauvaise chose que l'on voit ce genre de séries en France, comme ça on peut voir à quoi ressemble la culture américaine. Mais il faudrait aussi qu'il y est des séries françaises qui évoquent ces sujets du point de vue de ce qui se passe plus près de chez nous, et dans lesquelles les gens se retrouveraient peut-être davantage que dans l'Amérique...

Ludiculture 12/12/2007 10:41

Oui c'est une réflexion tout à fait intéressante. C'est vrai que les séries TV essaient de faire en sorte que le spectateur s'identifie aux héros/héroïnes, et c'est plus ou moins le cas dans Desperate. Mais pour nous, la barrière de la culture empêche quelque peu l'identification à la vie et au quotidien des héros, du coup il ne nous reste que la personnalité des personnages sur laquelle s'identifier. C'est pour ça, je pense, que les séries US ne marchent en France qu'avec de très bons personnages (Desperate, Lost, Heroes, Dexter, etc.).Quant à nos séries françaises, elles font encore pâle figure par rapport aux US : difficile de s'identifier à Julie Lescaut ! Et la plupart cherchent maintenant à s'américaniser : il suffit de regarder les Dolmen et autres sagas fantastiques dans le fin fond du Périgord... On a encore vraiment beaucoup de progrès à faire !

Contact

Participations, encouragements, insultes...
ludiculture@yahoo.fr

Rechercher