Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 octobre 2007 4 18 /10 /octobre /2007 16:07

Monsieur Bajram ou l'art de construire une histoire

Scénario et dessin de Denis Bajram
Edition Soleil
Série achevée en 6 tomes.
1998-2006


uw1.jpg


  Série de science-fiction, Universal War One, UW1 pour les intimes, est une véritable perle. Un chef-d'oeuvre. Une bande-dessinée culte.
  Pour quelques raisons évidentes. Un scénario béton, et quand je dis béton c'est que tout compte, tout est planifié, écrit dès le départ et que rien n'est innocent.
  A côté de cela, il y a un dessin assisté par ordinateur qui sied à merveille le scénario. Béton, le scénario, faut-il le rappeler.
  Derrière ce scénar (béton, d'ailleurs), des messages forts et traîtés de façon impressionnante. Comme toute oeuvre de science-fiction qui se respecte.
  Enfin, pour servir ce scénar - béton -, des personnages complexes, intéressants, et attachants, dont l'histoire est révélée peu à peu au fil des tomes.
  Comme dans un scénar béton, quoi.


Tome 1
: La genèse
uw11.jpg
  Dans le futur, la Terre est tout entière unifiée aux mains de l'United Earth Forces. Mais une menace de guerre silencieuse apparaît : un gigantesque mur ténébreux et infranchissable dans lequel l'espace-temps est entièrement déréglé. L'escadrille Purgatory, composée de soldats très peu conventionnels, image réduite de l'Humanité avec ses défauts et des excès, sera la première confrontée à ce problème.
  Un tome d'introduction particulièrement efficace, dans lequel on apprend peu à peu à connaître des personnages très bien construits et un univers tout aussi complexe. Le tome commence par un flasback concernant le passé d'un personnage, suit la progression d'un texte biblique et s'achève sur un impressionnant clifhanger, donnant à la série la structure qu'elle gardera tout du long.


Tome 2
: Le fruit de la connaissance
uw12.jpg
  L'escadrille Purgatory est passée à travers le Mur et se trouve maintenant en territoire ennemi. Un ennemi qui prend un nom, une motivation, et un potentiel danger.
  Bajram profite de ce tome un peu lent pou nous initier avec brio aux aléas des voyages spatio-temporels et pour nous montrer combien la folie militaire peut mener à la destruction. Quand on parle de morale sur le présent dans la science-fiction...


Tome 3
: Caïn et Abel
uw13.jpg
  Episode inoubliable, ce troisième tome ralentit l'action pour nous isoler totalement dans un paradoxe temporel brillamment mené. Dans la lignée des Barjavel et K.Dick, Bajram s'amuse à travers le personnage de Kalish à faire le bilan de tout ce que la science-fiction a imaginé pour rendre possible le paradoxe temporel.
Et en profite pour placer sa propre vision des choses dans un tome bouleversant d'intelligence et de beauté, dont la couverture même donne l'idée.


Tome 4 :
Le déluge
uw14.jpg
  Encore une fois, une couverture de toute beauté nous présente l'idée générale du tome : la catastrophe. La destruction de la Terre, rien que ça.
  L'album sortant au lendemain des attentats du 11 septembre, Denis Bajram se dit choqué: la réalité a rejoint la fiction. Finalement, le hasard a voulu valider sa conception péjorative d'une humanité auto-destructrice. La dimension temporelle reste présente, avec des personnages qui évoluent dans la même réalité que ceux du début de l’histoire… Profitons-en pour louer encore une fois le scénario qui sans aucune fausse note joue sur plusieurs trames temporelles différentes en même temps.
  Frappant également dans ce tome, la portée idéologique, avec un tableau d’une société future où règne un capitalisme de grande ampleur (Le MacDo comme restaurant gastronomique m’a beaucoup marqué…)
Un tome d'une finesse rare et à la fin inattendue.


Tome 5 :
Babel
uw15.jpg
  On pouvait donc faire encore plus sombre que le précédent tome... Les héros sont cette fois-ci catapultés dans un futur apocalyptique. Les héros, tout autant losers qu'au début de l'histoire, semblent les derniers survivants à pouvoir faire quelque chose. On sent vraiment dans ce tome encore une fois très bien écrit leur déroute et leur perte de repère.
  Bajram nous amène avec eux vers la conclusion de son hallucinante fresque de science-fiction.


Tome 6
: Le patriarche
uw16.jpg
  Voilà donc la fin de la saga et toutes les révélations attendues, tout-à-fait logiques dans la continuité de l'histoire. Si l'on ressent en fermant ce tome une pointe de déception c'est parce qu'on vient de finir la série de bande-dessinée la plus réussie à ce jour.
  Avec, en prime, un joli idéalisme final qui nous empêche de sombrer dans la dépression après la noirceur des tomes précédents.


Par Robert Mudas

Partager cet article

Repost 0
Published by Robert Mudas - dans Bande dessinée
commenter cet article

commentaires

Fei 23/10/2007 21:11

"on vient de finir la série de bande-dessinée la plus réussie à ce jour".

Ah ouais rien que ça !!! ^^
Je serai pas aussi définitf que toi sur ce coup là, mais j'ai bien aimé cette série, ambitieuse et bien menée. La fin utilise des dei ex machina un peu trop gros à mon goût, mais l'ensemble est de très bonne qualité, et au cas où Aek lise ça, tout fan de BD se doit de lire la série.

Robert Mudas 26/10/2007 14:40

Oui rien que ça ! Moi, quand j'aime, j'aime !C'était surtout pour dire que jamais encore une autre série finie ne m'a laissé un sentiment d'enthousiasme tel que celui que me donnât UW1. Et ouais, moi j'emploie du subjonctif dans mes réponses. Et je fais qu'est-ce que je veux !Pour Aek, il ne passera pas ici de toute façon ; )

Ludiculture 26/10/2007 14:34

Ouais rien que ça. Moi, quand j'aime, j'aime, et pour l'instant, aucune série achevée ne m'a laissé un tel enthousiasme que UW1.

Papillon 20/10/2007 16:21

Je ne connaissais pas cette BD, ça à l'air sympa! En plus j'aime bien la science fiction, donc je pense que ça devrait me plaire. Et l'idée de mettre des titres en relation avec la Bible, c'est plutôt bien trouvé, parce que c'est vrai que quand on évoque la science fiction, il y a souvent des aspects de "nouveau monde" et de "rennaissance", qui peuvent faire penser aux histoires de la Bible.

Ben quand j'aurais l'occasion, et si je tombe dessus, je les lirais ces BD. :-)

Robert Mudas 26/10/2007 14:37

Ah oui c'est tout simplement indispensable !Ce ne sont pas seulement les titres qui sont en rapport avec la Bible mais même les chapitres qui suivent un peu la progression avec des extraits au début de chaque chapitre.Même s'il faut savoir que c'est une Bible du futur, un peu modifée sur la fin ; ). Enfin, lis UW1, tu comprendras !

Contact

Participations, encouragements, insultes...
ludiculture@yahoo.fr

Rechercher