Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 août 2013 2 06 /08 /août /2013 10:06

 

Craignez les morts. Et les vivants encore plus...

 

Scénario de Robert Kirkman.

Dessin de Charlie Adlard après un tome 1 par Tony Moore.

Publié par Images Comics et par Delcourt en France.

Série en cours, 17 tomes (102 numéros) parus depuis 2003.

 

http://theinquisitiveloon.files.wordpress.com/2012/11/the-walking-dead-comic-characters.jpg

(Cet article sera basé sur l’édition française par Delcourt, pour la numérotation et les titres.)

 Les geeks vont me détester. Me haïr. Je suis désolé, je dois pourtant bien l’avouer… J’ai lu les comics de The Walking Dead APRES avoir vu les deux premières saisons de la série télé adaptée. J’entends déjà les cris et les huées… Mais si ça peut vous rassurer, amis geeks : je préfère le comic à la série télévisée. C’est bon, on est copains ?

Je ne sais pas vraiment ce qui ne m’attirait pas dans The Walking Dead avant que je ne voie la série. J’en avais entendu parler, bien sûr, mais le noir et blanc me rebutait un peu, je crois. J’avais aussi un peu peur d’un truc gore sans grande profondeur.

Et bien, et bien, j’ai vraiment bien fait de découvrir ce comic d’une précision et d’une efficacité impressionnantes. Le dessin n’y est effectivement pas à mon goût, disons-le tout de suite, ce n’est pas ce qui me fait suivre cette série.  Le noir et blanc me gêne un peu aussi. Mais le scénario y est véritablement génial, travaillé, intéressant et profond, à mille lieues de ce que les gens pensent généralement d’une « série de zombies. »

 

http://www.space2geek.net/wp-content/uploads/2012/11/walking-dead-dessin.jpg

 

 La série commence par le réveil de Rick Grimes, héros héroïque s’il en est, émergeant d’un long coma dans un hôpital déserté. Peu à peu il va se rendre compte que la ville a été ravagée par un fléau inquiétant : des morts-vivants. Son premier objectif sera de retrouver sa famille, sa femme Lori et son fils Carl, puis de mener toute une communauté de survivants. Entre errances sur les routes américaines, moments de répit dans des abris plus ou moins provisoires, et affrontements avec des groupes rivaux bien décidés à garder ou récupérer un abri, cette série va nous faire suivre le quotidien de ces survivants. Et je préfère le préciser : ne vous attachez pas aux personnages, car ils sont tous capables de mourir ! En témoigne le tableau récapitulatif des vivants et des morts au début de chaque tome…

Ce comic dispose de deux grosses qualités à mentionner tout de suite : un rythme audacieux et une ambiance très bien retranscrite. Le rythme n’est pas celui auquel on s’attendrait pour une histoire de zombies : bien sûr il y a des passages où ça trucide du zombie à tout va et où ça perd ses boyaux à moitié dévorés, mais il y a aussi des passages de calme où l’enjeu ne sera pas visuel mais psychologique, des passages centrés sur les relations entre les personnages, sur leurs angoisses, sur leurs espoirs et sur leurs peurs. L’adaptation télévisée a voulu retranscrire cela dans ses deux premières saisons, et cela a d’ailleurs désarmé beaucoup de spectateurs habitués aux films de zombies boostés à l’adrénaline. Quant à l’ambiance, elle s’enfonce de plus en plus dans la dépression et le malaise au fil du temps. Les personnages évoluent et s’endurcissent par rapport à toutes les mésaventures qu’ils traversent, et surtout par rapport à toutes les pertes (encore une fois, personne ne sera épargné !). Le petit Carl est peut-être le plus représentatif de cette évolution, lui qui grandit dans ce monde aux bases totalement ravagées, où tuer n’est plus un crime mais la voie de la survie. Ambiance et rythme, les deux vont de pair, car les moments de calme sont souvent des pauses plus ou moins longues entre des séquences totalement choquantes où de nombreux personnages disparaissent et où la situation change du tout au tout. Ainsi la série est progressivement une avancée vers l’horreur, et quand on croit que Kirkman ne pourra pas imaginer une situation plus grave ou malsaine qu’à un tome choquant, il nous montre que si, il en est carrément capable. Certains tomes (j’en compte 3 ou 4) sont ainsi particulièrement éprouvants car très durs, et encore une fois c’est le rythme qui nous ménageait avec un peu de temps morts parfois qui nous surprend et nous choque par une accélération soudaine et inattendue. Ambiance déprimante donc, car les personnages savent tous être en sursis, en attente de la prochaine catastrophe. Comme le dit Rick à la fin du 4ème tome : « C’est nous, les morts-vivants. »

 

http://collider.com/wp-content/uploads/the-walking-dead-comic.jpg

 

Je parlais des moments durs et choquants, et bien ils ne viennent pas toujours d’une scène d’attaque de zombies. Non. Kirkman sait s’inscrire là dans la tradition des bonnes histoires de zombies : le danger vient davantage des humains que des zombies. En effet, les passages les plus terribles dans cette histoire sont ceux où la cruauté et l’inhumanité de certains êtres humains sont mises en avant. Encore une fois, les bases du monde ont été inversées, et certains pensent donc que pour survivre il faut inverser son code moral. Voilà le drame pour Rick, shérif moralisateur et bon, voulant protéger sa famille dans un nouveau monde où le plus cruel gagne.

Ce que j’amène ici, c’est le grand point fort de cette œuvre : la dimension psychologique. Beaucoup de questions sont évoquées dans cette série : le droit de tuer, la peine de mort, la confiance que l’on peut accorder à l’autre, l’entraide ou la survie en priorité, la folie, l’autorité pouvant dériver à la tyrannie, le deuil, ou encore la transmission père / fils que je trouve extrêmement touchante et désarmante dans cette histoire. J’oublie énormément de thèmes mais ce sera à vous, à nous, lecteurs, de les découvrir en lisant cette œuvre forte, riche, complète, et qui, non contente de nous attacher et de nous donner l’envie de dévorer tout de suite le prochain tome, nous donne aussi des pistes de réflexion pertinentes sur notre société et notre monde.

 

http://26.media.tumblr.com/tumblr_lc9opkR7kg1qzwtv8o1_400.jpg

 

Afin d’éviter de gâcher la surprise de certains tomes choquants et riches en rebondissements, et afin de ne pas donner des indices sur qui vit encore et qui est mort et à quel tome, je ne ferai pas ici mon traditionnel classement par tomes mais plutôt un classement par arcs narratifs totalement subjectif.

 

La recherche d'un abri (tomes 1 et 2)

http://critiquebooks.files.wordpress.com/2011/08/walking_dead_tome_1sized__031123400_1451_100520104.jpg

http://3.bp.blogspot.com/-XArK-tumqR0/T95B5sx1XGI/AAAAAAAAAas/8BG-dLOAASs/s1600/Couverture_bd_9782756009728.jpg

Tome 1 : Passé décomposé (Days Gone Bye)

Tome 2 : Cette vie derrière nous (Miles Behind Us)

  Présentation de la situation et des personnages de départ. Avec l'intéressant tome 2, la

question de la confiance que l'on peut accorder aux autres est abordée avec succès, par le personnage d'Hershel.

 

L'installation dans la prison (tomes 3 et 4)http://www.cinecomics.fr/images/stories/photos/comics_resume/walking_dead/walking_dead_comics_4_amour_et_mort_cover.jpghttp://3.bp.blogspot.com/_xSNwBz2HUmI/S963gEJCBWI/AAAAAAAACQ8/nEiackS3ptU/s1600/walking_dead_3_sains_et_saufs.sized.jpg   

Tome 3 : Sains et saufs ? (Safety Behind Bars)

Tome 4 : Amour et mort (The Heart's Desire)

  Les personnages vont se battre pour vivre en prison, l'abri qui leur semble le plus sûr. Vous la voyez, l'inversion des valeurs sociales ? Cohabitation difficile avec les prisonniers rescapés (toujours la question de la confiance), et surtout remise en question très judicieuse de l'autorité et de la santé mentale de Rick. La série trouve là son vrai souffle et son vrai début selon moi. A noter d'ailleurs l'arrivée de la très populaire Michonne, et de Tyreese, personnage que j'affectionne beaucoup.

 

Woodbury et le gouverneur (tomes 5 à 8)http://www.cinecomics.fr/images/stories/photos/comics_resume/walking_dead/walking_dead_comics_8_une_vie_de_souffrance_cover.jpghttp://www.cinecomics.fr/images/stories/photos/comics_resume/walking_dead/walking_dead_comics_7_dans_loeil_du_cyclone_cover.jpghttp://www.cinecomics.fr/images/stories/photos/comics_resume/walking_dead/walking_dead_comics_6_vengeance_cover.jpghttp://www.cinecomics.fr/images/stories/photos/comics_resume/walking_dead/walking_dead_comics_5_monstrueux_cover.jpg

Tome 5 : Monstrueux (The Best Defence)

Tome 6 : Vengeance (This Sorrowful Life)

Tome 7 : Dans l'oeil du cyclone (The Calm Before)

Tome 8 : Une vie de souffrance (Made to Suffer)

  Clairement mon arc préféré de la série. Les rescapés font la rencontre de la communauté de Woodbury et de son charismatique dirigeant : le Gouverneur. Sauf qu'il a l'air d'avoir perdu les limites morales que nos héros veulent conserver... Un arc dérangeant, perturbant, choquant et extrêmement feuilletonnesque : on dévore chacun de ces tomes l'un après l'autre. 

 

http://www.cinecomics.fr/images/stories/photos/comics_resume/walking_dead/walking_dead_comics_11_les_chasseurs_cover.jpghttp://www.cinecomics.fr/images/stories/photos/comics_resume/walking_dead/walking_dead_comics_10_vers_quel_avenir_cover.jpghttp://www.cinecomics.fr/images/stories/photos/comics_resume/walking_dead/walking_dead_comics_9_ceux_qui_restent_cover.jpgLa route de Wahington (tomes 9 à 11)

Tome 9 : Ceux qui restent (Here we Remain)

Tome 10 : Vers quel avenir ? (What we Become)

Tome 11 : Les Chasseurs (Fear the Hunters)

  Changement de situation assez déstabilisant pour les personnages. De nouvelles têtes, parmi lesquelles le terrible Abraham, bonne trouvaille à la psychologie progressivement détaillée au fil des tomes, ou le pasteur Gabriel, qui amène judicieusement avec lui la question de la foi. Et, caché dans le lot, encore un tome assez traumatisant. Pas du tout mon arc préféré, mais la série suit son cours et montre qu'elle est capable de rebondir après un changement de grande ampleur.

 

http://idata.over-blog.com/3/85/36/69/Images-2/Image-18/Walking-Dead-Tome-15.jpghttp://www.walking-dead.fr/wp-content/uploads/2011/07/BD-the-walking-dead-tome-14-pieges-665x1024.jpghttp://www.comicsplace.net/wp-content/uploads/2011/03/Walking_Dead_tome_13.jpghttp://www.fant-asie.com/wp-content/uploads/2011/05/Walking-Dead-tome-12-Un-monde-parfait.jpgL'utopie d'Alexandria (tomes 12 à 15)

Tome 12 : Un monde parfait (Life Among Them)

Tome 13 : Point de non-retour (Too Far Gone)

Tome 14 : Piégés ! (No Way Out)

Tome 15 : Deuil et Espoir (We Find Ourselves)

  Les rescapés retrouvent une communauté à l'apparence idyllique et n'ont de cesse de se méfier, plutôt agressivement même, de ceux qui leur promettent et proposent un monde meilleur. Une très bonne idée qui permet de voir combien les personnages ont changé, combien ils ont du mal à faire confiance aux gens après Woodbury, et combien ils ont du mal à s'intégrer à une société qui essaie de réécrire la vie d'autrefois. De très bonnes idées donc (ne serait-ce que pour Michonne en robe...), pour un arc qui paraît trop calme au premier abord, trop confus à cause de la profusion de nouveaux personnages, mais qui au final nous proposera de bonnes réflexions et de très bons moments. Mention spéciale pour moi à ce qui se passe avec le personnage de Jessie : ceux qui ont lu cet arc comprennent sûrement ce qui m'a choqué, et ce qui montre que les personnages principaux ne sont plus les agneaux qu'ils étaient au début.

 

http://www.mdcu.fr/upload/news/news_illustre_1352913121.jpghttp://uppix.com/f-walking_dead_16_4f854fd5000fb6a7.jpgNegan et ses Sauveurs (tomes 16 à ????)

Tome 16 : Un vaste monde (A Larger World)

Tome 17 : Terrifiant (Something to Fear)

  Cet arc vient de commencer donc difficile de juger pour l’instant, mais j’ai l’impression que Kirkman trouvait que ses personnages avaient trop la belle vie… Une bonne et une mauvaise nouvelles pour Rick. La bonne : plein d’autres communautés subsistent autour d’Alexandria et établir un lien de commerce entre elles pourrait aider à survivre plus facilement ! La question du commerce entre survivants et donc de la refonte d’une nouvelle société a rarement été abordée dans les histoires de zombies, mais l’auteur, du haut de ses 15 tomes à succès, peut largement se le permettre, et c’est une bonne idée. La mauvaise par contre : le terrible Negan compte mener tous les échanges entre ces communautés apeurées, et il a une façon vraiment très particulière de faire des affaires…

Je réactualiserai cet article quand l'arc sera fini, et pour l'instant il promet d'être riche en tension...

 

 

Par Robert Mudas.

Partager cet article

Repost 0
Published by Robert Mudas - dans Bande dessinée
commenter cet article

commentaires

Chelmi 06/08/2013 23:23

Ouais, Walking Dead c'est une vraie tuerie dans tous les sens du terme. Et effectivement, si la série TV est plutôt bien foutue, le comics est plusieurs crans au dessus, notamment au niveau de la
psychologie des personnages.

Contact

Participations, encouragements, insultes...
ludiculture@yahoo.fr

Rechercher