Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 février 2014 1 03 /02 /février /2014 11:00

Deux enfants, un but, une fable magnifique sur l'enfance et ses démons

 

Développement : Starbreeze Studios

Éditeur : 505 Gamesbroth

Sorti le 3 septembre 2013, déconseillé aux - de 16 ans

Disponible sur PC/PSN/Xboxlive

  brothers-a-tale-of-two-sons-pc-1378395081-043.jpg

 

 

Hello tout le monde.

Tout d'abord, je vous souhaite une excellente année 2014, qu'elle soit riche en rencontres, en aventures, et en ouverture d'esprit au-delà de tout le bonheur qu'il vous est capable d'entrevoir.

 

Aujourd'hui, en ce début d'année, j'ai eu envie de vous faire découvrir un petit jeu qui, sous ses airs enfantins, est un petit bijou d'inventivité dans son gameplay. J'ai nommé "Brothers : a Tale of Two Sons".

 

Il s'agit d'un petit jeu qui se trouve uniquement en téléchargement sur son site officiel à 14 euros et actuellement pour moins de 5 euros sur le Playstation Network. Et ça les vaut amplement, si vous êtes en mal de jeu Action/Aventure innovant.

       

C'est donc l'histoire de deux jeunes frères qui vont partir pour un long et périlleux voyage, afin de trouver le remède qui leur permettra de sauver leur père terriblement malade, ayant déjà souffert de la perte de leur mère. Les deux enfants s'en vont donc à la découverte du monde.

On évolue ici clairement dans un univers médiéval fantastique, où le fantastique arrive tout en douceur un peu comme dans la série Game of Thrones.


brothers-a-tale-of-two-sons-pc-1378395081-085

Voici un petit troll des montagnes qui vient à votre aide

 

Le grand intérêt de ce petit jeu, qui vous demandera en moyenne 4 à 5 heures de votre temps pour le finir, c'est son gameplay.

En effet, vous devez ici incarner non pas un des deux frères, mais les deux en même temps.

Et c'est là où ça se corse !

Alors, pour votre confort de jeu, il est préférable de jouer avec une manette, le jeu au clavier étant juste infaisable (touches trop éloignées pour avoir une réelle fluidité de jeu).

Il vous faudra donc réussir à dissocier vos deux mouvements de main pour réussir les différentes actions qu'il faudra réaliser souvent en simultané.


brothers-a-tale-of-two-sons-pc-1378395081-045

Vouaip c'est là que les ennuis commencent, dissocier les actions des deux personnages sur une même manette^^

 brothers-a-tale-of-two-sons-pc-1378395081-074

Voici les actions de base que vous allez très souvent exécuter pour pouvoir avancer, ou aider votre frère à avancer, avec vos deux mimines

 

Bon, vous pesterez de nombreuses fois au cours de votre aventure, car votre cerveau aura certainement du mal de temps à autre à faire cette gymnastique. Mais le challenge et le plaisir de jeu sont au rendez-vous.

Et on finit bien vite par se prendre d'affection pour les deux protagonistes, à tenter toutes les actions possibles avec les différents personnages secondaires rencontrés et les objets à notre portée.

 

Pour avancer dans votre quête, il vous faudra franchir les diverses épreuves et embûches qui parsèmeront votre chemin. La résolution de certaines de ces énigmes se fera assez rapidement et d'autres vous demanderont plus de doigté. Mais l'aventure est très peu répétitive et le jeu nous propose à chaque nouveau tableau un environnement riche visuellement, ainsi que des actions inédites pour celui-ci. Ce qui évite une certaine lassitude et relance constamment l’intérêt du jeu.


brothers-a-tale-of-two-sons-pc-1378395081-139

Les différentes actions proposées pour avancer sont vraiment diverses et variées

 
brothers-a-tale-of-two-sons-pc-1378395081-157


Ainsi, on passe du simple faire la courte échelle au petit pour réussir à débloquer un passage au grand à se balancer d'un pilier à un autre avec une corde entre nos deux bambins pour jouer les alpinistes d'un jour.

 

"Brothers : a Tale of Two Sons" étant un petit jeu, et donc disposant d'un petit budget, ici pas d'open world, ni d'arme pour combattre "l'ennemi", seulement un chemin à suivre et divers objets ou éléments à utiliser au bon moment.


brothers-a-tale-of-two-sons-pc-1378395081-112

Un méchant troll qu'il va falloir affronter. Dommage pas de grosse épée pour vous sauver, seulement votre malice^^


Je saluerai donc ici l'intelligence du cadrage et de la mise en scène qui, sans trop d'artifices, permet une narration simple, sans paroles, et touchante.

Pour les habitués des plates-formes qui clignotent et autres subterfuges du genre pour faciliter le jeu, vous allez certainement déchanter un peu.

À vous de réfléchir en fonction de la configuration du terrain, de voir si certaines actions sont possibles pour débloquer votre chemin et avancer, dans des environnements tous plus beaux les uns que les autres.

 brothers-a-tale-of-two-sons-pc-1378395081-118

Vous y verrez vraiment des décors à couper le souffle

brothers-a-tale-of-two-sons-pc-1378395081-135


En voyant le visuel enfantin du jeu, vous vous demanderez certainement pourquoi ce dernier est interdit aux moins de 16 ans.

Eh bien peut être que l'interdiction est un peu trop restrictive, mais certains passages m'ont interpellée, voire m'ont mise mal à l'aise, tellement je ne m'attendais pas à les voir. Et c'est là encore une des forces de cette fable, et de toutes les bonnes fables. Faire intervenir au moment où on s'y attend le moins un élément qui nous marquera et nous interpellera profondément, à moins d'être un putain de robot vide de toute once d'humanité.


 brothers-a-tale-of-two-sons-pc-1378395081-030

Pas sûr que vous allez vouloir sauver ce "Willy"

 

Pour résumer, je dirai que "Brothers : a Tale of Two Sons" est une fable à l'image des contes de notre enfance, à la fois sombre, lumineuse et touchante.

Un beau voyage initiatique de jeunes garçons qui se retrouvent confrontés, malgré leur jeune âge, à la rudesse de leur environnement et à la cruauté de la vie.

Je ne voudrais dévoiler aucun élément de l'histoire, mais ça faisait bien longtemps qu'un jeu ne m'avait pas touchée à ce point. (J'ai versé ma putain de larmes. Si si)

 

Donc, si vous avez un week-end de libre, vous n'avez aucune bonne raison pour ne pas tester ce petit bijou vidéo-ludique. Et sincèrement c'est une véritable bouffée d'air frais que de pouvoir jouer à ce genre de jeu avec un gameplay solide et inventif au service d'une histoire simple et touchante.

 brothers-a-tale-of-two-sons-pc-1378395081-133

 

 

Par Darkim Lain.

Repost 0
Published by Darkim Lain - dans Jeux vidéo
commenter cet article
16 décembre 2013 1 16 /12 /décembre /2013 13:00

Si l'amour est un jeu alors jouons ah ah ah ...

 

Developpement : Altus

Editeur : Deep Silver

Sorti le 09 Fevrier 2012 en France, déconseillé aux - 18 ans

Disponible sur PS3 /Xbox360

 


Catherine-1.jpg

 

 

 

  Hello les gens en ces période de fêtes je viens vous proposer un petit jeu que vous pourrez faire et refaire à votre guise, à proposer en cadeau de papa noël économique si l'aventure vous en dit, à votre âme sœur, à vos amis, ou à votre famille (bon peut être pas papa et maman, quoique... ).Car le jeu dont nous allons parler aujourd'hui n'est pas tout récent et a déjà plus d'un an.

Et donc se trouve facilement pour moins de 30 euros.

Je vais vous parler de Catherine.


catherine-xbox-360-00a.jpg


 

Tout d'abord l'histoire :

Bienvenue à Tokyo, vous y incarnerez «  Vincent », un jeune trentenaire, en couple avec Katherine, un peu paumé en ce qui concerne son avenir amoureux.

Après une soirée passée au bar avec vos amis, vous faites la rencontre d'une jeune et jolie jeune fille, qui appelle au vice, prénommée Catherine, avec qui vous vous retrouvez le lendemain matin au lit…

De plus, vous passez la nuit à faire des cauchemars étranges, à gravir des montages de blocs pour sauver votre peau, et à discuter avec des moutons à taille humaine.

Et comme si ce n'était pas assez, une série de décès étranges semble frapper les trentenaires de la ville ; de quoi vous faire quelque cheveux blancs en avance.... Welcome in the Game...


catherine-playstation-3-ps3-1297157217-120.jpg

Voici votre charmante hôtesse pour la soirée 


Quel programme mes amis.

  L'introduction avec un petit coté « bienvenue dans la 4ème dimension » nous plonge directement dans une ambiance quelque peu surnaturelle.

L'histoire, si vous prenez vraiment le temps de vous intéresser à chaque détail, et à chaque discussion qu'il vous est permis d'avoir avec les divers protagonistes, se révélera de plus en plus fouillée, complexe et folle.

 

Au cours de ce petit résumé, vous aurez compris qu' il ressort 2 types de « game-play » bien distincts.

Un premier game-play qui s'apparentera plus à un pseudo jeu social où il vous faudra parler à vos acolytes, les divers protagonistes et surtout votre « petite amie ». Et réussir à démêler le vrai du faux, si faux il y a. Et surtout vous amener à faire des choix .

catherine-playstation-3-ps3-1327687640-261.jpgcatherine-playstation-3-ps3-1327687640-260.jpg

Parler avec les differents protagonistes vous permettra peut etre d'y voir un peu plus clair dans toute cette histoire ^^

 

Puis chaque soir lorsque vous aurez quitté le bar, il vous faudra affronter vos terribles cauchemars... Un « puzzle-game » qui se corsera de niveau en niveau où vous devrez escalader un enchevêtrement de blocs, de diverses matières que vous pourrez tantôt détruire, tantôt bouger pour vous frayer un chemin vers la liberté. Et ça ne sera pas toujours chose facile.

Heureusement vos amis moutons seront là pour vous donner de précieux conseils.


catherine-playstation-3-ps3-071.jpg

A la fin de chaque niveau il vous faudra penser à discuter avec vos petits compagnons d'infortune, il en va de votre survie. 


Pensez donc bien à ramasser suffisamment d'argent dans le niveau pour pouvoir vous acheter quelque bonus qui vous seront bien utiles, car vous avez un nombre limité de « retry » et je peux vous assurer qu'arrivés à un certain niveau vous serez bien contents d'en avoir à la pelle.

Car s'il suffit de trouver le meilleur chemin pour monter le plus vite possible c'est surtout qu' à chaque niveau, une espèce d’entité monstrueuse et démoniaque vous court après et désire votre mort plus que tout.


catherine-playstation-3-ps3-1327687640-206.jpg

Attention certains blocs se révèlent un peu glissants, gare à la chute.

 

La prise en main du deuxième game-play s'avère un peu difficile. Vous pesterez souvent contre la réactivité un peu molle du héros qui vous fera tomber alors que vous aviez correctement appuyé sur la flèche pour monter d'un cran, etc. Mais une fois le coup de main pris, pour les afficionados des « highscores » ça sera du pur plaisir.


 catherine-playstation-3-ps3-1292322955-084.jpg

Ah une belle montagne de cubes, vous allez les détester ^^


L'esthétique du jeu m' a au début un peu rebutée, n'étant pas une grande fan de la 3D CellShading, et l'anime des personnages dans la phase sociale est un peu raide.

Mais les cinématiques en animation 2D type traditionnel également réalisées par l'excellent « studio 4°C » ( « Amer Béton » ), m'ont vraiment exaltée. Elles donnent un vrai cachet au jeu et insufflent un aspect plus humain aux différents protagonistes.

catherine-playstation-3-ps3-1306912939-175

 

Petit aperçu du rendu des cinématiques en animation tradi ^^

 

N'oubliez pas : chaque réponse que vous choisirez aura un impact sur la finalité de votre aventure.

Il y a effectivement 5 fins possibles dans ce jeu. Pour avoir exploré avec mon compagnon deux des 5 alternatives, j'ai vu qu'il n'est pas forcément évident de déceler ce qui s'apparente à une réponse qui vous ménera vers la "good ending" ou vers la "bad ending". Nous avons été plusieurs fois surpris que l'une de nos réponses tende plutôt du côté rouge "evil" de la balance que du côté bleu "angélique".

Mais il faut faire attention ici en employant le terme de "good" et "bad ending", car ces deux situations finales ne cadrent pas dans ces codes habituels et heureusement .

Ce qui fait que si vous répondez de manière honnête à chaque question, cela vous ménera forcément à une fin différente de votre voisin. Et ainsi vous pouvez vous amuser à découvrir toutes les issues possibles et  cinématiques possibles du jeu.

Mais peu importe au final la fin de ce jeu car le parcours que vous aurez à suivre se revelera être la plus grande richesse et vous tiendra en haleine jusqu'au bout.

catherine-playstation-3-ps3-1327687640-220.jpg

  A chaque fin de montée, une question vous sera posée  par un mystèrieux personnage qui révélera un peu plus à chaque fois votre vision du couple.


 

 

Bref ! Bien qu'atypique tout en étant unique en son genre, « Catherine » est un jeu qui pour sûr vous divertira.

Bon, pour ceux que les « try and die » rebutent complètement : passez votre chemin, sous peine de balancer votre manette en plein dans votre téléviseur plus d'une fois (si le téléviseur survit au premier assaut).


catherine-playstation-3-ps3-1306912939-171.jpg

Eh vi, ça vous arrivera souvent : pas de panique un petit oreiller et c'est reparti.


Mais si l'aventure vous en dit, elle sera j'en suis sûr enrichissante, sous sa vitrine alléchante, pas du tout cachée pour deux sous, de jeu à tendance érotique.

D’ailleurs à ce propos notre version, au grand dam de beaucoup d'européens, a été franchement censurée. Oui, faudrait pas trop nous choquer : le jeu vidéo reste dans la tête de beaucoup un loisir pour jeunes, alors qu'il s'est depuis bien longtemps démocratisé chez nos amis nippons à tous les niveaux de la population, patrie de ce petit bijou.

 

Je disais donc, derrière cette vitrine, la finalité de cette œuvre ne sera pas de vous juger, ni de vous apporter de belles morales à 2 francs six sous, mais juste de vous apporter du fun, du fantastique, et peut être vous amener à vous poser certaines questions sur votre rapport au couple, votre vision de la vie a deux, de l’infidélité, ou du célibat choisi.

Un petit OVNI interactif comme il me plairait de croiser plus souvent.

 

 catherine.jpg

Par Darkim Lain.

Repost 0
Published by Darkim Lain - dans Jeux vidéo
commenter cet article
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 07:29

Oserez vous ouvrir la boite de Pandore Memoriel ?

 

REMEMBER ME

 

Développement : DONTNOD Entertainment

Éditeur : Capcom

Sortis le 7juin 2013 déconseillé aux - 16 ans

 

Disponible sur PC/PS3/360

ArtOfRememberMe

 

Bienvenue dans Néo-Paris 2084. Ville lumière où ceux qui ont les moyens vivent dans les hautes sphères, ont le bonheur de jouir d'une vie sans mauvais souvenir et tracas, et où les plus pauvres et les plus faibles finissent bouffés par la soif de souvenirs heureux , jusqu'à en perdre leur humanité.

C'est dans cet univers que démarre votre aventure ou vous incarnez la jeune, belle et dangereuse Lilith, une Eroriste de renom, qui combat au nom du souvenir sous l'égide de son ami Edge pour lutter contre la vile entreprise qu'est Memorize. Une Grande Corpo qui est à l’origine du système Sensen, nouvelle technologie indispensable dans ce monde, où tous vos souvenirs sont stockés, supprimés voire même modifiés.

 

Lorsque l'on démarre le jeu la première chose qui interpelle est le soin apporté aux visuels et à la bande son.

Concrètement si j'avais pas une manette entre les mains, je me serais crue devant un joli film d'animation.

Malheureusement au bout de quelques minutes de jeux, certains points faibles commencent à apparaître, l'animation des personnages étant un peu datée, manquant parfois de fluidité. Mais ce détail s'oublie assez vite une fois qu'on plonge véritablement dans l'aventure, excepté à certains moments, le jeu a décidé d'être très permissif sur des collision ,etc...

 

Petite chose à savoir sur ce projet, que j'attendais depuis bien longtemps : ce jeu est le premier « bébé »de chez Dontnod, jeune société créée notamment par Aleksi Briclot, qui est juste MON illustrateur fétiche.

Bref cela fait longtemps que le projet était sur les rails et que sa production a subi de gros ralentissements dus au retrait du projet du premier éditeur du jeu.

Heureusement Capcom ne tarde pas trop à racheter les droit de ce dernier et la production peut reprendre son cours.

Mais on sent bien à l'écran, malgré toute la bonne volonté, que ce dernier n'a certainement pas pu avoir autant de fond que sur les dernier Jeux Triple A des Studios comme Rockstar ou NaugthyDog.

Et croyez-moi, ça fait une Énorme différence.

 

Bref, revenons au jeux. Parlons un peu Gameplay.

La prise en main du jeu n'est pas forcément évidente.

Bon si vous êtes des aficionados de jeux « Open World » où l'on passe des heures à se perdre et où le seul moyen de tuer ses ennemis est de spammer une seule et unique touche.... passez votre chemin ce jeu ne sera définitivement pas pour vous^^.

Car à défaut d'avoir une grande map, on se balade dans des couloirs où chaque tronçon qui semble en dehors du chemin camouflera forcément « un item » utile à l'évolution du personnage.

Évoluer et trouver ces « items » vous seront vitaux. Car les scènes de combat sont assez retorses.

                    Exploration_ambiance_nuit.jpg

(Petit aperçu des environnements du jeu dans les bas-quartiers ci dessus, et une petite ambiance

des environnements des beaux quartiers ci dessous)

                    Remember-Me_Ambiance-jour-beau-quartier.jpg

Beaucoup ont critiqué une certaine linéarité du jeu, pour ma part je trouve que les combats sont suffisamment variés dans leur manière de gérer les diffèrents ennemis, qui apparaissent au cours du jeu, et leur difficulté croissante.

Et d’ailleurs pour combattre vous aurez affaire au « combo lab » .

Alors le « combo lab » qu'est-ce que c'est ?

C'est le petit plus de ce jeu, en effet ici vous pourrez customiser les coups que vous porterez à vos ennemis. Vous ne customiserez pas à proprement parler les enchaînements mais les effets qu'ils auront sur vous ou votre ennemi. Et pour que le jeu reste relativement plaisant il va falloir apprendre a combiner les combos le plus intelligemment possible.

(Exemple de ce à quoi ressemble le fameux "Combo Lab ci dessous)

                    Remember-Me Combo-Lab 01

Vous aurez différentes capacités que vous acquerrez au court de l'histoire, notamment un gant de piratage sensen qui sera de plus en plus puissant. Des coups spéciaux qu'on pourrait apparenter à de la magie, vu qu'il vous faudra recharger de l’énergie pour les utiliser.

                    un-peut-de-combat.jpg

  (petite séquence de combat )

Vous aurez également quelques interfaces de remaniement mémoriel de certains de vos ennemis qui offriront une nouvelle expérience de jeu, en vous plongeant encore plus dans les méandres et problèmes moraux que posent ces dernières actions à votre héroïne.

                       (Le trafic mémoriel, c'est la vie, sisi )                   remaniement-memoriel.jpg

L'histoire quant à elle n'est pas forcément des plus originales, et je n'en dévoilerai rien ici, car elle a tout de même son intérêt.

Mais les différentes interfaces qui permettent de manipuler la mémoire des différentes personnes que vous croiserez au cours de votre aventure, ainsi que le discours final de ce jeu, vous feront forcément vous poser des question sur le bien nécessaire ou non des mauvais souvenirs et la valeur de chacun d'eux.

Et ça faisait bien longtemps qu'un jeu ne m'avait pas touchée autant dans son discours. Les seules à produire un effet quasi identique sur moi sont les « Metal gear Solid ».

 

Petit bilan :

 

Au niveau de l'ambiance du jeu, des musiques, des décors, nous avons face à nous un réel petit chef d’œuvre. Les combats peuvent parfois s’avérer très épiques et les quelques phases d'exploration sont les bienvenues pour nous faire souffler entre chacun d'eux.

L'histoire, sans être exceptionnelle est tout de même belle, bien construite et surtout amène à la réflexion et nous met face à ce que nous avons tous ressenti un jour : l’envie de pouvoir oublier les moments malheureux de notre existence (et si vous n'en avez aucun, c'est que vous n’êtes pas humain XD).

Bon certains noteront certainement les incohérences de localisation géographique des grand lieux de Paris, mais à ceux là, et je défendrais cet axe artistique contre n'importe qui, je leur dirais qu'ici nous n'avons pas à faire à une vision d'un Paris réaliste, mais plus à la vision d'un Paris tel qu'il pourrait être perçu et compris dans son ensemble par la plupart d'entre nous, et à travers le monde entier. Il est crédible à défaut d'être réaliste. Et ça c'est une des grandes forces de ce jeu digne d'un beau récit d'anticipation néo-futuriste. ^^

 

Alors si vous en avez marre des 100aines de jeu online, ou autres MMO, et FPS qui inondent actuellement le marché, que vous voulez soutenir une boîte française qui a la volonté de produire de beaux produits, jouez à Remember ME « COCORICO ! »

Non plus sérieusement si vous avez la curiosité de vous replonger dans un jeu qui vous embarque dans un réel univers, avec une vraie histoire, courez sur ce jeu, il vaut les 6 à 7heures de jeux qu'il nécessite pour le terminer en normal. Mais peut-être pas les 70 euros qu'en demandaient les premières éditions neuves sur console^^.

                     remember_me_2013-wide.jpg

 

Par Darkim Lain.

Repost 0
Published by Darkim Lain - dans Jeux vidéo
commenter cet article
31 juillet 2013 3 31 /07 /juillet /2013 11:09

Pas de bras, pas de lapins crétins !

Un jeu Wii édité et développé par Ubisoft.

Existe aussi sur PC, PS3, Xbox 360 et N3DS.

 

http://soluce.jeuxactu.com/IMG/rubon3547.jpg?1357675294

 

  Ah, que ça fait du bien de jouer à un vrai bon jeu de plateforme ! Qui plus est quand le héros n’est pas pour une fois un plombier moustachu italien consommateur de champignons hallucinogènes qui lui donnent des fantasmes de grandeur. Qui plus est quand c’est édité par une bonne boîte française.

 

http://gamespassion.fr/wp-content/uploads/2012/06/rayman-origins-xbox-360-1293184381-016.jpg

 

  En dehors de toutes les cuniculocrétineries (cherchez cuniculos sur Google, vous comprendrez) récentes, je n’avais jamais joué à un jeu de la licence Rayman. Et bien c’est fort sympathique ! Passons sur l’histoire parce qu’honnêtement je n’ai même pas cherché à la comprendre. Le pays des songes est envahi, il faut donc attraper des lums pour débloquer des electoons et libérer les rois de la possession maléfique du royaume du mal, etc, etc, etc. Vous l’avez compris, ce n’est pas vraiment là qu’il faut chercher l’intérêt de ce jeu mais plutôt dans la jouabilité exquise de ce jeu de plateforme.

  On prend tellement plaisir à contrôler nos personnages qui progressivement vont acquérir de nouveaux pouvoirs encore plus sympathiques à utiliser (comme le fait de planer, mais surtout celui de donner des baffes avec plus ou moins d’élan, oh yeah !, ou celui de grimper aux murs). Notre personnage intéragit avec plaisir avec l'environnement du monde : ça rebondit, ça saute, ça glisse, ça court dans tous les sens, et c'est un vrai plaisir ludique. Seul petit regret : au fil du jeu on débloque de nouveaux persos mais à part l’apparence physique (voire seulement la couleur), rien ne les distingue. J’aurais adoré devoir choisir entre un Globox lent et puissant et un Rayman agile mais moins fort. Mais non, tant pis. On se console largement par les différents types de monde : les plateformes classiques, les boss bien sûr, mais aussi et surtout les géniaux mondes de Mosquito, dans lesquels le héros chevauche un moustique à diriger, ou encore les mondes Coffrapattes, courses contre la montre d’une inventivité très enthousiasmante. Bon, l’un des niveaux Coffrapatte souffre d’un petit bug, mais c’est vraiment pour moi le seul grain de sable dans la jouabilité de ce jeu très efficace.

 

http://gamespassion.fr/wp-content/uploads/2012/06/rayman-origins.jpg

 

  L’autre gros point fort de ce jeu, c’est l’image. C’est parfois un poil petit pour bien voir ce que l’on doit faire, mais c’est surtout magnifique ! Les mondes sont d’une richesse visuelle folle, et même d’un humour totalement délectable ! Chaque univers (il y en a 10 en tout, si je ne m’abuse) a un code graphique différent et chacun est vraiment un bonheur dans lequel évoluer avec plaisir. Le monde sous-marin sera, tradition obligée des jeux de plateforme, très difficile. Les mondes de la gastronomie ou de la musique seront des découvertes visuelles extrêmement originales. Mention spéciale au dernier monde, à l’ambiance délicieusement steampunk et à sa course finale au milieu de roues et de cordes qui tombent.

 

http://gamespassion.fr/wp-content/uploads/2012/06/rayman-origins-xbox-360-1313598991-037.jpg

 

  Et puisqu’on parle du monde musical, le « désert des Didgeridoos », il faut aussi mentionner le travail fait sur une ambiance musicale tantôt distrayante tantôt onirique. Et je ne parle même pas du chant des Lums quand on récupère leur Roi… Entraînantes, drôles, ou les deux, les ambiances musicales choisies sont toujours bien choisies et participent à la réussite du monde de ce Rayman Origins.

  Un jeu auquel il fait bon jouer, dépaysant et agréable.

 

http://img.jeuxvideo.fr/photo/05072528-photo-rayman-origins.jpg

 

Par Robert Mudas.

Repost 0
Published by Robert Mudas - dans Jeux vidéo
commenter cet article
19 novembre 2007 1 19 /11 /novembre /2007 18:21


Nostalgie moderne

Un jeu Wii
édité par Nintendo et développé par Intelligent Systems
50 euros

Pochette.jpg



  Oui, on parlera jeux vidéo sur ce blog ! Il faut dire que la Wii regorge de plus ou moins petits jeux intelligents qui révolutionnent totalement la notion de console vidéo. Super Paper Mario, même s'il n'utilise pas vraiment les fonctionnalités Wii de mouvement de la wiimote, est une de ces véritables perles dont il convient de parler.
Mariage.jpg
  Au Royaume Champignon, tout va bien, et puis d'un coup, tout va mal. Cette phrase d'introduction pourrait convenir à n'importe quel Mario, mais ça devient vite original. La Princesse Peach a bien été enlevée, et le méchant Bowser fomente bien un plan d'invasion du château. Sauf que c'est pas lui qui a enlevé Peach. Non, le méchant c'est ici l'infâme comte Niark, un monstrueux tyran qui, accompagné de ses sbires Mc Astagne, Mimic et Dimensio, voyage de dimension en dimension à la recherche du Coeur du Chaos destiné à détruire tous les mondes.
  C'est évidemment sans compter sans Mario qui devra réunir les Coeurs Purs pour vaincre Niark, et que Bowser lui-même aidera parce que mince, faut pas déconner, c'est quand même censé être lui qui enlève Peach...
  Mario contre Niark, Coeurs Purs contre Coeurs du Chaos, Opus Luminus contre Opus Tenebrus, etc. : les enjeux du scénario ne sont pas trop difficiles à comprendre.
  Mais ce qui est plus original, c'est l'humour, et particulièrement l'ironie de ce scénario dans lequel les personnages apprennent à Mario "Pour faire ceci, appuie sur A. Tu ne comprends pas ce que ça veut dire, mais peut-être qu'un être au-dessus de toi comprend de quoi je parle".
  Mario voyagera donc de monde en monde, progressivement accompagné de Peach, Bowser puis Luigi et de pixels qui permettent des actions supplémentaires. Disons-le tout de suite : dans ces mondes se trouveront certaines vraies perles, tel le monde de Francis le Geek, le dangereux collectionneur otaku...

Mario.jpg Mario3D.jpg

  A côté d'un scénario écrit par des mecs probablement défoncés mais franchement imaginatifs, voilà-t-y pas que la jouabilité s'y mêle. Parce que oui, on garde la 2D de notre bonne vieille Super Nes, oui on sort des graphismes tout pourris au premier regard mais qui passent comme un hommage respectueux et amusé au second regard, mais on ajoute quelques spécificités plus qu'originales.
  Mario a le pouvoir principal sur lequel repose tout le jeu : il peut passer en 3D et alors révéler des passages ou objets cachés. Un tuyau vous empêche de passer ? Contournez-le en 3D ! Des pics vous barrent la route ? Idem ! Une pièce secrète pleine de pièces ? Passez en 3D : il y en a trois fois plus !
  Peach aura quant à elle le parfois très utile pouvoir d'utiliser son ombrelle pour des vols planés, Bowser ecrasera immanquablement les adversaires de son souffle de braise, et Luigi vous permettra par son super saut d'accéder à des hauteurs insoupçonnables.
  Le pannel de personnages nous permettra donc par leurs pouvoirs différents de passer certains obstacles, et les Pixels, gentils petits papillons que vous trouverez tout au long de l'aventure, vous permettront eux-aussi d'accéder à certaines zones. Citons parmi eux la principale, Tippi, qui permettra de tout savoir de son ennemi et de révéler des objets invisibles, Bombi qui fera tout péter, Svelt qui nous rendra tellement fin que les méchants ne nous verront pas tant que l'on reste immobile, ou encore Minus qui nous rendra tout petit petit.
  Beaucoup d'options, toutes utiles plus ou moins fréquemment, tant en combat qu'en RPG. Beaucoup d'options qui font qu'on ne s'ennuie jamais, et que Super Paper Mario est un excellent jeu de réflexion plein d'énigmes, subtil et intelligent.
Mario-g--ant.jpg
  Intelligent et fun (prenez l'étoile qui vous rend aussi grand que l'écran pour vous en convaincre !), varié, prenant, d'une durée de vie carrément honnête (une vingtaine d'heures), ce jeu réserve d'excellents moments. 
  C'est un peu bavard par moments mais le scénario joue tellement sur l'ironie que ça n'est pas bien grave.
  Et puis ça a tellement un délicieux arrière goût de jeu moderne nostalgique des anciens jeux que chacun sentira le geek en lui se réveiller avec un sourire épanoui.



Par Robert Mudas

Repost 0
Published by Robert Mudas - dans Jeux vidéo
commenter cet article

Contact

Participations, encouragements, insultes...
ludiculture@yahoo.fr

Rechercher