Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mars 2014 1 03 /03 /mars /2014 10:25

Le bilan de Robert Mudas : février 2014

 

  Une nouvelle fois, l'heure du bilan pour moi ! Vous devez commencer à connaître le principe : de courtes chroniques de ce que j'ai pu récemment voir, lire ou jouer.

 

Cinéma :

 

http://blog.fnac.ch/wp-content/uploads/2013/04/The-Impossible-Movie.jpg

 

  Je suis tombé un peu par hasard sur The Impossible que j'ai bien aimé. Ce film de 2012 avec les très bons Naomi Watts et Ewan McGregor raconte l'histoire d'une famille tentant l'impossible : se retrouver après le terrible tsunami de 2004 en Thaïlande.

  A la réalisation, c'est l'espagnol Bayona que j'aime beaucoup pour son premier film L'Orphelinat, et il parvient à nous toucher et à nous faire revivre ces instants difficiles. En un mot, et sans mauvais jeu de mots, c'est extrêmement immersif. L'échelle choisie est l'échelle humaine : ce n'est donc pas un film catastrophe dans le sens où vous ne verrez pas de vue aérienne de la vague géante, non, vous verrez ce que les gens ont pu voir à leur niveau à ce moment, et c'est bouleversant dans tous les sens du terme.

  Le point négatif du film, que beaucoup ont soulevé, c'est son improbabilité totale (certains peuvent juger que le fait que toute la famille ait survécu à la première vague est un manque de respect à la réalité). J'ai envie de leur répondre que le titre est extrêmement clair : Bayona veut montrer comment le lien familial peut nous pousser à réaliser l'impossible.

 

Bande dessinée :

 

http://www.bedetheque.com/media/Couvertures/Couv_173653.jpg

 

 Un ami m'a prêté les deux premiers tomes d'Hercule (par Morvan et Looky, chez Soleil). L'idée est de rejouer le mythe des 12 travaux d'Hercule dans un univers de science-fiction. Les monstres sont des robots, et les armes ne sont pas qu'en fer blanc. Au scénar comme au dessin, la BD tient la route et s'avère tout-à-fait correct, mais je ne m'enthousiasme pas pour autant. Il faut dire que chaque tome raconte un travail d'Hercule et j'ai du mal à faire confiance dans les Editions Soleil pour publier douze tomes... De plus, comme pour Sillage, Morvan prend son temps pour implanter l'action et le héros répond pour l'instant à la description "gros bourrin qui tape", ce qui, j'en ai honte, me laisse assez froid. On sent que petit à petit des pièces sont amenées, notamment dans le tome 2, pour complexifier la situation et amener Hercule à réfléchir et se révolter contre cette société futuriste, mais encore une fois j'ai du mal à croire à la possibilité d'une saga réussie en douze tomes dans une maison d'édition spécialisée dans les séries abandonnées.

 

http://zombie-parade.net/wp-content/uploads/2013/11/walking-dead-19-ezechiel.jpg

 

  Le dix-neuvième tome de Walking Dead est sorti, et comme d'habitude c'est un rendez-vous que je ne manquerais sous aucun prétexte. Il s'intitule Ezechiel et je l'intégrerai évidemment à l'article sur cette série comics quand l'arc sera finie.

  Les zombies sont un détail dans ce tome, car, et c'est la direction de toute la saga, ce ne sont pas les principaux ennemis. Non, le principal ennemi, c'est comme toujours la folie et la violence potentiellement présentes dans les individus de notre société, représentées ici par l'horrible Negan, qui commence à pouvoir peser dans la mythologie de la série presque autant qu'un Gouverneur...

  (Attention, potentiel spoiler dans ce paragraphe si vous ne savez pas qui a survécu jusque là !) Si les personnages ont connu des batailles, c'est maintenant à une guerre qu'ils se préparent, avec quatre groupes de belligérants. Kirkman avait pris son temps pour installer le contexte de la communauté d'Alexandria dans l'arc précédent, et maintenant prépare le conflit qui gronde d'une main de maître, développant toujours les personnages connus (très belle scène entre Andréa et Rick) ou en présentant de nouveaux (j'aime beaucoup cet Ezechiel personnellement, qui a aussi droit à une très belle scène avec Michonne).

  Depuis le traumatisant tome 17, chaque tome de cet arc est plein d'une tension palpable et c'est encore le cas ici dans l'affrontement avec ce monstre de Negan qui n'hésite jamais à libérer des places dans la galerie des personnages...

 

Série télévisée :

 

http://choualbox.com/Img/138615331584.jpg

 

  Alors que tout le monde a maintenant les yeux rivés sur Broadchurch , sympathique mais un peu lente à mon humble avis, j'ai préféré l'autre série avec David Tennant The Escape Artist. L'ancien Docteur y joue un avocat chargé de défendre un monstre qui se retournera contre lui. J'ai toujours été fasciné par le concept horrible d'"avocat du diable" et cette mini-série en trois épisodes illustre bien la position délicate de l'avocat, en plus d'être fascinante sur le plan de l'organsiation de la justice.

  Tennant y est (évidemment) excellent, les autres acteurs très bien dirigés aussi, et la série parvient à nous émouvoir, nous intéresser et nous faire frémir en trois épisodes seulement, si bien que ça frôle le génie de concision scénaristique. Ce qui manque à Broadchurch selon moi, qui prend volontairement trop son temps dans une intrigue qu'un épisode de série américaine aurait résolue en un épisode.

  Enfin, rendons à César ce qui appartient à César, j'adresse un grand merci au blog qui m'a donné envie de regarder cette mini-série : Marluuna, que je vous invite à consulter !

 

Jeu de société :

 

http://gusandcodotnet.files.wordpress.com/2013/11/concept.jpg

http://img2.trictrac.net/img-51d6e37e8ed46.jpeg

 

   Grâce à diverses manifestations ludiques, j'ai pu essayer quelques succès récents, et je dois bien avouer que j'ai été très déçu par deux d'entre eux : Les Bâtisseurs et Concept. Je partais sur un excellent pressentiment pour le premier qui est signé Fred Henry, auteur du très fun The Adventurers et du succès total Timeline (que je respecte beaucoup même si je déteste y jouer !). Son petit dernier, qui rencontre un franc succès aussi, m'a déçu par sa trop grande simplicité et par son manque total de profondeur. Je suis sûrement passé à côté de quelque chose mais je n'y ai vu aucune espèce d'intérêt. Quant à Concept, vainqueur de l'As d'Or, quand même, il m'a fait vivre une partie sympathique mais, comme pour tous les jeux d'ambiance qui ne fonctionnent pas totalement, sympathique pour l'ambiance que les gens ont bien voulu y mettre plus que pour les règles. Le concept est correct, c'est sûr, mais selon moi ne fait pas un jeu en cela qu'il est trop peu ludique.

 

http://img.trictrac.net/img-524c24cab8a4d.jpeg

  Pour ne pas rester sur une déception, un petit coup de coeur, après un seul essai que j'ai beaucoup apprécié : La Route du Verre. Beaucoup de mécanismes intelligents qui rendent le jeu profond et riche sans pour autant être trop périlleux niveau stratégie : du jeu de gestion comme je l'aime, original et prenant.

 

  Par Robert Mudas.

Partager cet article

Repost 0
Published by Robert Mudas - dans Ce dont on n'a pas parlé
commenter cet article

commentaires

Marluuna 06/03/2014 21:21

Contente que tu aies apprécié la série alors!:)
Je verrai bien The Impossible, pour ma part, vu ce que tu en dis :)

Cathy 03/03/2014 10:50

Merci de me rappeler qu'il faut que je regarde The Escape Arist, j'avais oublié. :)

Robert Mudas 05/03/2014 21:12



Personnellement, j'ai vraiment adoré, et c'est aussi le cas de ma petite femme. Une mini-série anglaise comme je les aime !



Contact

Participations, encouragements, insultes...
ludiculture@yahoo.fr

Rechercher