Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 novembre 2014 7 09 /11 /novembre /2014 15:00

Les petites histoires de la grande.

 

Une série créée par John Milius, William J. MacDonald et Bruno Heller.

Etats-Unis / Royaume-Uni / Italie

2005 - 2007

 

Avec :

 Kevin McKidd : Lucius Vorenus

 Ray Stevenson : Titus Pullo

 James Purefoy : Marc Antoine

 Polly Walker : Atia

 Claran Hinds : Jules César

 

Série terminée en 2 saisons et 22 épisodes.

 

http://seriesaddict.fr/images/serie/ban/ban%5B70%5D.jpg

 

  A quoi bon aller chercher des concepts dingues pour faire une série, alors que notre Histoire avec un grand H regorge d'histoires captivantes avec plein de petits h ? La série Rome est partie de cette idée simple : relater les intrigues politiques historiques de la Rome antique. Ce principe aurait pu être casse-gueule car scénariser des personnages historiques, les représenter et les faire évoluer en tant que personnages principaux se heurte forcément à la rencontre réalité / fiction. Peuvent en sortir frustrés les historiens comme les amateurs de bonnes séries à suspense. Les auteurs ont trouvé une très bonne idée pour répondre à ce problème : ne faire des personnages historiques importants que des seconds rôles, et donner les premiers rôles à leurs proches (comme Atia et Octavia) et surtout à deux soldats romains qui, dans leurs aventures personnelles, seront amenés à être témoins (voire acteurs) de tous les événements importants de l'Histoire telle qu'on pourrait l'apprendre. Cette idée à la Forrest Gump est purement excellente, car permet de visionner des scènes célèbres et fondatrices depuis un référentiel humain.

 

http://www.lyricis.fr/wp-content/uploads/2008/12/rome-titus-et-lucius.jpg

 

  On suivra donc les aventures personnelles de Titus Pullo et Lucius Vorenus. Si le deuxième est un peu trop froid et rigoureux (même si ses valeurs morales sont plutôt intéressantes) pour être attachant, le premier est extrêmement sympathique et attirera de toute évidence la bienveillance des spectateurs. Les intrigues qui les font coexister avec les événements historiques ont parfois des ficelles un peu trop grosses (je pense par exemple au premier voyage en Egypte et à la rencontre, quand même !, avec Cléopâtre !) mais le projet est louable et enthousiasmant. Mine de rien, on en apprend énormément sur l'histoire antique tout en se divertissant, et on n'est pas loin parfois d'oublier qu'il s'agit d'Histoire et se croire devant un récit de fantasy. Je n'ai pas assez de connaissances historiques pour savoir ce qui est réaliste ou ce qui est trop gros - j'ai parfois l'impression que certaines choses vont un peu loin - mais je suis convaincu que les scénaristes ont fait un gros travail de recherche, et la série en sort très instructive. Pour exemple, ma compagne ne connaissait pas du tout l'histoire de César et le fameux événement des Ides de Mars : cette fin de saison l'a marquée et lui a plu comme le cliffhanger d'une série traditionnelle, tout en lui apprenant quelque chose.

 

http://www.peplums.info/images/39rome/39i02.jpg

 

  La série nous permettra ainsi de suivre la carrière de César et sa relation avec Pompée dans la saison 1, puis l'évolution de Marc Antoine et d'Octave en saison 2. La série devait être plus ambitieuse et compter plusieurs saisons de plus, jusqu'à parler d'un certain Jésus-Christ né à Nazareth, mais la loi du marché a été la plus forte. La production coûtant trop cher en costumes et en décor (et pourtant, on sent certaines restrictions, notamment dans les batailles souvent passées sous ellipses, un peu frustrantes car enlevant les possibilités épiques), elle a été annulée au bout de deux saisons. Il a été question de la finaliser par un long-métrage, mais le projet semble avoir été repoussé aux calendes grecques (rigolo, pour Rome, non ?). En somme, il y a fort à parier que nous n'en entendrons plus parler, d'autant plus que les créateurs sont passés à d'autres projets, tels que Gotham pour Bruno Heller : encore une série sur une ville mais pas dans la même optique cette fois-ci ! Je dois avouer que l'arrêt de la série ne m'arrache pas forcément de larmes, car les intrigues tournaient un peu en rond, les personnages n'étaient pas tous intéressants et le jeu d'acteurs était franchement inégal.

 

http://cdn-premiere.ladmedia.fr/var/premiere/storage/images/series/news-series/polly-walker-rome-dans-l-espace/17690406-1-fre-FR/Polly-Walker-Rome-dans-l-espace_portrait_w532.jpg

 

  Car la série, si elle a été le précurseur d'autres séries historiques comme la sympathique Vikings ou de futures séries épiques et fantastiques comme Game of Thrones, a certains défauts. Les détracteurs d'HBO, nombreux il faut l'avouer, se plaignent du nombre incroyable de scènes de sexe inutiles par exemple (remarquez bien qu'il s'agit de la chaîne qui passera True Blood et Game of Thrones donc l'argument tient la route). Personnellement, c'est la distribution qui m'a gêné. Si certains acteurs sont impeccables (James Purefoy ou Ray Stevenson pour ne citer qu'eux), d'autres correspondent à des choix très étranges. Je ne pardonne personnellement pas à la série d'avoir rendu le génial orateur Cicéron si peu charismatique : chaque scène de ce personnage est un calvaire alors qu'il devrait nous épater par sa puissance. De même, je reste sceptique face à la prestance de Pompée, qui pourrait sans m'étonner postuler pour faire père Noël dans une galerie marchande. Bref, j'avais parlé du difficile défi de représenter visuellement et physiquement des personnages historiques, et bien je fais partie de ceux que cela peut facilement choquer... Clairement, la série aura cependant permis quelques révélations, quelques acteurs ou créateurs qui feront leur petit bonhomme de chemin dans les séries. Car, on le sait bien, Rome mène à tous les chemins.

 

http://www.blabla-series.com/media/00/01/51c4971cd271ac5cde5679c9aa410454.jpg

 

Par Robert Mudas.

 

A lire aussi : 

 - Marc Antoine devient serial-killer dans The Following !

 - Puisqu'on est dans la Rome antique, cela ne vous dirait pas de devenir Augustus ?

 - Si vous connaissez bien l'Histoire, l'univers du jeu 7 Wonders et de son extension ne vous dépayseront pas... A bien chercher, on pourra d'ailleurs y trouver Rome, Marc Antoine, César, Cicéron, Mécène ou Cléopâtre !

Repost 0
Published by Robert Mudas - dans Séries télévisées
commenter cet article
15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 11:25

L'Homme le plus dangereux de Corse est une femme. 

 

Une série créée par Hugues Pagan

France

2006-2014

 

Avec :

Hélène Fillières : Sandra Paoli

Thierry Neuvic : Jean-Michel Paoli

Phareelle Onoyan : Carmen Paoli

Eric Fraticelli : Tony Campana

Frédéric Graziani / Philippe Corticchiato : Manu Mordiconi

 

Série terminée en 5 saisons de 8 épisodes chacune.

 

 

http://www.cineol.net/galeria/carteles/bigtmp_672serie.jpg

 

  Mafiosa est une de ces séries estampillées Canal qui a montré que la France pouvait aussi proposer de bonnes séries télévisées. Personnellement, ce n'est pas pour l'étiquette Canal que j'ai commencé cette série mais simplement pour son contexte : la Corse. La raison est toute bête : après des vacances sur l'Île de Beauté, j'étais fasciné par les charmes et par l'état d'esprit de ses habitants. Mafiosa a proposé un tableau sympathique de la fierté corse, ainsi qu'une série de qualité, aux préoccupations esthétiques originales (surtout au début) et aux intrigues policières intéressantes (surtout vers la fin).

 

  Le fil directeur de la série est son personnage principal : Sandra Paoli, avocate devenue, presque malgré elle, l'héritière d'un empire du crime corse. Entre les tensions partageant les clans familiaux et la difficulté pour une femme de s'intégrer parmi ces mafieux fiers et virils, les enjeux et problèmes sont multiples et variés. Evidemment, les meilleures intrigues proviendront de conflits familiaux et de trahisons entre proches, et c'est notamment la relation entre Sandra et son frère Jean-Michel Paoli qui alimentera les meilleurs épisodes de la série.

  Sandra est le point commun entre toutes les saisons, et j'ai envie de dire l'un des seuls. En effet, Mafiosa a la particularité de tellement se renouveler entre les saisons qu'on dirait presque parfois une série différente. En cela, la première saison était très étrange, avec un rythme lent et des passages hors-sujet déstabilisants. Et ce générique de fin, consistant à présenter le portrait de chaque personnage sur une musique mélancolique... Série novatrice, originale et osée, Mafiosa alors attachait par son audace et par son contexte, plus que par les qualités que l'on attend normalement des séries (le jeu d'acteur y était d'ailleurs très inégal...).

http://www.chronicart.com/wp-content/uploads/2014/04/mafiosa-subvention-canal+1.jpg

  La saison 2 introduit les hommes de main de la chef mafieuse, et ils vont tellement marquer la série qu'on se demandera au final comment ils ont pu être absents de la première saison. Toussaint, Manu, Tony, surtout les deux derniers et leur relation fraternelle complémentaire, vont faire tout le sel des manigances et des magouilles. La mythologie s'étoffe et rend plus crédible cette famille mafieuse, avec des lieux marquants (le Bellagio, pour ne citer que lui) et des personnages récurrents enfin identifiables.

 

  La saison 3 sera la conclusion logique de la relation Sandra / Jean-Michel : une lutte fraternelle déchirante, avec tous les pions que cela devra faire bouger. L'apothéose de la série, même si le ton se cherche encore parfois.

 

http://image.toutlecine.com/photos/m/a/f/mafiosa-le-clan-2006-30-g.jpg

 

  La saison 4 a été annoncée comme un retour fracassant, alors que selon moi elle a oublié l'intérêt du contexte corse. Sandra et ses compères débarquent à Paris pour y posséder des cercles de jeux. C'est loin d'être palpitant et j'ai trouvé ce retour assez moyen, même si encore une fois les enjeux de rivalité amenaient de l'intérêt et du suspense. Sandra est alors métamorphosée, méconnaissable par rapport au début de la série, et il faut aussi du temps pour s'y faire.

 

http://seriestv.blog.lemonde.fr/files/2012/03/mafiosa.jpg

 

  La dernière saison a la bonne idée de revenir s'installer en Corse et de bien conclure toutes les intrigues en cours. On pourrait avoir tendance à trouver la fin facile et évidente (honnêtement, je m'attendais à l'acte déchirant qui y a lieu ainsi qu'à la toute dernière scène) mais la conclusion était quelque part totalement inévitable et la fin de la métamorphose de Sandra est fascinante. Les bonnes séries criminelles montrent toujours le changement radical d'un personnage normal au départ (souvenez-vous de Walter White...) et Mafiosa ne déroge pas à la règle : rien que ses relations amoureuses, plus ou moins mises en avant dans chaque saison mais toujours présentes et différentes, montrent l'évolution de l'état d'esprit de Sandra.

 

http://images.telerama.fr/medias/2014/04/media_111070/mafiosa-le-debut-de-la-fin,M146295.jpg

 

  L'esprit corse est là grâce aux personnages secondaires, qui ont selon moi permis à la série de survivre. De l'accent de Tony à la gentillesse de Manu, de la sagesse de Toussaint à la douceur de Saudade, les personnages sont touchants et intéressants. Les deux dernières saisons ont même réussi à introduire de bons personnages de policiers, ennemis intéressants des Paoli. J'ai cependant beaucoup de mal avec un procédé qui a eu lieu à deux reprises dans cette série : le changement d'acteur pour interpréter le même personnage. Autant la disparition horrible de l'interprète de Manu entre les deux dernières saisons a été un drame bien involontaire pour les créateurs, autant le changement d'acteur pour le commissaire Rocca entre les deux premières saisons me reste encore en-travers de la gorge tant j'aimais le style de ce personnage. Pour les autres personnages, le jeu est encore relativement inégal (Linda Hardy ne brille pas vraiment par ses qualités d'actrice dans la fin de la série par exemple...) mais la série garde malgré tout ce charme qui fait qu'on lui pardonne beaucoup de choses.

 

  Et puis, bon, on va quand même pas se fâcher avec les corses...

 

http://www.actucine.com/wp-content/uploads/2012/06/Mafiosa.jpg

 

  Par Robert Mudas.

 

A lire aussi :

 - Une autre série Canal, pas du tout dans le même esprit : WorkinGirls.

Repost 0
Published by Robert Mudas - dans Séries télévisées
commenter cet article
12 mai 2014 1 12 /05 /mai /2014 10:00

Remember My Name

 

 

Une série créée par Vince Gilligan

États-Unis

Première diffusion : 2008

 

Avec :

Bryan Cranston : Walter White

Aaron Paul : Jessie Pinkman

Anna Gunn : Skyler White

Dean Norris : Hank Schrader

Betsy Brandt : Mary Schrader

Bob Odenkirk : Saul Goodman

RJ Mitte : Walter Junior

 

Série terminée en 5 saisons.

 

http://www.buzzly.fr/jq/ckeditor/plugins/doksoft_uploader/userfiles/1_BreakingBad.jpg

 

Quelques jours avant de fêter ses 50 ans, Walter White apprend qu'il a un cancer du poumon, à un stade avancé. Il n'est qu'un petit prof de chimie de lycée et sa famille ne roule pas sur l'or. Alors comment va-t-elle s'en sortir lorsqu'il ne sera plus là, d'autant que sa femme est enceinte ? Il décide donc d'utiliser ses connaissances en chimie pour fabriquer de la métamphétamine et propose à l'un de ses anciens élèves, devenu petit dealer, de l'aider pour la partie "commerciale"…

 

Breaking Bad fait partie de ces séries incontournables pour tout amateur de séries télé. Étrangement diffusée sur une chaîne américaine ne proposant quasiment pas de séries à l'époque, elle a pourtant su attirer et conserver son public et fait aujourd'hui partie des séries de référence. Si c'est probablement le pitch de base qui a attiré pas mal de curieux, il fallait creuser tout ça pour les faire rester. On découvre ainsi assez vite que Walt est sacrément doué dans son domaine et qu'il aurait vraiment pu devenir riche et célèbre, mais la vie en a décidé autrement et il en a gardé une profonde amertume. Lorsqu'il commence à fabriquer de la meth, il se rend vite compte que son produit est presque parfait et cela va le pousser à poursuivre ses activités criminelles au-delà de l'objectif plutôt "honnête" qu'il s'était fixé au départ. Mais si la partie fabrication ne pose aucun problème, la partie vente va très vite rencontrer des difficultés croissantes et le pauvre Jesse sera dépassé. Loin de faire l'apologie de la drogue, la série s'attache au contraire à nous montrer que celle-ci n'épargne personne : du simple consommateur au patron d'un gigantesque trafic, en passant par les trafiquants de toutes les tailles, personne n'en ressortira indemne, et c'est cette tension permanente qui fait tout le sel de la série.


http://cdn.hitfix.com/photos/4693517/breaking-bad-ozymandias-review-2.jpg

 

Bryan Cranston nous montre ici toute l'étendue de son jeu d'acteur. Entre son rôle dans la série Malcolm et celui de Walter White, il y a déjà un gouffre. Mais entre le Walter du début de la saison 1 et celui de la fin de la saison 5, il y a également un grand écart remarquable. Il est suffisamment rare de voir le personnage principal d'une série changer à ce point pour le souligner, d'autant que plus on avance dans l'histoire, plus l'attitude de Walt nous met mal à l'aise et nous le rend même par moments franchement antipathique.

 

http://images.contactmusic.com/images/feature-images/breaking-bad-gus-600-370-01.jpg


Bryan Cranston aurait pu ainsi éclipser tous les autres acteurs, mais ce n'est pas le cas. Aaron Paul, bien qu'assez nouveau dans le monde des séries télé (je crois que c'est son premier rôle important), est impeccable dans le rôle de Jesse Pinkman. Ce personnage est d'ailleurs l'exact opposé de Walt. Là où l'un est terriblement intelligent, méthodique et réfléchi, l'autre agit d'instinct et passe souvent pour un imbécile. Pourtant, le personnage de Jesse va lui aussi subir une évolution, même si celle-ci sera plus tardive et moins prononcée que celle de Walt. Je me souviens notamment d'un épisode de la saison 4 où Jesse se rend finalement compte qu'il n'est pas si bête que ça et que lui aussi est quelqu'un d'important, et pas simplement le petit assistant parfaitement remplaçable de Walt. C'est d'ailleurs l'un de mes épisodes préférés car j'aime beaucoup le personnage de Jesse et cet épisode est vraiment son moment de gloire.

 

http://seriestv.blog.lemonde.fr/files/2013/09/breaking-bad-season-2.1243938740.thumbnail.jpg


C'est donc cette relation entre Walter et Jesse qui va être le moteur de la série pendant 5 saisons. D'abord un peu étrange, elle se transforme peu à peu en relation père-fils très touchante, d'autant que Jesse n'a absolument pas conscience de ce qu'il représente pour Walt (qui n'en a pour sa part que très peu conscience lui-même). Il va donc passer l'ensemble de la série à tenter de prouver sa valeur à Walt, en étant persuadé que celui-ci s'en moque. Tout cela donnera ainsi quelques scènes mémorables, alimentées par le rythme un peu lent et introspectif de la série qui permettra de grandes discussions entre les deux personnages. D'ailleurs, si vous avez les DVD, j'ai trouvé très intéressant le bonus montrant la lecture d'un épisode de la saison 5, car là où certains acteurs ne faisaient que lire leur script, en esquissant à peine leur rôle, Bryan Cranston et Aaron Paul jouaient les scènes à fond, notamment lors d'un long dialogue entre les deux où le second est tellement dans son jeu qu'il en pleure réellement à un moment donné. On sent toute la tension sur son visage à ce moment là, alors que les conditions ne sont pas franchement réunies pour rentrer dans la peau de son personnage. Il réussit même à faire pleurer Anna Gunn, qui joue Skyler, alors qu'elle ne fait même pas partie de cette scène. J'ai vraiment hâte de voir Aaron Paul dans d'autres rôles (je passerai mon tour sur Need for speed, car je ne suis pas sûre que ce soit le genre de film qui fasse réellement ressortir son jeu d'acteur ^^).

 

http://dettacheedepresse.com/wp-content/uploads/2014/01/breaking-bad.jpg


Malgré l'omniprésence de Bryan Cranston et d'Aaron Paul, il serait injuste de ne pas citer les autres acteurs de la série, car certains sont tout de même très bons. Je passerai assez vite sur la famille de Walt, qui ne me laissera pas un souvenir impérissable. Mary et Walt Jr font leur boulot, mais ne servent clairement pas à grand-chose (on notera d'ailleurs les tentatives des scénaristes d'étoffer ces deux personnages à plusieurs reprises, sans grand succès). Le personnage de Hank est nettement plus important, puisque le beau-frère de Walt fait partie de la section anti-drogue de la police d'Albukerque. Malgré cela, le côté cowboy, limite raciste, du personnage, m'a toujours un peu rebutée. Quant à Skyler, la femme de Walt, elle aussi fait bien son boulot, mais je ne sais pas pourquoi, je n'ai jamais réussi à éprouver de la sympathie pour ce personnage. J'ai par contre adoré le personnage de Saul Goodman. L'acteur est totalement dans son personnage et l'avocat véreux nous est présenté sous un jour sympathique (on voit par exemple qu'il n'essaie jamais d'arnaquer ses clients et que, malgré le fait qu'il tente de contourner la loi, il connaît extrêmement bien son métier et est très efficace). J'ai aussi beaucoup aimé le personnage de Gus Fring, et son visage ne laissant filtrer aucune émotion, ainsi que celui de Mike.

 

http://static4.businessinsider.com/image/5289947fecad04147fd3d97f-1065-799/jesse-saul-breaking-bad-2.jpg

 

 

Cette série est donc à mes yeux presque parfaite. Pourquoi presque ? Parce que pour je ne sais quelle raison, le scénario jusqu'ici sans faille a un peu lâché dans la dernière saison, laissant filtrer quelques incohérences, dont une énormissime sur un élément qu'on attendait pourtant depuis le début de la série ou presque, ce qui m'a un peu gâché la fin (ce n'est pas la première fois, foutus scénaristes !). Mais Breaking Bad reste néanmoins une référence en matière de série télé. On ne s'ennuie pas, malgré le rythme assez lent, les personnages sont très bien écrits et l'intrigue est prenante. Une série à voir !

 

http://www.ekivox.fr/wp-content/uploads/2013/11/braeking-bad1.jpg

 

 

Par Cathy.

Repost 0
17 février 2014 1 17 /02 /février /2014 10:25

Bref, j’ai fait un article sur Bref.

 

Une série créée par Kyan Khojandi et Bruno Muschio.

France

Première diffusion : 2011

 

Avec :

Kyan Khojandi : Le personnage principal

Alice David : La fille

Kheiron : Kheiron

Bérangère Krief : Marla

Mikaël Alhawi : Ben

 

Série achevée en 82 épisodes, disponible en DVD.

 

 

http://www.journaldugeek.com/files/2012/06/brefserietele.jpg

 

         Bref : je crois que pour toute une génération, il a été difficile de passer à côté de Bref. Et c’est finalement assez logique puisque Bref est en elle-même une série générationnelle, qui s’adresse clairement à une certaine catégorie de gens, à une certaine classe sociale, à une certaine tranche d’âge. A la génération qui va en faire le buzz sur Facebook, à la génération qui va se remettre à regarder le Grand Journal seulement pour tomber sur le nouvel épisode, à la génération qui va reprendre et parodier ce qui deviendra ainsi un phénomène.

 

http://cache.20minutes.fr/img/photos/20mn/2011-10/2011-10-03/article_BREF.jpg

         Bref, c’est le type même du truc où on se dit « Hé, mais c’est trop vrai », du truc où on se reconnaît, du truc où on se dit que c’est pas possible, que les scénaristes ont forcément mis une caméra dans notre appartement. Assez peu de choses ont eu cet effet, je trouve (peut-être l’humour de Gad Elmaleh et encore je n’y accroche personnellement que peu). Chez moi, ce sont les Bref je suis comme tout le monde et Bref, j’ai trente ans qui m’ont le plus marqué, mais chacun a ses préférés et il y a vraiment de quoi faire car si tout n’est pas de qualité égale, il y a néanmoins beaucoup d’excellents épisodes.

 

http://cdn-premiere.ladmedia.fr/var/premiere/storage/images/fluctuat/cinema/news-videos/ce-que-bref-doit-au-cinema-une-breve-histoire-de-la-voix-off-3244822/58078384-1-fre-FR/Ce-que-Bref-doit-au-cinema-une-breve-histoire-de-la-voix-off_w670_h372.jpg

 Bref, c’est seulement le quotidien d’un trentenaire parisien qui nous parle de son quotidien et par ce biais de notre quotidien. Le format est bref, forcément : à peine deux-trois minutes sur un rythme très vif, avec une narration et une mise en scène très spécifique et très marquée (et donc très facile à parodier, d’où le buzz !).Les thèmes abordés sont très larges : la famille, les amis, le travail, les histoires sentimentales, les plans-cul, mais le tout avec une sincérité et une véracité déconcertante qui peuvent à la fois nous faire hurler de rire et nous toucher. Bref parvient grâce à un équilibrage magnifique à ne pas basculer dans l’humour potache seul (à la Palmashow par exemple, que j’aime beaucoup cependant). En effet, à côté de l’humour, il y a parfois une vraie émotion (le Bref je suis vieille m’a sincèrement fait pleurer), ainsi qu’une qualité artistique indéniable, notamment dans la narration (Bref, j’aime bien cette photo pour ne citer qu’un exemple).

 

http://www.tuxboard.com/photos/2011/11/Video-Bref-Jaime-bien-cette-photo.jpg

         Bref, c’est donc une idée, une écriture et une réalisation terriblement efficaces, c’est beaucoup de talent réuni dans une équipe très bien trouvée : en tête Kyan Khojandi, dont on va clairement entendre à nouveau parler tant il a du génie. Déjà connu pour son Festival de Kyan que je ne connaissais pas mais que je trouve véritablement excellent maintenant que j’ai regardé ça à rebours, Kyan incarne à la fois le mec lambda dans la série et quelqu’un d’extrêmement drôle, intelligent et créatif dans la réalité. A ses côtés, Bruno Muschio, que pour le coup je connaissais déjà en tant que Navo pour son excellente Bande pas dessinée et qui montre des talents d’écriture que je respecte beaucoup. Au casting, toute une troupe qui renouvelle depuis la série la distribution des sketchs et spectacles comiques de France : Bérengère Krief et Kheiron, au succès très mérité, pour ne citer qu’eux. Une seule fausse note au casting selon moi : Alice David, certes magnifique, mais à mes yeux trop peu à la hauteur face à la justesse et à la précision du reste du casting.

 

http://cdn1-public.ladmedia.fr/var/public/storage/images/news/photos/photo-alice-david-bref-au-pays-du-succes-181927/alice-david-dans-bref-de-canal-181931/1520377-1-fre-FR/Alice-David-dans-Bref-de-Canal_portrait_w674.jpg


         Bref, ça a été une fin assez abrupte au bout d’un an, alors que le succès était indéniable et au rendez-vous. Beaucoup ont été frustrés par cet arrêt volontaire en plein sommet mais avec le recul, je réalise que leur choix d’arrêter car tout avait été selon eux dit, d’arrêter avant de tourner en rond, d’arrêter avant de discréditer par une suite de trop une œuvre complète et réussie, et bien ce choix est largement compréhensible et même remarquable dans une culture où l’on a tendance à aller trop loin et trop user les idées qui fonctionnent. D’autant plus que la fin de la série montre une certaine tension, un certain fil rouge qui unit les épisodes, qui aurait sur la durée cassé le principe initial.

 

http://www.quizz.biz/uploads/quizz/351441/3_91ze5.jpg

 

         Bref. Bref, c’est selon moi la série qui représente, par son audace, par la banalité de son propos, par sa créativité, par son originalité dans la forme et dans le traitement, ma génération. Et je voue un respect absolu à ses auteurs et leur souhaite un énorme succès totalement mérité pour la suite de leurs aventures.

http://www.gizmodo.fr/wp-content/uploads/2012/06/bref.jpeg

         Bref, c’est pour cela que j’ai fait un article sur Bref.

 

Par Robert Mudas.

Repost 0
Published by Robert Mudas - dans Séries télévisées
commenter cet article
20 janvier 2014 1 20 /01 /janvier /2014 07:50

Voilà ce qui va se passer !

 

 

Une série créée par François Descraques

France

Première diffusion : 2009

 

Avec :

Florent Dorin : Le visiteur

Raphaël Descraques : Raph

Justine Le Pottier : Judith

Mathieu Poggi : Mattéo

Slimane-Baptiste Berhoun : Docteur Henri Castafolte

Isabel Jeannin : Stella

 

Série en cours. Trois saisons diffusées.

 

Raph est un jeune homme sans histoires. Un jour, alors qu'il s'apprête à lancer une canette de soda dans la poubelle d'un parc, un homme apparaît mystérieusement et lui dit de ne surtout pas faire ça, sous peine de provoquer la fin du monde …


http://www.blogifan.com/wp-content/uploads/2012/11/visiteur_du_futur.jpg

 

À la base, cette websérie n'était composée que de trois épisodes. Le pitch était simple : un personnage mystérieux surgit soudainement du futur pour empêcher un jeune homme de faire une chose tout à fait anodine, sous peine de provoquer la fin du monde. Seulement voilà, les épisodes plaisent au site Dailymotion, qui décide de les placer sur sa page d'accueil. Cette nouvelle visibilité provoque un certain engouement pour la série et pousse François Descraques, son créateur, à étoffer son scénario pour en faire une saison de 22 épisodes. Grâce à la bonne volonté des uns et des autres (les participants à la première saison, mais également d'autres personnes venues apporter leur aide au projet), une deuxième saison voit le jour, à l'issue de laquelle Ankama décide de sortir les deux premières saisons en DVD et de produire une saison 3, puis une saison 4, dont la diffusion a débuté le 19 janvier.


http://www.blog-humour.net/wp-content/uploads/mvbthumbs/img_43403_retour-sur-le-visiteur-du-futur.jpg 


En général, je ne regarde pas de webséries, dont le côté amateur me rebute un peu. Ce n'est pas du tout le cas du Visiteur du futur. Déjà, les acteurs tiennent la route. Certains ont fait du théâtre et ça se sent, mais même les autres ne font pas pâle figure. Ensuite, la réalisation est très professionnelle, malgré le peu de moyens dont dispose la série. Entre la saison 1 et la saison 3, on sent évidemment une évolution : plus d'action, plus d'effets spéciaux, des lieux de tournage plus diversifiés, plus d'acteurs aussi, et pourtant, lorsqu'on regarde les trois saisons à la suite comme je l'ai fait, on n'a pas non plus l'impression de voir deux séries totalement différentes.

 

http://s.wat.tv/image/visiteur-futur-s2-10_5juyv_2h49vw.jpg

 

Ne comptant que 8 acteurs (dont 4 qu'on ne voit presque pas), la saison 1 a été tournée en grande majorité dans l'appartement de François Descraques (qui est celui de Raph dans la série). Un store tiré, un angle différent, des lumières en moins et on peut ainsi multiplier les scènes. La saison 2 s'étoffe un peu en termes d'action et d'effets spéciaux. On y voit le présent du visiteur (le futur donc) et un groupe de cascadeurs vient donner un coup de main pour les scènes d'action (dont notamment une superbe dans le dernier épisode). La saison 3 comporte encore plus d'effets spéciaux, davantage de lieux de tournage et aussi plus d'acteurs (dont Simon Astier, quand même hein).

 

http://www.comicschronicles.fr/wp-content/uploads/2013/05/visiteur.jpg

 

Côté scénario, c'est assez bluffant car compte-tenu du contexte (d'abord 3 épisodes, puis une saison, puis 2, puis 3), on pourrait croire que l'intrigue va être morcelée ou comporter des incohérences, mais pas du tout. Là encore, lorsqu'on voit les trois saisons à la suite, on a l'impression que le scénario était prêt dès le début (mis à part peut-être les trois premiers épisodes, qui tiennent davantage du sketch, sans vraiment proposer d'intrigue et de fil rouge). Chaque saison possède également sa thématique. En saison 1, on se demande si le visiteur peut réellement sauver le monde ou s'il est simplement fou. En saison 2, on découvre le concept du "dommage collatéral", qui nous fait réfléchir sur l'implication de ces changements dans le futur pour tout un tas de personnes qui n'ont rien demandé. La saison 3 montre quant à elle la futilité des missions du visiteur, face à la puissance et à l'argent d'une organisation parfaitement structurée, qui peut ainsi réaliser beaucoup plus de choses. Ce développement de l'intrigue permet aux principaux personnages d'évoluer, chacun ayant son propre caractère et son propre rôle à jouer dans tout ça.

 

http://images.allocine.fr/medias/nmedia/18/86/31/65/20120643.jpg

 

L'intégralité de la série est disponible gratuitement sur le site officiel : www.levisiteurdufutur.com. Les trois premières saisons existent également sous forme de DVD. Si vous aimez la série, je vous conseille d'acheter les DVD car d'une part, ça fait des sous pour faire d'autres saisons, et d'autre part ceux-ci sont bourrés de bonus, d'une durée totale beaucoup plus longue que les saisons elles-mêmes. Making-off, genèse de la série, vous saurez tout sur le Visiteur du futur. :)
À noter que la série s'est également étoffée d'une BD, qui raconte ce qui se passe entre la saison 1 et la saison 2, ainsi que d'un jeu de plateau. Ne connaissant ni l'un, ni l'autre, je ne peux vous en dire plus.

 

http://v014o.popscreen.com/eGl1OTdtMTI=_o_le-visiteur-du-futur-s02e13.jpg

 

Saison 1
 
Raph se trouve tranquillement dans un parc avec ses potes, quand soudain, un étrange personnage surgit de nulle part pour l'empêcher de lancer sa canette dans la poubelle. Il lui explique qu'il vient du futur et que ce geste pourrait entraîner la fin du monde dans un futur très lointain. Par la suite, ce mystérieux visiteur empêche plusieurs fois Raph de faire telle ou telle chose, si bien que la brigade temporelle décide d'intervenir et commence à se demander pourquoi ce jeune homme intéresse tellement le visiteur. Serait-il plus important qu'il n'en a l'air ?


http://s1.dmcdn.net/ouPm/x240-hdP.jpgListe des épisodes de la saison 1 :

1x01 – La canette
1x02 – La pizza
1x03 – La copine
1x04 – Le casse-dalle
1x05 – Le policier
1x06 – Le policier Bis
1x07 – La réalité
1x08 – Le plan
1x09 – Les robots-tueurs
1x10 – La bière
1x11 – L'aïeul
1x12 – La vérité
1x13 – La dépression
1x14 – Le docteur
1x15 – L'individu perturbateur
1x16 – Le présent du visiteur du futur
1x17 – Le présent de la brigade temporelle
1x18 – L'échappée
1x19 – Le destin de Raph
1x20 – La traque
1x21 – Spoilers !
1x22 – The end of the world as we know it

 

Saison 2
 
Le visiteur, Raph, Tim et Léo enchaînent les missions pour empêcher les catastrophes. Bientôt rejoints par Judith et Mattéo, dont le futur a été modifié, ils se retrouvent confrontés à la fratrie Lombardi, qui craint d'être tout simplement effacée si le visiteur continue à agir.


http://www.comicschronicles.fr/wp-content/uploads/2013/05/eGlpMjk0MTI_o_le-visiteur-du-futur-s02e12.jpgListe des épisodes de la saison 2 :

1x01 – Reboot partie 1
1x02 - Reboot partie 2
1x03 - Reboot partie 3
1x04 – Le dommage collatéral
1x05 – Le destin
1x06 – Le Maharaja
1x07 - Rétrospection
1x08 – Double jeu
1x09 – L'esprit d'équipe
1x10 – Les Lombardi
1x11 – La crise
1x12 – À la recherche du bon Raph
1x13 – Le vrai Docteur Castafolte partie 1
1x14 - Le vrai Docteur Castafolte partie 2
1x15 – Un véritable héros

 

Saison 3
 
Tandis que nos quatre personnages poursuivent leurs missions visant à empêcher la fin du monde, ils se retrouvent face à une mystérieuse organisation, qui veut les empêcher d'agir tout en faisant visiblement la même chose qu'eux.


http://www.otakia.com/wp-content/uploads/2013/09/vdf_saison_3_fx_le_visiteur_constance.jpgListe des épisodes de la saison 3 :

1x01 – Michel
1x02 – La banane qui parle
1x03 – Proposition décente
1x04 – L'alcool aidant
1x05 – Les infiltrés
1x06 – La vérité sur les missionnaires
1x07 – Nouvel ordre
1x08 - Judith
1x09 – L'appel du futur
1x10 – Un autre monde

 

 

Par Cathy.

Repost 0
13 janvier 2014 1 13 /01 /janvier /2014 10:29

I missed something once before. I won't...I can't let that happen again

 

 

Une série créée par Howard Gordon et Alex Gansa

États-Unis

Première diffusion : 2011

 

Avec :

Claire Danes : Carrie Mathison

Damien Lewis : Nicholas Brody

Mandy Patkinson : Saul Berenson

Morena Baccarin : Jessica Brody

David Harewood : David Estes

Rupert Friend : Peter Quinn

Diego Klattenhoff : Mike Faber

 

Série en cours. Trois saisons diffusées.


 http://www.wallstock.fr/albums/cinema-series/series-tv/homeland-serie-tv-.jpg

 

Lors d'un raid en Irak, l'armée américaine découvre au fond d'une prison Nicholas Brody, un marine enlevé il y a huit ans et que tout le monde croyait mort. Celui-ci rentre aux États-Unis en véritable héros, mais Carrie Mathison, un agent de la CIA, le soupçonne d'avoir été retourné par Al Qaida et entreprend de le surveiller …


http://www.critikeurs.fr/wp-content/uploads/2011/11/homeland-family.jpg

 

J'ai tardé à me mettre à cette série. Non pas par manque d'intérêt, mais parce que j'avais pas mal de séries en cours à ce moment là et que démarrer une nouvelle série ne me semblait pas indispensable, d'autant que le thème ne me faisait pas sauter au plafond d'impatience. Suite à l'engouement de certains amis, j'ai fini par sauter le pas. Grand bien m'en a pris car Homeland est une série très intelligente à l'intrigue rondement menée.


http://www.celebitchy.com/wp-content/uploads/2013/08/homeland1.jpg

 

On pourrait penser à la lecture du pitch que la série va être très manichéenne, avec les gentils américains d'un côté et les méchants islamistes de l'autre. Mais il n'en est rien et on se rend très vite compte que tout n'est pas si simple et qu'il y a finalement des gentils et des méchants des deux côtés, ou que cela dépend du point de vue dans lequel on se place. De la même manière, on pourrait également craindre en regardant les premiers épisodes que la série va vite tourner en rond mais là encore, les créateurs nous proposent une intrigue riche, où chaque situation ne reste jamais figée bien longtemps. Cela ne veut pas dire que ça devient vite fouillis, bien au contraire. Tout est parfaitement bien pensé et écrit, de sorte que lorsque les événements se produisent, on est surpris et on trouve ça logique en même temps, la plupart du temps (et d'autres fois on est uniquement surpris tellement on ne s'y attendait pas).


http://www.lacritiquerie.com/wp-content/uploads/2013/08/homeland-bande-annonce-trailer-saison-3.jpg

 

J'ai personnellement été bluffée par la prestation de Claire Danes, que je ne connaissais que de nom. J'ai rarement vu une actrice capable de faire passer autant d'émotions différentes sans surjouer, qui peut pleurer sur commande ou faire trembler les muscles de son visage en donnant l'impression que c'est incontrôlable. Je ne suis généralement pas à l'affût du jeu des acteurs, tant qu'ils font leur boulot, c'est tout ce que je demande, mais là, j'ai vraiment été frappée par sa performance. On y croit réellement. Damien Lewis et Mandy Patkinson sont très bons également, dans deux rôles très différents. À vrai dire, il n'y a qu'une actrice que je trouve vraiment mauvaise, et il est très rare que je pense ça (je crois même que c'est la première fois). Il s'agit de Morgan Saylor, qui joue le rôle de Dana Brody. Son rôle est assez important, car elle est la seule dans l'entourage de son père à se poser des questions sur le comportement de celui-ci. Mais rien n'y fait. Quel que soit le registre dans lequel elle joue, ça sonne faux et creux. Les scénaristes ont essayé de lui faire prendre plus d'importance en saison 3, en lui écrivant une intrigue parallèle à l'histoire principale, mais ça ne change rien de mon point de vue, il m'est impossible de m'intéresser au personnage.


http://images.telerama.fr/medias/2012/10/media_88909/homeland-situe-beyrouth-en-afghanistan,M97404.jpg

 

Difficile pour moi d'en dire plus sur cette série sans dévoiler l'intrigue, mais n'hésitez pas si vous n'avez pas encore commencé la série. Les trois saisons déjà diffusées sont très riches et intéressantes. J'ai lu par-ci par là que certains avaient été déçus par la 2e saison. Ce n'est pas mon cas, je trouve que les trois saisons affichent une continuité. Une quatrième saison a déjà été signée, et sera diffusée à l'automne prochain. J'espère que les créateurs auront l'intelligence de ne pas trop étirer la série, car ce serait dommage de tout gâcher en voulant multiplier les saisons, juste parce que ça marche. En tous cas, si la fin de la série est à la hauteur de ce que l'on a vu pour l'instant, elle fera à coup sûr partie de mes séries de référence.

 

http://i.huffpost.com/gen/1536912/thumbs/o-HOMELAND-570.jpg?5

 

 

Par Cathy.

 

Repost 0
9 décembre 2013 1 09 /12 /décembre /2013 11:30

Le super-vilain qui chante.

 

Web-série créée par Joss Whedon

Etats-Unis

Trois épisodes, 45 minutes en tout.

Première diffusion :  2008

 

Avec  :

Neil Patrick Harris : Dr Horrible

Nathan Fillion : Captain Hammer

Felicia Day : Penny

Simon Helberg : Moist

 

http://www.cinechronicle.com/wp-content/uploads/2012/07/Dr.-Horribles-sing-along-blog.jpg


            Tout le monde se souvient de la grève des scénaristes de 2008 qui a mis à mal la progression de beaucoup de nos séries télévisées préférées et qui a affaibli de nombreuses saisons (évidemment, je ne parle ici que de l’impact sur les spectateurs, loin de moi l’idée de juger le mouvement de grève). Pendant cette période, le célèbre et geek – le célèbre geek – Joss Whedon a eu l’idée de faire un projet totalement personnel et a voulu prouver qu’en s’entourant bien et qu’en utilisant Internet pour contourner le grand système des studios, on pouvait aboutir à un projet indépendant de qualité.

            Pour ceux qui ne savent pas qui est Joss Whedon : déjà, trois Ave Maria ce soir avant de vous coucher. Sachez ensuite, manants, que Whedon est le papa de la célèbre série pour adolescents que nous étions Buffy contre les vampires, qu’il est aussi, même si c’est moins connu, le scénariste d’excellents épisodes des comics américains Astonishing X-Men (et franchement, ça fait partie de ce qu’on a fait de mieux sur les X-Men). Il est aussi et enfin maintenant devenu totalement populaire avec la parfaite réussite qu’est le film Avengers.

 

http://cdn11.ne.be/ckContents/images//Octobre%202012/dr-horrible.jpeg


            Son projet Dr Horrible est donc beaucoup plus intimiste que toutes ces grosses productions. Il a néanmoins su s’entourer de gens talentueux à l’écriture et à la réalisation (ses proches dont ses deux frères), ainsi que d’excellents acteurs, certains déjà connus comme Nathan Fillion, qui tient un de ses meilleurs rôles selon moi (mais je ne regarde pas Castle...), ou d’autres qui seront ensuite connus dans le milieu de la série télévisée, comme Neil Patrick Harris, le Barney de How I Met Your Mother ou Simon Helberg, Howard dans The Big Bang Theory. La rencontre de ces trois acteurs est juste magnifique, déjà, avant leur célébrité populaire dans les séries mentionnées.

            L’histoire commence comme un blog vidéo d’un super-vilain, qui essaie de faire ses mauvais coups et répond aux messages plus ou moins cordiaux des internautes. Il y raconte ses déboires face à son pire ennemi le gentil, le fort, mais le stupide Captain Hammer, ainsi que son histoire d’amour pour Penny, une jolie rousse rencontrée à la laverie. Petit à petit, on va le voir au quotidien lutter pour se faire intégrer dans l’Evil League of Evil dirigée par le terrible Bad Horse. On est clairement dans de la parodie totale des histoires de super-héros, mais ce loser est en même temps extrêmement touchant, et c’est notamment dû à son interprète, un des meilleurs acteurs comiques du moment selon moi.

           

http://uselesswarrior.files.wordpress.com/2010/03/dr-horrible_l.jpg


            Donc, « Dr Horrible » : expliqué. « Blog » : expliqué. Mais pourquoi « Sing-Along » ? Ah. Ah oui. J’ai oublié de vous dire. C’est une comédie musicale….

Quitte à brouiller les genres, à s’amuser, et à disposer d’acteurs talentueux, autant aller loin dans le délire et se mettre à chanter ! Un épisode de Buffy nous avait déjà montré le goût de Whedon pour la comédie musicale, et je suis intimement persuadé que le prochain film Avengers sera une comédie musicale (imaginez : Stark et Thor chantant en volant dans le ciel de New York…). Ici, tous s’amusent dans ce délire, et si c’est extrêmement déroutant dans un premier temps, c’est aussi très réussi et efficace dans un second. Les acteurs jouent très bien le jeu (j’ai un peu de mal avec la voix de Felicia Day, mais son personnage n’étant pas le plus charismatique de cette histoire, c’est peu important) et si au début on s’en amuse on devient peu à peu impressionné par le brio avec lequel l’aspect musical est exécuté. Certains morceaux sont vraiment des réussites totales, comme l’enthousiasmante « Brand New World », le très drôle discours de Captain Hammer « Everyone is a hero » ou encore la chanson croisée entre les deux protagonistes « Everybody’s Heart », vraiment bien interprétée et écrite. Sans parler de la fin qui me laisse toujours totalement subjugué. C’est bien simple, après avoir vu cette mini-série, j’ai eu très longtemps sa bande originale sur mon baladeur MP3. Oui, c’était l’époque où on avait des baladeurs MP3… Ne me jugez pas.

           

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQvNxXuIshAR-ksKWl6FtFFWvShorij1VBgwk4MDZ9Ltcii6pKFrYxapjf4UA


                  Normalement, vous êtes déjà en train de rechercher sur la page Amazon ou Fnac comment trouver cette œuvre. Et bien, c’est peu aisé, croyez-moi. A ma connaissance, cette mini-série de talent, qui surpasse largement beaucoup de choses que nous propose notre chère télévision (vous avez déjà regardé deux secondes de « Real Housewives », vous ? J’ai été sidéré…), n’est pas disponible à la vente en français, ni en audio (mais ça c’est normal, j’ai envie de dire, ça nuirait totalement aux chansons !) ni en sous-titres. C’est donc tout naturellement vers les solutions illégales, qui proposent des versions en vost, qu’il va falloir se tourner et s’avouer que, oui, on volerait un scooter. Mais vu que c’était le mode de diffusion choisi par Whedon au départ, qui voulait juste s’amuser et créer quelque chose d’efficace, de rapidement diffusable et à peu de frais, je crois bien qu’on ne gène pas trop l’esprit de l’œuvre en faisant cela. (EDIT : en fouillant pour agrémenter cet article de la vidéo ci-dessous, j'ai aussi vu que les trois actes étaient disponibles intégralement en vost sur Youtube.)

            Une suite a été annoncée depuis longtemps, qui met en extase tous les geeks du monde. Il faut avouer qu’entre-temps le projet Avengers a sûrement dû changer les priorités de Whedon mais il paraîtrait que certaines chansons sont déjà écrites. Personnellement, j’en serais fort content mais ces trois premiers épisodes me suffisent déjà amplement tant ils sont aboutis et réussis.

 

 

 


 

 


Par Robert Mudas.

Repost 0
Published by Robert Mudas - dans Séries télévisées
commenter cet article
18 novembre 2013 1 18 /11 /novembre /2013 17:15

Qui a tué Danny Latimer ? 

 

 

Une série créée par Chris Chibnall

Royaume-Uni

Première diffusion : 2013

 

Avec :

David Tennant : Alec Hardy

Olivia Colman : Ellie Miller

Jodie Wittaker : Beth Lattimer

Andrew Buchan : Mark Latimer

Arthur Darvill : Révérend Paul Coates

David Bradley : Jack Marshall

Pauline Quirke : Susan Wright

 

Série en cours. Une saison diffusée.

 

 

 

 

  Danny Latimer, un jeune garçon de 11 ans, est retrouvé mort sur une plage de la petite ville tranquille de Broachurch. Ellie Miller, une flic locale, va devoir faire équipe avec Alec Hardy, fraîchement arrivé en ville, pour élucider cette affaire. Pas si simple puisque très vite, tout le monde semble coupable …


http://i1.cdnds.net/13/12/618x436/uktv-broadchurch-ep3-7.jpg 

 

 Lorsque j'ai entendu parler pour la première fois de cette série, je me suis tout de suite dit : "On dirait Twin Peaks". Et en effet, les points communs sont nombreux : un enfant retrouvé mort sur une plage, un flic qui vient de l'extérieur, chaque habitant qui tente de protéger ses secrets, une petite ville qui semble repliée sur elle-même … Pour autant, il serait dommage de passer à côté. Déjà parce que tout l'intérêt de ce genre de série repose sur le fait de savoir qui a commis le meurtre et pourquoi, ce qui fait que chacune est différente puisque chaque histoire est différente, ensuite parce que le casting est tout de même très intéressant. Il n'aura pas échappé aux fans de Doctor Who la présence de David Tennant, en flic acariâtre à 100 lieues du docteur déjanté, ainsi que d'Arthur Darvill, l'excellent Rory des saisons 5 à 7. On peut également retrouver David Bradley, l'antipathique concierge dans Harry Potter et le non moins antipathique Walder Frey dans Game of Thrones. Pour ma part, j'ai beaucoup aimé la prestation de Jodie Wittaker, dans le rôle de Beth, la mère de Danny, qui voit son monde s'écrouler autour d'elle et voudrait simplement comprendre pourquoi quelqu'un s'en est pris à son fils. L'actrice a su nous faire ressentir tout le désespoir d'une mère à qui son enfant est arraché. Mais tous les acteurs sont très convaincants à vrai dire.

 

http://wpmedia.o.canada.com/2013/08/broadchurch_ep1_39.jpg

 

  Comme je l'ai dit, tout le monde devient tour à tour suspect. Il faut dire que tout le monde cache des choses, pas forcément en rapport avec Danny d'ailleurs. Il va donc être extrêmement difficile pour nos deux flics de démêler le vrai du faux dans toutes ces histoires. Du côté du spectateur, on ne sait pas non plus qui est responsable de ce crime affreux, ce qui ajoute un certain piquant à l'histoire, puisqu'on le découvrira à la toute fin. Sans en dire trop, j'ai été un poil déçue par cette fin d'ailleurs, car j'ai eu beaucoup de mal à croire à l'explication finale, qui pourtant tient parfaitement la route, mais je ne sais pas comment l'expliquer, ça m'a gênée (enfin si, je sais, mais je ne peux pas vous le dire sans raconter l'histoire ^^). Cela dit, mis à part ce "détail", la fin est très bien faite. L'ambiance est bien pesante comme il faut et cette dernière phrase que Beth lance à Ellie … difficile de trouver mieux pour clore cette histoire.

 

http://wpmedia.o.canada.com/2013/07/broadchurch_s1_ep03_007.jpg http://www.radiotimes.com/namedimage/Broadchurch__who_s_the_killer_.jpg?quality=85&mode=crop&width=620&height=374&404=tv&url=/uploads/images/original/27090.jpg

 

  Bon soyons honnête : mis à part cette ressemblance avec Twin Peaks (le côté barré en moins, ce qui n'est pas plus mal) qui m'a intriguée, j'ai surtout commencé à regarder cette série grâce à la présence de David Tennant, car j'avais très envie de le voir dans un autre rôle que celui du Docteur. Eh bien je n'ai pas été déçue, puisque ce personnage est l'exact opposé. Triste, renfrogné, désagréable, Alec Hardy semble vivre au jour le jour et ne tenir à rien. On est bien loin du docteur enjoué et survolté. J'ai d'ailleurs eu du mal à reconnaître sa voix au début, tellement le ton est différent. Il prend de plus un malin plaisir à terriblement forcer sur son accent écossais, un vrai supplice si vous avez des problèmes d'affichage de sous-titres (oui, c'est du vécu). Son duo avec Olivia Colman fonctionne parfaitement bien. Elle est la gentille flic qui connaît tous les habitants et a donc du mal à s'imaginer que l'un d'eux puisse être coupable, il est le méchant flic qui soupçonne absolument tout le monde. Elle pourra donc lui donner de précieuses informations sur la ville, ses habitants et le parcours de la famille Latimer, tandis que lui gardera un œil neuf et la forcera à considérer chacun comme potentiellement suspect.


http://s3.sidereel.com/cms/posts/248171/large/broadchurch-1x06-550x320.jpg

 

Broadchurch est donc une série très prenante (sont forts ces anglais). On a envie de connaître le fin mot de l'histoire, on a envie de connaître les secrets de chacun, l'ambiance de huis-clos qui règne sur la ville est tout juste supportable par moments et les acteurs sont tous très bons. De plus, la saison ne faisant que huit épisodes, on n'a pas le temps de s'ennuyer, malgré le rythme assez lent propre à ce genre de série. Une saison 2 va d'ailleurs voir le jour (elle est annoncée à la fin de la saison 1), mais je ne vois pas très bien ce qui pourrait s'y passer, à moins de changer de ville et de personnages, car à la fin du dernier épisode, la boucle est bouclée et nous n'avons plus rien à apprendre.


http://www.sinedrama.com/wp-content/uploads/2013/08/TV-series-Broadchurch-1795096.jpg

 

Par Cathy.

Repost 0
11 novembre 2013 1 11 /11 /novembre /2013 12:35

 

Les contes de fées sont terminés!

 

 

Créee par Stephen Carpenter, David Greenwalt, Jim Kouf

Etats Unis

Première diffusion sur NBC depuis 2011.
22 Episodes par saison

 

http://seriesaddict.fr/images/galerie/Grimm/promoSaison-1/Nick-Grimm-Pilot-1x01-NBC.jpg

 

 

La série suit les aventures du détective Nick Burkhardt, détective au département de police criminelle de de la ville de Portland et de son partenaire Hank Griffin.

 

http://img2.timeinc.net//ew/i/2012/11/14/grimm-209-breakup.jpg

 

 

  Nick s'aperçoit qu'il commence à voir de plus en plus de bizarreries sur le visage de certaines personnes, sans arriver à se l'expliquer. Tout cela lui est confirmé par l'arrivée de sa tante Marie à son domicile qui lui révèle qu'il est le dernier descendant de la famille Grimm. Les frères Grimm célèbres pour leurs contes sont en fait des chasseurs des démons qu'il traitent dans leur récits. Nick rentre en possession de la caravane de sa tante où tous les écrits et instruments (armes, potions) sont disponibles pour qu'il accomplisse son héritage et devoir.

Au cours de ses enquêtes, il va se faire aider par son coéquipier Hank Griffin pour la partie normale et de Monroe (qui est un Wesen) puis de Rosalee (Wesen aussi) avec le magasin d'épices pour la partie surnaturelle.

 

Acteurs principaux

 

 

Saison 1

 

  Les premiers épisodes se concentrent sur la découverte des créatures appelées Wesen après le pilote qui fixe les bases de la série. Ces épisodes présentent des créatures différentes, basées sur des animaux, ainsi que leur hiérarchie. Autre petit point récurrent traité : la vision de ce Grimm par les Wesen qui sont surpris par ce Grimm beaucoup plus conciliant et moins pragmatique que ses ancêtres.

 

http://img.over-blog.com/600x360/0/20/49/74/series2012/cableetsat/grimm-copie-1.jpg

 

  La série propose une enquête policière toujours basée sur un crime ou délit concernant les Wesen. L'enjeu de la série est le comportement de Nick vis à vis de son ambiguïté envers les 2 mondes. Comment gérer un phénomène surnaturel tout en restant dans la rationalité d'une procédure policière sans avoir à expliquer une situation inexplicable à son entourage (collègues et amis). Le côté surnaturel est assumé par la ville de Portland et son passé avec les sorcières de Salem (ville située à quelques kilomètres de Portland) ainsi que par la devise non officielle de Portland «Keep Portland Weird » ("Gardons Portland étrange"), ce qui fait que les gens ne sont pas trop surpris par des événements étranges.

   Si tout cela peut s'apparenter à du Buffyverse, la comparaison n'est pas innocente. David Greenwalt a travaillé sur Buffy et Angel en tant que producteur exécutif, auteur et réalisateur de certains épisodes pendant les 3 ans où il a officié sur ces deux séries. D'où certaines similitudes (Monstres de la semaine, effets spéciaux...).

 

   A la moitié de la saison, la mythologie se met en place avec l'intrigue des pièces de monnaies (qui se déroulera jusqu'à la fin de la saison) qui introduit plus en avant les familles royales ainsi que leur motivations et leurs relations. Je ne dévoile rien parce que c'est tout l'intérêt de suivre Grimm que de découvrir tous ces mystères.

 

http://itstvnews.files.wordpress.com/2013/05/grimm.jpg?w=610
   La fin de la saison reprend une intrigue de milieu de saison et la continue sur un cliffhanger invitant à découvrir la suite au plus vite...

 


Saison 2

 

grimm.jpg

 

   Cette saison reprend exactement à la fin de la saison 1. D'ailleurs, le postulat du cliffhanger sera traité durant la totalité de la saison par petites touches sur les premiers épisodes, toujours accompagné par des enquêtes qui se suffisent à elles-mêmes et puis par des épisodes spécifiques de l'épisode 11 jusqu'à la résolution à l'épisode 14. A noter à la fin de l'épisode 12, après le panneau « à suivre », un panneau « désolé » qui montre que tout cela avait été pensé en amont, ce qui fait plaisir.

  La seconde partie de la saison se focalise plus sur le personnage de Juliette qui devant tous ces événements étranges essaie de démêler le vrai du faux. Ainsi que sur les conséquences des épisodes 11 à 14 qui fournit une nouvelle histoire liée aux familles royales.

 

grimm2.jpg

 

  Un autre intrigue toujours présente et qui reste le fil rouge de la série, reste la clé que possède Nick. Clé qui mène à une carte au trésor, que toutes les familles royales cherchent afin de découvrir le trésor datant d'une croisade du 13ème siècle.

  Le cliffhanger débute à l'épisode 21 et s'achève sur un final haletant qui j'espère sera développé comme durant la saison 2. Je suis donc impatient de découvrir la saison 3..

grimm3.jpg

 

 

   Cette saison marque le changement pour beaucoup de personnages : Rapprochement, séparation, mensonge, vérité, alliance, trahison. Les lignes n'ont jamais été aussi floues entre eux.
J'ai vraiment pris plaisir à vibrer avec eux à chaque épisode 


Cette série, comme je l'ai dit plus haut ressemble à du Buffy, teinté d'un point de vue d'adulte et sans jamais se départir de moments plus drôles. Une bonne série fantastique avec des personnages attachants.

 

Par Oxo.

Repost 0
31 octobre 2013 4 31 /10 /octobre /2013 11:30

Big Brother ain't watching us 

 

 

Une série créée par Charlie Brooker

Royaume-Uni

Première diffusion : 2008

 

Avec :

Jaime Winston : Kelly

Riz Ahmed : Riq

Andy Nyman : Patrick

Adam Deacon : Space

Kevin Eldon : Joplin

Beth Cordingly : Veronica

Davina McCall : Davina McCall

 

Mini série de 5 épisodes.

 

  Nous sommes dans les coulisses de l'émission de téléréalité Big Brother. La tension monte dans le studio car ce soir, c'est le Prime et tout doit être fin prêt. Tandis que Kelly fait le tour des bureaux pour distribuer des cafés, Patrick s'inquiète car des émeutes ont éclaté dans le pays et pourraient entraîner un flash spécial et donc l'annulation du Prime…


http://www.zombiesworld.com/wp-content/uploads/2012/05/DeadSEt200.jpg 

 

 En grande amatrice de bonnes histoires de zombies, je me suis évidemment jetée sur cette série dès que j'en ai entendu parler. Sous un format d'un épisode de 45 minutes, suivi de 4 épisodes de 25 mn chacun, on pourrait même la considérer comme un film, car elle en a la durée et la forme.

Nous suivons donc Kelly, qui travaille sur la célèbre émission Big Brother (l'équivalent britannique de Loft Story, pour ceux qui l'ignorent). Son travail n'est pas bien compliqué puisqu'elle doit avant tout servir le café au personnel et faire quelques courses. Ce qui est bien pratique pour nous, spectateurs, puisque nous pouvons ainsi découvrir les coulisses de l'émission et les personnages. Le début nous présente donc l'univers un peu particulier de ce type de show. Et puis après, ça se gâte, vous vous en doutez bien.

 

http://www.thesmonkey.com/wp-content/uploads/2010/07/deadset2def.jpg

 

  L'histoire est assez classique. Des zombies apparaissent tout d'un coup pour bouffer les vivants, on ne sait pas d'où ils sortent, ni pourquoi ils sont là, mais tout le monde s'en tape, et les personnages principaux sont très caricaturaux. Nous avons ainsi la petite débrouillarde, la bimbo décérébrée, le gars que tout le monde rejette, la grande gueule, etc. Là où la série sort son épingle du jeu à mon sens, c'est grâce à l'univers dans lequel elle se passe. C'est en effet l'occasion d'alterner les scènes montrant l'envers du décor de Big Brother aux scènes de carnage, filmées de manière saccadée, avec des successions d'images très rapides et qui bougent dans tous les sens, à tel point que j'avais du mal à savoir ce qui se passait lors de mon premier visionnage (surtout au début, dans les scènes de nuit). L'humour est également très présent, ce qui donnera par exemple la première scène d'attaque des zombies sur fond d'une chanson de Mika, ce que j'ai pour ma part trouvé assez fun (bon, après je l'ai eue dans la tête le reste de la série).

 

http://www.devildead.com/tv/deadset03.jpg

 

  J'ai aimé ce mélange téléréalité/zombies. C'était plutôt bien vu, d'autant que les candidats sont totalement coupés de la réalité dans leur loft, et donc continuent leur vie sans savoir que dehors, plus personne ne les regarde. Cet aspect aussi apporte beaucoup d'humour, d'ailleurs. Et le vice est même poussé jusqu'à demander à l'animatrice vedette de la vraie émission de reprendre son propre rôle dans la série, histoire d'ajouter une pointe de réalisme à tout ça (elle doit avoir de l'humour d'ailleurs, parce que son émission n'est pas présentée sous un jour très flatteur).


http://blog.dvdpascher.net/media/deadset2.JPG

 

   C'est donc une bonne petite série, comme savent si bien le faire les anglais. Je me dois toutefois de prévenir les âmes sensibles, c'est plutôt gore. Du sang, des boyaux qui volent, le réalisateur se fait plaisir, même si comme je l'ai dit, la façon de filmer permet parfois d'atténuer le côté gore. Mais bon avec les histoires de zombies, faut pas s'attendre à un truc tout beau, tout propre non plus, sinon ça n'a plus d'intérêt.

 


Sur ce, Joyeux Halloween !


http://100poursanghorreur.free.fr/IMG/jpg/miam_miam_dead_set.jpg

 

Par Cathy.

 

[L'avis de Robert Mudas :

Merci à Cathy pour ce spécial Halloween ! J'ajouterais juste, si elle me le permet, le respect total des codes du film de zombies. Comme Romero critiquait par exemple la société de consommation dans Zombies, Dead Set choisit de critiquer de façon très cynique la télé-réalité et ses participants. On voit des candidats totalement déconnectés de la réalité, qui ne le sauraient donc pas si une catastrophe se passait en dehors du loft. De même, le zombie qui guette depuis le studio les candidats sur l'écran comme de la viande ambulante n'est pas sans faire réfléchir sur l'état cérébral des amateurs de ce genre de programme... Tout comme les foules de zombies qui attendent les candidats à la sortie du loft tout là où des fans les attendent normalement... Dead Set a l'intelligence d'avoir une portée critique comme je les affectionne dans ce genre de productions, tout en établissant un humour salvateur et un second degré attachant (comme Cathy l'a dit dans l'article, certaines personnalités de la télé-réalité anglaise font partie du casting, ce qui rend la transposition très drôle, d'autant plus qu'elles ont souvent une mort atroce).

Une mini-série très intéressante donc, que je conseille tout comme ma collègue de blog !]

Repost 0

Contact

Participations, encouragements, insultes...
ludiculture@yahoo.fr

Rechercher