Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 août 2013 6 24 /08 /août /2013 00:00

 

Bigger in the inside.

Série (re)créée par Russell T. Davies, puis dirigée par Steven Moffat à partir de la saison 4.

Royaume-Uni.

Relancée depuis 2005.

 

Série en cours (et potentiellement interminable !),

7 saisons diffusées.

 

Avec :

Christopher Eccleston : Le 9ème Docteur

David Tennant : Le 10ème Docteur

Matt Smith : Le 11ème Docteur

Peter Capaldi : Le 12ème Docteur

Billie Piper : Rose Tyler

Noel Clarke : Mickey Smith

Freema Agyeman : Martha Jones

Catherine Tate : Donna Noble

Karen Gillan : Amy Pond

Arthur Darvill :: Rory Williams

Jenna-Louise Coleman : Clara Oswald

John Barrowman : Capitaine Jack Harkness

Alex Kingston : River Song

 

http://sciencefiction.com/wp-content/uploads/2013/04/Doctor-Who-50th.jpg

 

                Le phénomène autour de la série Doctor Who est un phénomène très curieux. La première fois qu’on en entend parler, c’est sur un site Internet par un excité qui nous montre la figurine Cyberman qu’il a réussi à acheter à Londres, et on ne comprend pas bien pourquoi il a traversé la Manche pour ça. Puis, une copine pose sur sa photo de profil Facebook devant une cabine téléphonique bleue avec le même regard qu’un enfant posant devant le Père Noël. Puis, à une soirée, des amis se lancent dans une discussion abracadabrantesque en se marrant et en répétant d’une voix robotique et à intervalles réguliers « Exterminate ! Exterminate ! ». C’est généralement le premier contact que l’on a avec le Docteur. On va ensuite regarder un épisode (et, bande de chanceux, maintenant ça passe même à la télé française !) et se demander ce que les fans excités lui trouvent. Le scénario d’un épisode paraît manichéen, avec des gentils contre un ou des méchants extraterrestre(s), on est dans de la SF qui paraît assez datée, et les costumes des monstres font gentiment sourire (on a déjà accepté ça en regardant toutes les saisons de Buffy, on va peut-être pas refaire la concession).

                Deux possibilités à partir de ce moment. Soit on abandonne et on passe à autre chose, en lançant un œil circonspect à tous ces gens qui vous expliquent qu’il faut se méfier des statues d’anges. Soit on regarde les épisodes un par un, dans la continuité, auquel cas il y a de fortes chances qu’on devienne nous-mêmes celui qui achète un T-Shirt Dalek ou une boîte à bonbons Tardis. Car, croyez-moi, ça vient beaucoup plus vite qu’on ne le croit au début.

               

http://wallpoper.com/images/00/33/81/18/tardis-doctor_00338118.jpg


   Série presque institutionnalisée en Grande-Bretagne depuis 1963, elle est arrivée en France à l’occasion de son nouveau départ en 2005, dans une version plus moderne. A vrai dire, cette série est potentiellement infinie puisque la bonne idée a été de dire que son héros, un extraterrestre, est immortel et régénère à chaque mort. Ainsi, 11 acteurs se sont déjà succédés dans le rôle titre, et chacun a clairement marqué par son interprétation la mythologie Doctor Who, avec à chaque fois un délicieux humour anglais des plus appréciables. De plus, la série est dépaysante, et c’est rien de le dire puisque son personnage principal, le fameux Docteur, en est un Maître du Temps (Timelord) qui se promène à bord de son TARDIS (Time And Relative Dimension(s) In Space) à travers l’univers et l’Histoire. Ainsi un épisode peut se passer à Pompéi avant l’éruption du Vésuve et l’autre dans l’espace aux derniers jours de l’Humanité, on peut passer d’un coup de la Seconde guerre mondiale à une chasse aux sorcières avec Shakespeare. Le point commun sera toujours le Docteur, personnage hautement charismatique muni d’un tournevis sonique très efficace, et des intrigues fantastiques voire SF nous présentant de nouvelles (ou anciennes !) races extraterrestres.

 

  Doctor-Who-Season-8-Poster-Wallpaper.jpg

   En fait, l’intérêt de cette série, c’est qu’elle est, à l’image de sa symbolique machine à voyager dans le temps et l’espace, « bigger in the inside ». En effet, on peut voir chaque épisode indépendamment et profiter d’un agréable divertissement, mais on peut aussi avec plaisir profiter de la continuité et voir le Docteur et ses traditionnels compagnons évoluer, ses ennemis apparaître et revenir, l’Histoire de cet univers à la fois passé et futuriste se construire en puzzle devant nous. Dans le sixième épisode de la saison 1 apparait un Dalek, un des ennemis les plus célèbres du héros depuis le tout début de la première série. La première fois qu’on le verra, on le trouvera assez informe, ridicule, peu charismatique. Et puis, au fil des saisons et de ses apparitions, on s’amusera du caractère borné de ces méchants au célèbre cri : « Exterminate ! ». Cybermen, Slitheen, le Maître (le Maître !!!!! Personnage de méchant génial s’il en est !), les Oods, La Grande Intelligence, Ies Anges Pleureurs, tous réapparaîtront (et tous quasiment proviennent de la série originale) et formeront ainsi un univers cohérent, et une mythologie. Et toute mythologie crée des fans, des passionnés.

 

http://www.1art1.de/images/imagel/d//d63277.jpg

 

   Les méchants ne sont pas les seuls à être récurrents. Le Capitaine Jack Harkness (héros de la série spin-off Torchwood, c’est dire si cet univers est vaste !), Sarah-Jane et son chien-robot K-9, Face of Boe, les Judoons, Strax et Madame Vastra, et surtout, surtout, la géniale River Song, personnage qui ne suit pas la même chronologie que le Doctor et le rencontre dans le désordre, fabuleuse idée : autant de personnages récurrents causant l’enthousiasme des spectateurs et la cohérence de cet univers.

   Car la série, et cela sera particulièrement vrai quand Steven Moffat sera aux commandes, propose des scénarii de science-fiction de haute volée, avec parfois des retournements de situation prévus depuis une saison entière. Les histoires de voyages temporels sont nombreuses et souvent réussies (les épisodes « Blink » ou « The Girl in the Fireplace »  sont purement fabuleux). De plus, chaque saison propose un fil rouge plus ou moins discret qui va lier dans le final de la saison, toujours époustouflant,  les épisodes entre eux. Je pense que l’enthousiasme des fans autour de Doctor Who vient des fins de saisons, où le lien se fait entre des épisodes totalement hétéroclites et différents, qui tous amenaient vers la même idée.

Bigger in the inside, qu’on vous disait.

 

http://feminspire.com/wp-content/uploads/2013/03/The-female-companions-of-Doctor-Who-doctor-whos-companions-33124711-841-634.jpg

 

 

 


Saison 1 :

                Cette saison 1 de la nouvelle série, (ou saison 27 si on reprend l’ancienne numérotation !), nous propose un neuvième Docteur par le visage de Christopher Eccleston. Même s’il ne restera que le temps d’une saison, j’ai beaucoup aimé cet acteur, sa tête d’enfant ahuri et son accent du Nord (« Beaucoup de planètes ont un Nord » le justifiera-t-il). Cette saison propose typiquement la progression évoquée dans la présentation de cet article : le premier épisode nous amuse un peu avec ses plastic-men, le deuxième nous surprend avec la dernière humaine de l’Univers, le troisième nous envoie chasser du fantôme chez Dickens. On a au début du mal à voir le lien entre tout ça, et puis peu à peu on s’aperçoit que Cardiff revient souvent et surtout on prend plaisir à retrouver le « Bad Wolf » caché dans chaque épisode.

                Et puis il y a peu à peu la création de la mythologie Doctor Who : le double épisode des Slitheen, tellement drôle, le légendaire « Are you my mummy ? » du double épisode 9-10, Rose qui marquera par sa fraîcheur et son charme tous les fans, le charismatique Capitaine Jack, le retour des Daleks, tout le mystère autour de Gallifrey et de la nature du Docteur, le paradoxe temporel de l’épisode 8, et, mon petit favori, l’avant-dernier épisode parodiant la téléréalité.

                Si vous voulez vraiment voir ce qu’est Doctor Who, regardez cette première saison en entier, et je dis bien "en entier", et normalement vous comprendrez.   

                 

http://2.bp.blogspot.com/-a3h7HNqjmHc/UGhZPeE-vzI/AAAAAAAAA3I/b-sZc1d2Rjg/s400/doctor-rose1280.jpgListe des episodes de la saison 1 :

1x01 – Rose (Rose)

1x02 – The End of the World (La Fin du monde)

1x03 – The Unquiet Dead (Des morts inassouvis)

1x04 – Aliens of London (L’Humanité en peril)

1x05 – World War Three (Troisième Guerre mondiale)

1x06 – Dalek (Dalek)

1x07 –The Long Game (Un jeu interminable)

1x08 -  Father’s Day (Fêtes des pères)

1x09 – The Empty Child (Drôle de mort)

1x10 – The Doctor Dances (Le Docteur danse)

1x11 – Boom Town (L’Explosion de Cardiff)

1x12 – Bad Wolf (Le Grand Méchant Loup)

1x13 – The Parting of the Ways (A la croisée des chemins)

 

 

 

 

 

 

 

Saison 2

                Alors que l’on a d’abord du mal à s’habituer au changement de visage du Docteur, on prend conscience petit à petit qu’on est, avec David Tennant, devant la meilleure incarnation du personnage. Tennant donne un style, une folie, et même plus tard un côté sombre vraiment impressionnants au Seigneur du Temps.

                A partir de cette saison arrivent les épisodes spéciaux, les très courts (et inédits en français) épisodes Children in Need, amusants et bienvenus car pour une bonne cause, et les épisodes de Noël, plus longs qu’un épisode et souvent très sympathiques. Le tout va finir par rendre un peu compliquée la numérotation des épisodes mais participe à l’extension de l’univers du Doctor, au plus grand plaisir des fans. (J'ai fait apparaître comme je pouvais ces épisodes spéciaux dans la numérotation des saisons, mais ils sont souvent hors-saison en réalité).

                Dans cette saison, la mythologie s’étoffera avec l’arrivée des célèbres ennemis du Docteur, les Cybermen (remplacez « Exterminate » par « Delete » et puis c’est bon), pas mes préférés mais importants dans les thématiques de la série, la réapparition de Face of Boe et de Cassandra, la rencontre avec la Bête dans un double-épisode qui fait prendre conscience que la série n’est pas vraiment adressée aux enfants au final, un fil rouge autour de Torchwood (qui donnera naissance à la série spin-off qu’hélas je ne conseille pas), la première apparition dans la nouvelle série de Sarah Jane et K9, l’épisode 4 « The Girl in the Fireplace » qui est un de mes préférés de la série avec ses passerelles temporelles, et enfin un final totalement jubilatoire.

                Et on remercie les titres français pour le méga spoiler du dernier épisode… 

 

Liste des episodes de la saison 2 :http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcScMAfVFPwX4BfYHTrWpriMoJc1nQF-f7DccTWxXmwsZqioTiHtpT4pKvVN

Episode Children in Need – Born Again

Episode de Noël – The Christmas Invasion (L’Invasion de Noël)

2x01 – New Earth (Une nouvelle Terre)

2x02 – Tooth and Claw (Un Loup-garou royal)

2x03 – School Reunion (L’Ecole des retrouvailles)

2x04 – The Girl in the Fireplace (La Cheminée du temps)

2x05 – Rise of the Cybermen (Le Règne des Cybermen 1/2)

2x06 – The Age of Steel (Le Règne des Cybermen 2/2)

2x07 - The Idiot’s Lantern (L’Hystérique de l’étrange lucarne)

2x08 – The Impossible Planet (La Planète du Diable 1/2)

 2x09 – The Satan Pit (La Planète du Diable 2/2)

2x10 – Love & Monsters (L.I.N.D.A.)

2x11 – Fear Her (Londres 2012)

2x12 – Army of Ghosts (L’Armée des ombres)

2x13 – Doomsday (Adieu Rose)

 

 

 

 

 

Saison 3 :

                Ne manquez pas l’épisode de Noël qui a la bonne idée de nous présenter la prochaine compagne du Docteur, et faites la connaissance de Martha Jones, la remplaçante de Rose. Bien sûr le souvenir de cette dernière ne va pas forcément la rendre attachante auprès de tous les spectateurs mais personnellement j’ai beaucoup aimé la personnalité beaucoup plus réfléchie de Martha. Le Capitaine Jack est encore présent de temps en temps dans cette série, pour notre plus grand plaisir.

                Au programme de cette saison l’apparition des Judoons, un épisode très fun où vous entendrez Shakespeare chasser les sorcières en criant « Expeliarmus », le retour des Daleks dans un double épisode assez chiant selon moi, un chef-d’œuvre d’absurde avec l’embouteillage sans fin,  l’excellent « Blink » déstabilisant car le Docteur n’y est qu’un second rôle mais génialissime pour son paradoxe temporel et pour ses Anges Pleureurs qui marqueront beaucoup le prochain Docteur, et surtout la cohérence d’une saison amenant peu à peu le personnage du Maître, ennemi charismatique et impeccablement interprété par John Simm.

 

http://i254.photobucket.com/albums/hh113/poshspicedvb/homepage12.jpgListe des episodes de la saison 3 :

Episode de Noël – The Runaway Bride (Le Mariage de Noël)

3x01 – Smith and Jones (La Loi des Judoons)

3x02 – The Shakespeare Code (Peines d’amour gagnées)

3x03 – Gridlock (L’Embouteillage sans fin)

3x04 – Daleks in Manhattan (L’Expérience finale)

3x05 – Evolution of the Daleks (DGM : Dalek génétiquement modifié)

3x06 – The Lazarus Experiment (L’Expérience Lazarus)

3x07 – 42 (Brûle avec moi)

3x08 – Human Nature (La famille de sang)

3x09 – The Family of Blood (Smith, la Montre et le Docteur)

3x10 – Blink (Les Anges pleureurs)

3x11 – Utopia (Utopia)

3x12 – The Sound of Drums (Que tapent les tambours)

3x13 – Last of the Time Lords (Le Dernier Seigneur du temps)

 

 

 

 

Saison 4 :

                C’est maintenant au tour de Donna Noble, déjà vue dans un précédent épisode de Noël, d’accompagner le Docteur dans ses aventures. Catherine Tate est un choix étonnant mais au final pertinent pour cette série : étonnant car, sans vouloir être méchant, elle n’a pas la jeunesse des précédentes compagnes, mais pertinent car elle a un réel talent comique et un jeu d’actrice qui fonctionne à merveille avec celui de David Tennant. Il n’y a qu’à voir leurs retrouvailles dans le premier épisode de la saison, et leur dialogue muet par vitres interposées, pour voir combien l’alchimie prend.

                Au programme de cette saison la sympathique Donna donc, qui aura un rôle bien plus important qu’il n’y paraît, le non-moins sympathique Wilfred, la disparition de planètes, les trop mignons Adiposes, les psychorigides Sontariens, les Oods, Agatha Christie, la disparition des abeilles, l’excellent huis-clos de l’épisode 10, la première apparition de River Song (j’adore ce personnage et ce qu’elle a apporté à la série !), et enfin le retour de quasiment tous les personnages des premières saisons.

                En réalité cette saison, suivie de plusieurs épisodes spéciaux, marque la fin de l’ère Tennant en même temps que celle du papa de la nouvelle série Russell T Davies. C’est en quelque sorte donc une tournée d’adieux de l’équipe, bouleversante et réussie.

 

http://idata.over-blog.com/1/33/87/02/Images-5/Doctor-who-4-4.jpgListe des épisodes de la saison 4 :

Episode Dessin Animé – The Infinite Quest

Episode Children In Need – Time Crash

Episode de Noël – Voyage of the damned (Une croisière autour de la Terre)

4x01 – Partners in Crime (Le Retour de Donna Noble)

4x02 – The Fires of Pompeii (La Chute de Pompéi)

4x03 – Planet of the Ood (Le Chant des Oods)

4x04 – The Sontaran Stratagem (A.T.M.O.S. 1/2)

4x05 – The Poison Sky (A.T.M.O.S. 2/2)

4x06 – The Doctor’s Daughter (La Fille du Docteur)

4x07 – The Unicorn and the Wasp (Agatha Christie mène l’enquête)

4x08 – Silence in the Library (Bibliothèque des ombres 1/2)

4x09 – Forest of the Dead (Bibliothèque des ombres 2/2)

4x10 – Midnight (Un passager de trop)

4x11 – Turn Left (Le Choix de Donna)

4x12 – The Stolen Earth (La Terre volée)

4x13 – Journey’s End (La Fin du Voyage)

Episode Children in Need – Music of the Spheres

Spécial 4x14 – The Next Doctor (Cyber Noël)

Spécial 4x15 – Planet of the Dead (Planète Morte)

Spécial 4x16 – The Waters of Mars (La Conquête de Mars)

Episode Dessin Animé – Dreamland

Episode de Noël – The End of Time, part 1 (La Prophétie de Noël 1/2)

Episode de Noël – The End of Time, part 2 (La Prophétie de Noël 2/2)

 

 

 

 

 

Saison 5 :

                Avec l’arrivée de Steven Moffat aux commandes, tous les fans s’enthousiasmaient. C’est à lui que nous devons, quand même, « Blink », « The Girl in the Fireplace » ou « Silence in the Library ». A lui que nous devons River Song et les Anges Pleureurs. A lui que nous devons beaucoup de la dimension SF de la série en quelque sorte. 

                Tout change donc à partir de cette saison. Oubliées Rose, Martha, Donna ; oubliés le Capitaine Jack et Torchwood. On repart sur de nouvelles bases : Matt Smith endosse le costume du Docteur, qu’il affuble même d’un nœud-papillon très personnel. Avec sa tête carrée de créature de Frankenstein et son jeune âge, Matt Smith étonne dans le rôle titre. Disons-le tout de suite : il n’aura pas l’attachement des fans autant que Tennant l’a eu, mais il faut avouer qu’il tient bien le rôle et qu’il lui donnera un dynamisme enfantin assez appréciable. A ses côtés, Amy Pond, « the girl who waited », adulescente énergique et intelligente, plus ou moins appréciée des fans elle-aussi. Son Rory de petit copain, maladroit et un peu idiot mais tellement romantique qu’il en est très touchant, va être un bon ajout dans cette nouvelle équipe de voyageurs.

                Dans cette saison, Moffat fait ce que l’on attendait : il se donne à cœur joie dans les paradoxes temporels, ramène les Anges et River Song et propose un fil rouge extrêmement intense par le biais de la faille spatio-temporelle. Le final est totalement époustouflant, donnant à la série une dimension moins familiale et beaucoup plus SF. A noter aussi dans cette très bonne saison l’excellent épisode 7, « Amy’s Choice » où les personnages doivent choisir entre plusieurs réalités, ou la présence en guests-stars de Winston Churchill et Vincent Van Gogh, rien que ça. Une saison cohérente, ambitieuse et réussie, et réellement enthousiasmante dans son final.  

 

http://media.paperblog.fr/i/288/2886374/doctor-who-bande-annonce-date-saison-5-L-1.jpegListe des episodes de la saison 5 :

5x01 – The Eleventh Hour (Le Prisonnier zéro)

5x02 – The Beast Below (La Bête des bas-fonds)

5x03 – Victory of the Daleks (La Victoire des Daleks)

5x04 – The Time of Angels (Le Labyrinthe des Anges 1/2)

5x05 – Flesh and Stone (Le Labyrinthe des Anges 2/2)

5x06 – The Vampires of Venice (Les Vampires de Venise)

5x07 – Amy’s Choice (Le Seigneur des Rêves)

5x08 – The Hungry Earth (La Révolte des intra-terrestres 1/2)

5x09 – Cold Blood (La Révolte des intra-terrestres 2/2)

5x10 – Vincent and the Doctor (Vincent et le Docteur)

5x11 – The Lodger (Le Colocataire)

5x12 – The Pandorica Opens (La Pandorica s’ouvre 1/2)

5x13 – The Big Bang (La Pandorica s’ouvre 2/2)

 

 

 

 

 

Saison 6 :

                Ah, River Song, River Song. Cette saison est SA saison, avec sa présence en fil rouge. Fil rouge qui lui est lié : l’assassinat du Docteur, annoncé depuis le premier épisode.

Moffat fait du Moffat, mais presque un peu trop puisque le tout devient parfois très difficile à suivre. L’épisode 4, par exemple, est assez étrange et intrigant et propose une bonne idée, mais traitée de façon un peu trop complexe. De même pour le double épisode d’ouverture de la saison, génial mais extrêmement compliqué dans sa narration (ce qu’on lui pardonne aisément puisqu’il amène dans le whoverse une trouvaille fabuleuse : les Silents). On retiendra Hitler dans l’épisode 8, les poupées de l’épisode 9, on s’enthousiasmera du gros bond dans l’histoire qui aura lieu dans l’épisode 7 et on s’interrogera sur River Song et sur le fil rouge de la saison (l’idée de la femme à l’œil masqué est sympathique). Le final cependant est un peu décevant avec un deus ex machina un peu facile quoique amené par des détails de la saison comme toujours avec le Docteur. En tout cas la saison a clairement privilégié le fil rouge, et c’est une bonne initiative car c’est ce qui manquera à la suivante.

   

http://www.messeriestv.fr/wp-content/uploads/2011/07/doctor-who-saison-6.jpgListe des episodes de la saison 6 :

Episode de Noël – A Christmas Carol (le Fantôme des Noëls passés)

Episode Children in Need –Space

Episode Children in Need – Time

6x01 – The Impossible Astronaut (L’Impossible Astronaute 1/2)

6x02 – Day of the Moon (L’Impossible Astronaute 2/2)

6x03 – The Curse of the Black Spot (La Marque noire)

6x04 – The Doctor’s Wife (L’âme du TARDIS)

6x05 – The Rebel Flesh (La Chair vivante 1/2)

6x06 – The Almost People (La Chair vivante 2/2)

6x07 – A Good Man Goes to War (La Retraite du démon)

6x08 – Let’s Kill Hitler (Allons tuer Hitler)

6x09 – Night Terrors (Terreurs nocturnes)

6x10 – The Girl Who Waited (La Fille qui attendait)

6x11 – The God Complex (Le Complexe divin)

6x12 – Closing Time (Tournée d’adieux)

6x13 – The Wedding of River Song (Le Mariage de River Song)

Episode Spécial Ecole – Death is the Only Answer

Bonus saison 6 – Night and the Doctor

 

 

 

 

 

Saison 7 :

               Avec un succès de plus en plus grand et une place de plus en plus importante dans la culture geek, la septième saison de Doctor Who était très attendue. Je pense ne pas être le seul à avoir été déçu par cette saison un peu trop légère. Il semble que Moffat ait voulu alléger ses scénarios trop complexes dans la saison précédente et ne proposer ici que du divertissement, avec des épisodes beaucoup moins riches et un fil rouge beaucoup moins présent. Le problème, c’est qu’on attendait autre chose de lui… Même l’entrée de saison avec les Daleks n’est pas convaincante, c’est dire, sans parler du retour tant attendu des Anges Pleureurs que j’ai trouvé un peu bâclé. Quant au retour des Cybermen, j’ai déjà oublié de quoi il était question dans cet épisode. Moffat revient aux bases de Doctor Who : du divertissement pur et dur sans grande complexité scénaristique derrière. C’est dommage, car c’est lui-même qui avait osé insuffler une intelligence beaucoup plus profonde aux scénarios.

                    Quelques épisodes marquent l’esprit : on s’amuse de voir des dinosaures dans l’espace dans le deuxième épisode, l’invasion des cubes du 4ème est bien menée et intéressante, ou encore le voyage au centre du TARDIS et ses implications temporelles intelligentes (même si, à mon goût, l’épisode aurait pu être meilleur). Mais à côté de cela, beaucoup de pas terrible voire de médiocre : le western de l’épisode 3, Akhaten et sa petite fille chantante, le martien dans le sous-marin qui aurait pu être beaucoup moins ridicule, ou encore l’épisode 10 et sa chasse aux fantômes assez facile. Je ne dis pas que ces épisodes ne sont pas bons, ils se laissent voir, mais je dis que si cette saison avait été la première, je me serais sûrement demandé si je continuais à suivre la série. La fraicheur du nouveau compagnon en milieu de saison, Clara, ou encore l’humour de certains éléments redondants comme Strax suffisent à peine à satisfaire le fan de la série. D’ailleurs, le changement de compagnon en plein milieu de saison est selon moi la preuve formelle du côté brouillon de cette saison (d'autant plus qu'assez mal justifié scénaristiquement).
         Seuls l’épisode final et l’épisode spécial du cinquantième anniversaire de la série apportent un vrai enthousiasme et les enjeux habituels avec, dans le cas du spécial anniversaire, un retour sur la continuité du Docteur enthousiasmant et bien écrit. On sent ici un prétexte à faire jouer plusieurs docteurs en même temps en hommage à la série (d’ailleurs énormément de clins d’œil sont cachés partout en hommage au passé et aux origines de la série), le prétexte est évident avec le rôle de Billie Piper qui aurait pu tout aussi bien être joué par quelqu’un d’autre, mais il faut avouer que je me suis totalement pris au jeu, ai adoré rechercher tous les clins d’œil cachés, et surtout ai pris grand plaisir à voir jouer Tennant et Smith côte à côte. Le premier  reprend en deux secondes ses marques tandis que le deuxième en profite pour s’inscrire totalement dans la légende des Docteurs et j’ai trouvé que c’était un coup de maître avant le passage de flambeau de l’épisode de Noël. On n’a plus qu’à espérer que la huitième saison ne suivra pas le même chemin d’unique divertissement mais retournera à des intrigues plus fouillées.

 

Liste des épisodes de la septième saison :http://www.premiere.fr/var/premiere/storage/images/series/news-video/doctor-who-saison-7-trailer-et-les-coulisses-de-l-episode-de-noel-3615686/65645878-1-fre-FR/Doctor-Who-saison-7-trailer-et-les-coulisses-de-l-episode-de-Noel.jpg
7x01 – Asylum of the Daleks (L’Asile des Daleks)
7x02 – Dinosaurs on a Spaceship (Des dinosaures dans l’espace)
7x03 – A Town Called Mercy (La Ville de la miséricorde)
7x04 – The Power of Three (L’Invasion des cubes)
7x05 – The Angels Take Manhattan (Les Anges prennent Manhattan)
7x06 – The Snowmen (La Dame de glace)
7x07 – The Bells of Saint John (Enfermés dans la toile)
7x08 – The Rings of Akhaten (Les Anneaux d’Akhaten)
7x09 – Cold War (Destruction mutuelle assure)
7x10 – Hide (Le Fantôme de Caliburn)
7x11 – Journey to the Centre of the TARDIS (Voyage au centre du TARDIS)
7x12 – The Crimson Horror (Le Cauchemar écarlate)
7x13 – Nightmare in Silver (Le Cyberplanificateur)
7x14 – The Name of the Doctor (Le Nom du Docteur)
Episode spécial - The Night of the Doctor
Episode special –The Last Day
7x15 – The Day of the Doctor (Le Jour du Docteur)

http://www.commeaucinema.com/images/news_insert/undefined_8c60a6ee25e9b5bf6aade25c9b2054cc.jpg

 

Saison 8 :

          Pour sa huitième saison, la série était clairement attendue au tournant. Déjà parce qu'après trois saisons Matt Smith quittait le Tardis et force est de constater qu'il avait maintenant totalement donné son visage au personnage. Egalement parce que le personnage de Clara méritait d'être approfondi et expliqué. Enfin, et c'est peut-être uniquement personnel mais je ne le crois pas, parce que la saison précédente avait été très décevante avec des épisodes peu intéressants, décousus et faciles.

          Le nouveau Docteur est très différent de ses trois précédentes incarnations. Après le plus jeune acteur de la série, voici un des plus âgés, et cela fait un choc dès le début de la saison, dans un premier épisode qui nous surprend : Clara a du mal à s'attacher à lui, et c'est aussi notre cas à vrai dire. En réalité, ce Docteur ne sera pas vraiment attachant, on n'a pas envie de boire un verre au Pub avec lui ou de visiter un musée avec lui pour guide (ni de goûter au poisson pané à la crème anglaise). Il est irascible, imprévisible, très intellectuel et a, paraît-il, quelque peu perdu l'humanisme de ses précédentes incarnations. En fait, je crois vraiment que la série a voulu renouer avec les bases, et ce Docteur ressemble beaucoup au tout premier de la série, William Hartnell : il nous intrigue et nous intéresse mais n'est pas le super-héros parfait que Smith ou Tennant pouvaient incarner. Pour tout dire, on s'en méfie même parfois. C'est un extraterrestre qui sait des choses qui nous dépassent et qui ne réagit pas comme nous. Une fois que l'on a pris cela en compte, la performance de Peter Capaldi est remarquable et le rôle lui va comme un gant, mais encore une fois peut-être plus en hommage au premier Docteur qu'à ceux du reboot.

          Je parlais des attentes concernant Clara et elle est effectivement au centre de la saison. Pour la première fois, c'est presque davantage le personnage principal qu'un simple "compagnon" car elle est le regard humain qui découvre ce Docteur avec nous, presque notre moyen d'entrer dans cette saison. D'un autre côté, la résolution du mystère de "l'impossible girl" n'est pas même mentionnée. Mais je pardonne aisément cela au vu de la relation extrêmement intéressante entre Clara et le Docteur, loin de la relation de couple qu'on pouvait sentir chez les autres et plus proche d'une relation père-fille des plus touchantes.

          Sur le plan de la construction de la saison, après la précédente très bancale, celle-ci annonce un format qui me plaît beaucoup. Un premier épisode long, des épisodes one-shot ensuite (mais bien plus pertinents que ceux de la saison 7 où on frolait parfois le "sans intérêt") avec un fil rouge très grossièrement mis en place mais aussi plutôt intéressant, un final qui nous l'explique et propose une belle conclusion à plusieurs pistes lancées dans la saison et enfin un épisode de Noël excellent. Vraiment, des saisons aussi efficaces et réussies, on en redemande !

          Je parlais d'hommage aux débuts de la série, et cela se ressent dans énormément de références et de dialogues. Les dialogues avec le Père Noël dans l'épisode spécial sont savoureux, le "Are you my mummy" de l'épisode 8 extrêmement bien amené, et la rencontre avec Robin des Bois excellente. Bref, quelques épisodes moins réussis comme In the Forest of the Night mais à côté de cela beaucoup de très bons épisodes voire de chefs-d'oeuvre comme le braquage SF de Time Heist. Je rassure les fans pour autant : vous aurez votre dose de Daleks, de Cybermen et même le méchant final aura un air de déjà vu... Malgré un nouveau Docteur, la saison s'inscrit donc parfaitement dans la mythologie de la série et forme une pure saison de divertissement SF comme les Docteurs d'Ecleston et Tennant savaient par exemple nous en offrir.

 

Liste des épisodes de la saison 8 :http://img4.hostingpics.net/pics/815410DoctorWhosaison8.jpg

 8x01 - Deep Breath

 8x02 - Into the Dalek

 8x03 - Robot of Sherwood

 8x04 - Listen

 8x05 -Time Heist

 8x06 -The Caretaker

 8x07 -Kill the Moon

 8x08 -Mummy on the Orient Express

 8x09 - Flatline

 8x10 -In the Forest of the Night

 8x11 -Dark Water

 8x12 -Death in Heaven

 Episode de Noël - Last Christmas

 

 
   Par Robert Mudas.

 

A lire aussi :

 - La science-fiction peut être réussie en série, mais aussi en BD avec Universal War One ! 

 - Le voyage dans le temps a aussi été utilisé au cinéma, dans Edge of Tomorrow par exemple. 

 - David Tennant n'est pas que le Docteur, retrouvez-le dans un rôle très différent dans Broadchurch.

Partager cet article

Repost 0
Published by Robert Mudas - dans Séries télévisées
commenter cet article

commentaires

EDEN g 03/09/2015 00:08

I love le doctor ( david tennant ) trop beau je suis tombe amoureuse de lui inteligent canon je l' adore

Cathy 30/12/2013 12:28

Ouais mais bon, la gueule de la solution aussi... :D

Cathy 29/11/2013 10:53

Oui d'ailleurs je me demande si on n'a pas déjà passé le nombre de régénérations en fait parce qu'on voit un autre docteur dans le mini épisode "The Night of the Doctor" non ?

Robert Mudas 30/12/2013 12:15



C'est marrant, l'épisode de Noël répond à cette question et trouve même une solution, c'est fort !



Cathy 28/11/2013 19:28

Tiens je vais écrire ici pour changer. :)

Je ne suis pas vraiment d'accord sur deux points :
- La série n'est pas potentiellement interminable. Le Docteur peut se régénérer 13 fois et nous apprenons avec l'épisode anniversaire que nous en sommes déjà à 12. le prochain docteur sera donc
logiquement le dernier. Cela dit, il existe plein de théories contradictoires sur le sujet. :)
- Pour moi, les épisodes ne peuvent pas se regarder indépendamment les uns des autres. Alors oui, c'est vrai pour certains épisodes, mais dans leur ensemble, ils se suivent réellement. D'ailleurs,
ça m'est arrivé plusieurs fois de ne pas comprendre quelque chose parce que j'avais raté un épisode de Noël ou autre.

Sinon pour le reste, je suis plutôt d'accord. Tennant et Rose restent mes préférés, suivis de très près par Donna. J'aime moins l'ère Moffat car elle est souvent trop complexe et rompt trop
nettement avec les précédentes saisons. J'aime assez Clara, la nouvelle compagne du docteur (il faut dire qu'il y a toujours eu un truc qui m'a dérangé chez Amy).
L'épisode des 50 ans était super sympa. J'ai bien aimé la "confrontation" entre Matt Smith et David Tennant (qui m'a fait prendre conscience que Matt Smith ne s'en sortait pas si mal que ça tout
compte fait) et John Hurt était lui aussi très convainquant. Et puis niveau scénar, ils nous ont prouvé qu'ils ne faisaient pas n'importe quoi puisque on apprend à la fin de la saison 4 que les
seigneurs du temps sont toujours vivants et semblent coincés on ne sait où.

Ca va être long d'attendre Noël maintenant !

Robert Mudas 29/11/2013 10:42



J'ai confiance en la série pour pallier le truc des 13 régénérations (il me semble que c'était 12 non ?) afin de prolonger la série après Capaldi, je ne les vois pas arrêter sur ce prétexte.
Après tout, ils ont même contourné le problème de sa mort définitive dans une des dernières saisons...


Oui c'est vrai qu'il y a une continuité qui fait la force de la série, mais je veux dire que pas mal de français découvrent en ce moment Doctor Who par sa diffusion sur France 4 et généralement
ils ne suivent pas tous les épisodes en continu mais apprécient quand même l'univers de la série. Donc je pense que c'est une série (et c'est vraiment l'idée de la dernière saison) qui peut se
voir en one-shot sans être paumé, contrairement à d'autres comme Lost par exemple.


Et comme toi, je trouve que l'épisode des 50 ans a permis d'inscrire vraiment Matt Smith dans la continuité des Docteurs en mettant en avant ses mimiques, ses particularités et son originalité.



Contact

Participations, encouragements, insultes...
ludiculture@yahoo.fr

Rechercher