Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 février 2015 3 18 /02 /février /2015 00:00

Le film muet qui fait parler.

 

Un film de Michel Hazanavicius

France

2011

 

Avec :

  Jean Dujardin : George Valentin

  Bérénice Béjo : Peppy Miller

 

http://pmcdeadline2.files.wordpress.com/2012/01/the_artist__120122060929.jpg

 

  Inutile de présenter The Artist, le film qui a récolté de nombreux prix et projeté Dujardin sur la scène hollywoodienne. Le film m'attirait mais je n'avais pas eu l'occasion de le voir en salle à l'époque, c'est chose maintenant réparée. Et j'avais bien raison de dire qu'il m'attirait, car il faut avouer qu'on a là une franche réussite.

 

http://www.cinemasgaumontpathe.com/upload/galerie/films/6021/the-artist-19-10-2011-3-g.jpg

 

  Ce film est un hommage évident et efficace envers le cinéma et son histoire. George Valentin est un célèbre acteur de films muets, rencontrant par hasard la pétillante Peppy Miller. Au fur et à mesure de rencontres fortuites, la notoriété du grand acteur influencera celle de la petite figurante, amenée petit à petit à crever l'écran. Mais le cinéma évolue, et le muet passe brutalement au son. Le vieil acteur ne voudra pas s'adapter à ce cinéma, tandis que la petite jeune s'y intègre sans souci. Et l'élève dépasse finalement le maître...

 

http://jto.s3.amazonaws.com/wp-content/uploads/2013/01/ff20120406a2a.jpg

 

  Le film regorge de qualités : l'histoire est touchante, l'interprétation est juste, la réalisation est assez efficace pour parfois se croire dans un Chaplin ou un Keaton (c'est dire), et l'hommage au cinéma est évident (peut-être un peu trop évident, ce serait peut-être le seul défaut). Hazava... Hanazavi... Le réalisateur s'amuse et adapte son oeuvre à l'évolution du cinéma et c'est tellement réussi qu'on pourrait avoir l'impression d'assister à un cours d'histoire du cinéma. En témoigne cette belle scène, surprenante et singulière, où Dujardin est choqué de percevoir du son : cette mise en abyme plutôt osée qui brise l'illusion narrative en nous rappelant que George Valentin n'est qu'un personnage est un moment clé du film.

 

http://1.bp.blogspot.com/-rtOliAAWX1s/T0YsfwQchJI/AAAAAAAACtM/uP2lHIgYIqc/s1600/the_artist_dc.jpg

 

  Cet aspect métafilmique n'annule pas pour autant la réussite de la fiction, puisque les personnages sont touchants et intéressants. Il faut dire que les acteurs n'y sont pas pour rien : Dujardin cabotine à fond, et on sait combien ça lui va bien. Bérénice Béjo fait craquer tout le monde par son joli minois et son charme ravageur. Bref, tout est là pour nous faire nous attacher à la fiction, et assister à l'évolution historique du cinéma qui blessera un personnage tandis qu'elle glorifiera l'autre.

 

http://cdn-premiere.ladmedia.fr/var/premiere/storage/images/racine/bandes-annonces/video/the-artist/43459400-1-fre-FR/The-Artist_emission_premium_fond.jpg

 

  L'image du couple dansant est celle qui a marqué tout le monde, mais le film ne joue pas que dans l'humour et la légéreté, loin de là. C'est bien une vraie histoire complète et riche qui nous est donnée à voir, histoire qui sert finalement à merveille d'exemple pour un cours sur l'Histoire du cinéma.

 

Par Robert Mudas.

 

 


 


Partager cet article

Repost 0
Published by Robert Mudas - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires

Contact

Participations, encouragements, insultes...
ludiculture@yahoo.fr

Rechercher