Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 11:25

L'Homme le plus dangereux de Corse est une femme. 

 

Une série créée par Hugues Pagan

France

2006-2014

 

Avec :

Hélène Fillières : Sandra Paoli

Thierry Neuvic : Jean-Michel Paoli

Phareelle Onoyan : Carmen Paoli

Eric Fraticelli : Tony Campana

Frédéric Graziani / Philippe Corticchiato : Manu Mordiconi

 

Série terminée en 5 saisons de 8 épisodes chacune.

 

 

http://www.cineol.net/galeria/carteles/bigtmp_672serie.jpg

 

  Mafiosa est une de ces séries estampillées Canal qui a montré que la France pouvait aussi proposer de bonnes séries télévisées. Personnellement, ce n'est pas pour l'étiquette Canal que j'ai commencé cette série mais simplement pour son contexte : la Corse. La raison est toute bête : après des vacances sur l'Île de Beauté, j'étais fasciné par les charmes et par l'état d'esprit de ses habitants. Mafiosa a proposé un tableau sympathique de la fierté corse, ainsi qu'une série de qualité, aux préoccupations esthétiques originales (surtout au début) et aux intrigues policières intéressantes (surtout vers la fin).

 

  Le fil directeur de la série est son personnage principal : Sandra Paoli, avocate devenue, presque malgré elle, l'héritière d'un empire du crime corse. Entre les tensions partageant les clans familiaux et la difficulté pour une femme de s'intégrer parmi ces mafieux fiers et virils, les enjeux et problèmes sont multiples et variés. Evidemment, les meilleures intrigues proviendront de conflits familiaux et de trahisons entre proches, et c'est notamment la relation entre Sandra et son frère Jean-Michel Paoli qui alimentera les meilleurs épisodes de la série.

  Sandra est le point commun entre toutes les saisons, et j'ai envie de dire l'un des seuls. En effet, Mafiosa a la particularité de tellement se renouveler entre les saisons qu'on dirait presque parfois une série différente. En cela, la première saison était très étrange, avec un rythme lent et des passages hors-sujet déstabilisants. Et ce générique de fin, consistant à présenter le portrait de chaque personnage sur une musique mélancolique... Série novatrice, originale et osée, Mafiosa alors attachait par son audace et par son contexte, plus que par les qualités que l'on attend normalement des séries (le jeu d'acteur y était d'ailleurs très inégal...).

http://www.chronicart.com/wp-content/uploads/2014/04/mafiosa-subvention-canal+1.jpg

  La saison 2 introduit les hommes de main de la chef mafieuse, et ils vont tellement marquer la série qu'on se demandera au final comment ils ont pu être absents de la première saison. Toussaint, Manu, Tony, surtout les deux derniers et leur relation fraternelle complémentaire, vont faire tout le sel des manigances et des magouilles. La mythologie s'étoffe et rend plus crédible cette famille mafieuse, avec des lieux marquants (le Bellagio, pour ne citer que lui) et des personnages récurrents enfin identifiables.

 

  La saison 3 sera la conclusion logique de la relation Sandra / Jean-Michel : une lutte fraternelle déchirante, avec tous les pions que cela devra faire bouger. L'apothéose de la série, même si le ton se cherche encore parfois.

 

http://image.toutlecine.com/photos/m/a/f/mafiosa-le-clan-2006-30-g.jpg

 

  La saison 4 a été annoncée comme un retour fracassant, alors que selon moi elle a oublié l'intérêt du contexte corse. Sandra et ses compères débarquent à Paris pour y posséder des cercles de jeux. C'est loin d'être palpitant et j'ai trouvé ce retour assez moyen, même si encore une fois les enjeux de rivalité amenaient de l'intérêt et du suspense. Sandra est alors métamorphosée, méconnaissable par rapport au début de la série, et il faut aussi du temps pour s'y faire.

 

http://seriestv.blog.lemonde.fr/files/2012/03/mafiosa.jpg

 

  La dernière saison a la bonne idée de revenir s'installer en Corse et de bien conclure toutes les intrigues en cours. On pourrait avoir tendance à trouver la fin facile et évidente (honnêtement, je m'attendais à l'acte déchirant qui y a lieu ainsi qu'à la toute dernière scène) mais la conclusion était quelque part totalement inévitable et la fin de la métamorphose de Sandra est fascinante. Les bonnes séries criminelles montrent toujours le changement radical d'un personnage normal au départ (souvenez-vous de Walter White...) et Mafiosa ne déroge pas à la règle : rien que ses relations amoureuses, plus ou moins mises en avant dans chaque saison mais toujours présentes et différentes, montrent l'évolution de l'état d'esprit de Sandra.

 

http://images.telerama.fr/medias/2014/04/media_111070/mafiosa-le-debut-de-la-fin,M146295.jpg

 

  L'esprit corse est là grâce aux personnages secondaires, qui ont selon moi permis à la série de survivre. De l'accent de Tony à la gentillesse de Manu, de la sagesse de Toussaint à la douceur de Saudade, les personnages sont touchants et intéressants. Les deux dernières saisons ont même réussi à introduire de bons personnages de policiers, ennemis intéressants des Paoli. J'ai cependant beaucoup de mal avec un procédé qui a eu lieu à deux reprises dans cette série : le changement d'acteur pour interpréter le même personnage. Autant la disparition horrible de l'interprète de Manu entre les deux dernières saisons a été un drame bien involontaire pour les créateurs, autant le changement d'acteur pour le commissaire Rocca entre les deux premières saisons me reste encore en-travers de la gorge tant j'aimais le style de ce personnage. Pour les autres personnages, le jeu est encore relativement inégal (Linda Hardy ne brille pas vraiment par ses qualités d'actrice dans la fin de la série par exemple...) mais la série garde malgré tout ce charme qui fait qu'on lui pardonne beaucoup de choses.

 

  Et puis, bon, on va quand même pas se fâcher avec les corses...

 

http://www.actucine.com/wp-content/uploads/2012/06/Mafiosa.jpg

 

  Par Robert Mudas.

 

A lire aussi :

 - Une autre série Canal, pas du tout dans le même esprit : WorkinGirls.

Partager cet article

Repost 0
Published by Robert Mudas - dans Séries télévisées
commenter cet article

commentaires

Contact

Participations, encouragements, insultes...
ludiculture@yahoo.fr

Rechercher