Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 janvier 2014 4 23 /01 /janvier /2014 18:00

Le jeu de l’année 2013.

 

Editions Filosofia

Un jeu de Jens Drögemüller et Helge Ostertag

Illustré par Dennis Lohausen

2013

 

De 2 à 5 joueurs

1h30 - 2h

60 euros

http://arene.bibliomontreal.com/sites/default/files/images/Terra_Mystica.png


            Sur le monde de Terra Mystica, les choses sont simples. Les sorcières vivent dans les forêts, les nains dans les montagnes, les nomades dans le désert, les sirènes dans les lacs, etc. Tout semble propice à la cohabitation. Sauf que, en réalité, chaque tribu veut s’agrandir et construire des villes. Et il faudra pour cela terraformer le terrain voisin pour pouvoir s’y implanter… Même s’il paraissait destiné au voisin !

            Cette courte introduction permet d’évoquer l’idée de base de Terra Mystica : la terraformation, et c’est loin d’être bête. D’habitude, les civilisations qui occupent le même plateau de jeu ont une fâcheuse tendance à se foutre allégrement sur la gueule (je pense à Smallworld ou L’Âge des dieux par exemple) à coups de dés et de soldats. Ce n’est pas le cas ici : si on a les ouvriers suffisants (selon une roue des terrains des plus intelligentes), on peut transformer un terrain voisin, et si on a le nombre d’ouvriers suffisants on peut y poser une habitation. A partir de là, le terrain et l’habitation de disparaitront jamais. La conquête est donc limitée au « premier arrivé premier servi », ce qui rend le jeu peu agressif mais orienté sur une stratégie de développement qui doit prendre en compte les besoins et possibilités des autres vraiment intelligente.

            Amusante en soi, et originale dans le thème, la terraformation nécessite donc des ouvriers. Car oui, nous sommes là dans un jeu de gestion tel que je les aime (rappelez-vous tout mon bilan sur l’œuvre de Stefan Feld !), avec des ouvriers à utiliser au bon moment et à bien économiser. Car il y a plusieurs paramètres à prendre en compte : l’argent, les ouvriers, les prêtres mais aussi la magie. De l’argent, de la magie et des ouvriers ? Sérieusement ? Oui, le jeu mélange allégrement les codes du jeu de gestion, l’économie de l’argent et la bonne rentabilisation des ouvriers, avec le thème de la magie. Encore une fois, c’est original, ludique et la mécanique est très bien imaginée.

 

http://www.stonemaiergames.com/wp-content/uploads/2013/10/Terra-Mystica.jpg


            Je ne vais pas revenir sur chaque ressource, sur comment l’obtenir et sur son intérêt, mais il faut savoir, grosse bonne idée du jeu, que plus on a construit de bâtiments, plus on touche de ressources en début de tour. Un petit détail qui m’amuse est l’évolution des bâtiments : certains bâtiments très puissants sont l’évolution des plus simples, et en les faisant on perd donc ce que nous rapportait le bâtiment simple qui revient dans notre réserve. C’est un détail subtil, mais ça amène à faire des choix assez cornéliens parfois et à jouer sur tous les terrains.

            C’est bien beau cette présentation, mais comment on gagne ? Et bien, la victoire se compte en traditionnels points de victoire. A chaque tour, effectuer un certain type d’actions donne des points de victoire. De plus, certains bonus (souvent magiques ou en fonction des pouvoirs des peuples) nous en donnent aussi. Enfin, à la fin de la partie, il y a un comptage en fonction de notre « réseau », le nombre d’habitations connectées, rapportant beaucoup de points. De même, notre niveau de magie dans chaque catégorie (il y en a 4, autant que d’éléments) nous classera afin de gagner des points. Cela fait beaucoup de choses à gérer et à surveiller mais là où le jeu est rudement efficace (et génial), c’est qu’il va falloir s’adapter à la situation, jauger l’intérêt de chaque possibilité, et aussi utiliser les spécificités de notre peuple.

 

http://cf.geekdo-images.com/images/pic1396991_lg.jpg


            Car sans entrer dans les détails, il y a 14 peuples différents (si je ne m’abuse), autant de caractéristiques spéciales et donc autant de stratégies différentes. Chaque peuple a des facilités et des handicaps (les sirènes sont très fortes pour passer les mers, les ingénieurs très nuls en magie mais construisent pour pas cher, les sorcières en revanche sont très fortes en magie, les magiciens du chaos adorent les privilèges qui donnent des bonus mais sont chers à développer, etc.) qu’il faudra bien gérer en fonction des objectifs de chaque tour. En bref, il n’y a pas de stratégie payante à tous les coups : tout va dépendre des points de victoires attribués à chaque tour en fonction des actions, mais aussi des pouvoirs de notre peuple. Il faudra bien allier les deux, et la rejouabilité du jeu est ainsi assez hallucinante.

            Il faudra donc bien surveiller les autres, et ma présentation du jeu peut laisser penser que nous avons intérêt à faire notre jeu loin des autres (le fameux « Pour vivre heureux, vivons cachés ») mais en réalité un point de règle très bienvenu nous incite à chérir le voisinage car les constructions qui touchent nos propres bâtiments nous rapportent des points de pouvoir, qui peuvent nous donner des bonus si utilisés au bon moment. Bref, ce n’est qu’une des nombreuses subtilités du jeu mais elle permet un voisinage entre joueurs à la fois profitable et gênant, ce qui est fort ! 

            Le jeu a remporté beaucoup de prix et je le considère vraiment comme le jeu de l’année 2013. Il n’est pas facile à appréhender au début (je me souviendrais toujours du fou rire que j’ai eu avec un ami à la première explication tant je trouvais la règle incompréhensible), mais dès les premiers tours le jeu se révèle d’une fluidité hallucinante (et l'iconographie d'une facilité remarquable) malgré sa richesse tout aussi hallucinante. Certains joueurs craignent un certain déséquilibre au niveau des peuples, mais chacun me paraît puissant et intéressant à jouer. Et la rejouabilité du jeu dont j’ai déjà parlé me fait apprécier chaque partie comme une nouvelle découverte.

 

http://img.trictrac.net/img-1355988811.50d2bf4b3af2d.jpg

 

Par Robert Mudas.

Partager cet article

Repost 0
Published by Robert Mudas - dans Jeux de société
commenter cet article

commentaires

Contact

Participations, encouragements, insultes...
ludiculture@yahoo.fr

Rechercher