Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 août 2013 4 22 /08 /août /2013 13:44

Ah ouais César !

 

Editions Hurrican

Un jeu de Paolo Mori

Illustré par Vincent Dutrait

2013

 

De 2 à 6 joueurs

30 minutes – 45 minutes

30 euros environ

 

augustus.jpg

 

  Dans sa fausse grosse boîte inutile, Augustus est un réel succès moderne dans le monde du jeu de plateau, il n’y a qu’à aller en salon ludique et voir combien les tables de démonstration sont pleines.

  Son succès, largement mérité, repose sur plusieurs choses : d’abord une simplicité de règles étonnante, puisque le mécanisme de base est celui du bingo ! En effet, à chaque tour, un des joueurs tire un jeton d’un sac, et en fonction du symbole figurant sur le jeton tiré tous les joueurs posent un de leurs pions légionnaires sur une des cartes posées devant eux. Quand tous les symboles d’une carte auront été occupés par des légionnaires, alors la carte sera conquise, et le joueur gagnera des points de victoire à la fin de partie. Fin de la partie qui arrivera dès qu’un joueur aura conquis sept cartes. On peut difficilement faire plus simple, non ?

 

http://3.bp.blogspot.com/-S5o7Vzd_dLc/UT432-UjIII/AAAAAAAAJdI/cM6CYy4GnHQ/s320/AugustusP.jpg

 

  Simplicité de règles donc, mais pas que. Car le jeu, et c’est son deuxième atout, dispose d’une certaine profondeur tactique et stratégique que la simplicité du mécanisme ne laisse pas envisager au premier regard. En effet, il faudra faire des choix : trois cartes à remplir sont devant chaque joueur, et chaque carte comporte de 2 à 6 symboles. Quand on sait que chaque joueur n’a que 7 pions légionnaires, le compte est vite fait pour savoir qu’il faudra faire des choix judicieux, être précautionneux ou ambitieux au bon moment pour gagner. De plus, les jetons ne sont pas en proportion égale dans le sac, et il convient donc de favoriser certains symboles plutôt que d’autres pour ne pas être trop en position d’attente d’un symbole unique qui ne vient pas.

  Le jeu va permettre aussi une spécialisation assez intéressante, puisqu’à chaque carte réussie nous choisissons la suivante parmi cinq posées devant tous les joueurs. Et toutes les cartes ne se valent pas… Il convient de dire, avant d’expliquer un peu plus la spécialisation stratégique possible, qu’il y a deux types de cartes : les sénateurs et les provinces. Parmi ces dernières, il y a trois couleurs possibles : les vertes, fréquentes et rapportant peu de points, les roses plus rares mais plus intéressantes et les orange très rares et souvent très difficiles à faire. Et bien, sachez que certaines cartes réussies ne vous proposeront pas un gain fixe de point de victoire mais un gain relatif à toutes vos cartes conquises : par exemple 6 points par carte orange. Ou encore 3 points pour chaque symbole « catapulte » de vos cartes conquises. D’autres cartes vous aideront en identifiant certains symboles que vous pourrez confondre sans être accusés de tricher, d’autres vous donneront en cadeau de précieux nouveaux légionnaires, d’autres enfin ne vaudront pas grand-chose en point mais annuleront une carte conquise par chaque adversaire ! Au final, nul doute qu’il y aura des choix judicieux à faire au bon moment, entre les bonus possibles pour s’aider dans la suite de la partie et le gain direct de points de victoire.

 

http://www.espritjeu.com/components/com_virtuemart/shop_image/product/Augustus_regions.jpg

 

  Voilà pour les qualités de ce jeu bien plus subtil qu’il n’en a l’air. Bien sûr, le hasard sera fortement présent, mais c’est un hasard qu’il s’agira de gérer en fonction des cartes que l’on choisit et des bonus que l’on récupère. Ce qui donne à ce jeu empruntant les mécanismes du bon vieux Bingo une originalité et une fraîcheur très agréables dans le monde ludique actuel. C’est un avis personnel et il vaut ce qu’il vaut mais je trouve par exemple que les jeux qui n’ont plus de mécanisme de « tours » et de « c’est à toi de jouer » ont tout compris. Paolo Mori, dans la lignée de son déjà très bon Libertalia, nous propose ici un jeu où tout le monde joue en même temps, où il n’y a pas ou peu de temps morts (pendant qu’un joueur choisit sa prochaine carte, à la rigueur), et où il fait bon jouer dans la bonne humeur.

  Car je ne peux faire un article sur Augustus sans parler de son ambiance, ne serait-ce que pour les deux amis qui me le reprocheraient à vie. Ce jeu vif et rapide amusera les joueurs, néophytes du jeu de société moderne comme vieux de la vieille entre deux parties de Civilization, avec son tirage de jetons et son ambiance. Par chez nous, par exemple, on a tendance à s’acclamer quand l’autre réussit un beau coup, et c’est bien fun. Pour les moins exubérants, l’aspect « course » de ce jeu peut fortement les enthousiasmer. Car je n’ai pas parlé des récompenses… Le premier joueur à avoir réussi trois cartes sénateurs gagne 2 points en plus à la fin de la partie. Le premier à avoir conquis trois provinces vertes 4 points. 3 provinces roses 8 points, 3 provinces orange 10 points, et une carte de chaque sorte 6 points. Ainsi, pour acquérir ces bonus, ce sera véritablement la course entre les joueurs qui se surveilleront et regarderont toujours parmi les cinq cartes à choisir prochainement celle qui les intéresse le plus. De plus, le jeu propose un intelligent système de stop-ou-encore : dès qu’un joueur réussit son deuxième objectif, il a le droit de récupérer une récompense de quelques points de victoire. S’il la prend, plus personne ne pourra la prendre. S’il ne la prend pas, il n’aura plus le droit de la prendre et visera une plus haute, puisque les valeurs sont de plus en plus importantes en fonction du nombre d’objectifs accomplis. Ce système de stop-ou-encore amène certains dilemmes très intéressants, et additionné à tout ce qui a déjà été dit avant, un vrai jeu profond, intéressant et fun.

 

http://casse-noisettes.be/shop/1202-1552-thickbox/augustus.jpg

 

  J’ai déjà l’impression d’avoir été trop long pour un jeu d’une telle fluidité, donc je m’arrête là et ne saurai que vous conseiller d’essayer ce petit jeu fort agréable, au succès mérité, où le gamer et Mamie Ginette se retrouvent avec plaisir, et qui suit actuellement la route d’un autre grand jeu moderne et populaire, 7 Wonders. Personnellement, ma préférence va à Augustus.

 

Par Robert Mudas.

Partager cet article

Repost 0
Published by Robert Mudas - dans Jeux de société
commenter cet article

commentaires

Contact

Participations, encouragements, insultes...
ludiculture@yahoo.fr

Rechercher