Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 septembre 2013 1 30 /09 /septembre /2013 09:45

Inédit en France.

http://robot6.comicbookresources.com/wp-content/uploads/2011/08/DCN52_Poster-787x1024.jpg

 

Cet article est la suite directe de ce précédent article, qui était déjà la suite de celui-ci, et si vous n’avez pas lu ces deux articles avant celui-ci, je ne sais plus quoi faire de vous…

Les plus logiques d’entre vous auront compté que j’ai parlé de 9 séries dans mon premier article, de 9 séries dans le deuxième, et que tout ça, ça fait 18 et pas 52, alors que le New 52 propose 52 séries. Bah oui. Sinon, on l’aurait appelé le New 18 hein.

C’est que, mises à part les trois séries de Green Lantern Saga que je n’ai pas lues, le reste est encore inédit en France (et le restera jusqu’à jamais pour certaines séries) et c’est carrément en Angleterre ou aux USA qu’il faut aller chercher ces 31 séries manquantes.

C’est personnellement ce que je fais pour quelques unes, que je me charge de vous présenter ici.

 

 

Birds of prey

http://www.panelsonpages.com/wp-content/uploads/2011/06/Birds_of_Prey.jpgScénario : Swierczynski. Dessin : Saiz (tome 1), Foreman (tome 2).

Tome 1 : Trouble in mind.

Tome 2 : Your kiss might kill.

Tome 3 : A clash of daggers.

                Cette série reliée à Gotham City (Batman y fait une apparition, Batgirl devient un membre de l’équipe et le tome 2 est lié à la fameuse Nuit des Hiboux) présente une équipe exclusivement féminine et dirigée par Black Canary. L’équipe est sympathique car peu crédible : Katana semble bien tarée, Batgirl n’a aucune confiance en Poison Ivy (qui pourrait l’en blâmer ?), Starling a l’air un brin bizarre aussi et même Black Canary semble avoir, à partir du deuxième tome, un passé assez sombre. L’équipe doit donc prendre ses marques, et apprendre à fonctionner ensemble, face à des ennemis assez organisés qui ont tendance à les dépasser. C’est aussi cela, l’intérêt de cette série : présenter des super-héros qui peuvent se montrer parfois dépassés par les événements.

Le premier volume est assez léger, volume de présentation et de constitution d’équipe oblige, mais il s’avère aussi original par une trame scénaristique assez osée (une perte de mémoire des héroïnes vient perturber leur avancée ainsi que notre lecture). Le tome 2 sera quant à lui vraiment très bon, avec une Poison Ivy qui prend toute sa dimension en tant qu’éco-terroriste. Un tome 2 très enthousiasmant qui donne vraiment envie de découvrir la suite.

Le tome 3 est sympathique et efficace, meme si la série peine à rester fidèle aux bonnes promesses du depart. A la suite des événements du tome 2, l’équipe change radicalement, et cela me déçoit un peu car je n’aime guère les équipes fluctuantes changeant de membres à chaque arc (comment bien développer les personnages avec ce procédé ?). Ici, un personnage qui faisait l’originalité de l’équipe la quitte et même s’il est remplacé par un personnage de la même tempe, cela ne se fait pas sans déception selon moi. Arrive aussi le premier membre masculin, le Condor, qui, à part amener un homme dans l’équipe féminine et avoir un nom d’oiseau, n’a selon moi aucun intérêt… L’histoire se lit cependant avec plaisir, et voyons ce que la suite de la série réserve à Black Canary car les problèmes n’ont pas l’air terminés pour elle.

 

 

 

 

 

                Demon Knights

http://www.bsicomics.com/wp-content/uploads/2012/07/DEMONK_V1.jpgScénario : Cornell. Dessin : Neves.

Tome 1 : Seven against the dark.

Tome 2 ; The Avalon Trap.

Plus proche de l’héroic-fantasy que du genre super-héroïque, Demon Knights surprend et déstabilise au sein des 52 nouvelles séries, mais y apporte aussi une certaine forme de fraîcheur. Dans une époque médiévale peu précise, des combattants se retrouvent en plein milieu d’un siège mené par une armée appelée « La Horde ». Parmi ces combattants, Jason Blood et son avatar démon, Etrigan (ou l’inverse « Etrigan et son avatar humain… »), l’amante des deux Madame Xanadu (ou peut-être la Dame du Lac d’après ce que laisse penser le deuxième volume), le terrible Vandal Savage, l’Amazone exilée Exoristos, l’ingénieux Al Jabr, le très digne Shining Knight et la – je comprends toujours pas ce perso au bout de deux volumes – Horsewoman. Unis de façon plus ou moins cordiale face à un ennemi commun, ils vont composer malgré eux une équipe de résistance. Le premier tome nous surprend par cette époque, par ses personnages et par son intrigue digne d’une bonne série de fantasy.

Le deuxième ira encore plus loin avec une intrigue totalement reliée à Camelot et aux contes de la Table ronde (le Roi Arthur et Morgane sont même présents, c’est dire !). Une histoire bien menée et une fin qui nous donne vraiment envie de lire la suite : bref une bonne surprise du new 52. Quel dommage que la série a vu son annulation annoncée après une vingtaine d’épisodes, il y avait peut-être plus de possibilités et de choses à dire dans cet univers que dans la pléthore de séries dédiées à Gotham City…

 

 

 

 

 

Green Arrow

http://www.comicsblog.fr/images/editeur/Steeve/DC%20couvs/1310671168.jpgScénario et dessin : Jurgens.

Tome 1 : The Midas Touch.

J’avais peur de ne pas apprécier ce héros et… j’avais raison ! Un premier volume beaucoup trop facile qui synthétise tous les écueils classiques du récit de super-héros : le justicier s’en sort de façon totalement illogique face à de multiples adversaires bien plus forts que lui, sans que le récit nous ait vraiment expliqué comment cela a pu être possible. Pire encore, on est totalement dans le cas classique et devenu totalement ridicule du mec qui met des lunettes et qu’on ne reconnaît plus : en témoigne cette scène où Midas attaque Oliver Queen, qui disparaît soudainement aux toilettes et réapparaît en Green Arrow. Non mais franchement, personne ne le reconnaît ? Il parlait avec Adrien à la case d’avant, il revient avec la même voix, la même silhouette, la même carrure, la même coupe de cheveux mais un pauvre loup vert autour des yeux et… ah bah non on connaît pas. N’importe quoi… Et le scénar, assez faiblard bien que divertissant, ne sauvera pas la série dans laquelle Green Arrow ne fait globalement que subir des attaques contre lui et essayer de se défendre tant bien que mal. Rien de novateur donc, mais du récit de super-héros classique avec ses traditionnelles attentes et ses traditionnels défauts…

Après ce mauvais départ, la série est maintenant entre de meilleures mains (celles de Lemire) et publiée en français à la fois dans le magazine Justice League Saga et en librairie, et tout le monde dit que c'est meilleur.

 

  

 

 

 

 

 

              Justice League Dark

Scénario : Milligan. Dessin : Janin.

Tome 1 : In the dark.http://www.majorspoilers.com/wp-content/uploads/2011/10/Justice_League_Dark_Vol_1_1_Textless.jpg

Je n’ai lu que le premier volume dans ce format car la suite (avec changement d’équipe créative) est actuellement publiée dans le magazine DC Saga comme mentionné ici. Je m’y suis perdu un peu au début dans cette histoire mystique par rapport à une Enchanteresse / June Moone que je ne connaissais pas, mais j’ai apprécié les personnages (Madame Xanadu, la même que dans Demon Knights mais à une époque différente !, Zatanna, Deadman, Shade ou encore et surtout Constantine) et la constitution d’une équipe sans vraiment le vouloir car tou-s sont confrontés aux mêmes éléments. J’aime cette structure et ces équipes où les personnages ne s’apprécient que peu et ne se font pas vraiment confiance. La trame mystique est à côté de cela intéressante et ajoute un côté « dark » bienvenu dans l’univers DC.

Une bonne découverte, et de très beaux dessins où les personnages ont furieusement la classe.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                Red Hood and the Outlaws

http://media.dcentertainment.com/sites/default/files/files/2011/11/RHOODO_Cv6_aksjdhfas6dfas7d986fasg.jpgScénario : Lobdell. Dessin : Rocafort.

Tome 1 : Redemption.

La grosse déception pour moi. J’avais bien envie de suivre les aventures d’un des anciens protégés de Batman, mais ici l’équipe ne tient pas du tout la route. Red Hood y est peu intéressant, alors que l’intrigue elle-même est centrée sur son passé, on ne sait pas trop ce que vient faire Starfire là-dedans à part permettre au dessinateur de s’éclater sur ses poses lascives : elle arrive comme un cheveu sur la soupe et s’allie avec Red Hood sans aucune explication sur ses motivations. Son combat contre un mec qui déteste les aliens sera assez fun mais presque anecdotique et totalement distant de l’histoire centrale. Quant au troisième larron, Arsenal, ersatz au rabais de Green Arrow, il a encore moins de profondeur.

                Une série sans intérêt pour moi, je ne lirai pas la suite sauf si dûment conseillée par les amis. Le dessin est cependant bon, mais les nichons de Starfire ne font pas tout…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                Suicide Squad

http://images4.wikia.nocookie.net/__cb20110712090239/marvel_dc/images/c/c3/Suicide_Squad_0004.jpgScénario : Glass. Dessin : Dallochio, Henry, etc.

Tome 1 ; Kicked in the teeth. 

Tome 2 : Balisisk Rising

Tome 3 : Death is for suckers.

La grosse claque pour moi : un premier tome dynamique, violent et très amusant. C’est évidemment Harley Quinn qui m’a donné envie de lire cette série et j’ai vraiment bien fait, d’autant plus que la fin de l’album est reliée à ce qui s’est passé au début de Detective Comics pour son fameux « Monsieur J ». L’idée de base rappelle un peu les Thunderbolts de chez Marvel : des condamnés super-vilains constituent sur la demande des autorités une équipe chargée des sales missions, en échange d’une réduction de la peine. Autant dire que ça saigne, ça tabasse, ça bourrine, et c’est super enthousiasmant à lire.

Les personnages ne sont pas vraiment traités en profondeur, mais on s’en fout un peu car tout est là pour nous rappeler qu’ils sont largement dispensables (l’équipe aura rarement les mêmes membres d’un épisode sur l’autre, d’ailleurs !) et qu’ils sont de la chair à canon dans les missions où ils sont envoyés.

 

Le deuxième tome est très bon aussi, avec une intrigue suivie qui donne du fil à retordre à l'équipe qui a été présentée au premier tome.

Le troisième tome m'a cependant beaucoup déçu, avec trop peu de nouveauté. Le retour obligatoire du Joker ne touche qu'Harley et pas l'équipe, ce qui rend le passage un peu longuet pour une série d'équipe. Puis le retour de personnages censés être disparus m'a un peu ennuyé. La série va prendre, je le sais, un vrai tournant avec l'événement Forever Evil mais c'est un peu dommage de ne pas continuer dans la bonne lignée du début.

 

 

 

 

 

 

 

 

                Teen Titans

http://www.comicsplace.net/wp-content/uploads/2013/01/teen-titans-11.jpgScénario : Lobdell. Dessin : Booth.

Tome 1 : It's our right to fight.

Bonne surprise pour le coup ! Après Nightwing (Dick Grayson), Red Hood (Jason Todd), Tim Drake est le troisième ancien Robin et il a quant à lui pris l’identité super-héroïque de Red Robin. Dans Teen Titans, il constitue une équipe qui se charge de lutter contre une organisation voulant capturer tous les adolescents à pouvoirs méta-humains. Dans l’équipe on retrouvera notamment Kid Flash, Wonder Girl, Bunker, et le premier tome revient aussi sur les origines de Superboy.

Teen Titans réussit là ou la série Red Hood échouait (et c’est pourtant le même scénariste aux commandes !). Ici le scénar est clair et efficace, on comprend d’où viennent les persos et ce qu’ils cherchent ou trouvent dans cette alliance. Les ennemis sont définis et intéressants, et tout s’orchestre bien, et de façon dynamique.

Côté dessin, c’est très bon, avec notamment une stylisation de la vitesse de Kid Flash franchement géniale (cf la double-page où il sauve Solstice).

Il paraît que la suite, crossover avec la Legion Lost, est moins intéressante mais cet album a été pour moi une bonne surprise, mis à part peut-être le traitement trop faible appliqué au personnage de Solstice que je ne comprends pas bien.

 

Par Robert Mudas.

Partager cet article

Repost 0
Published by Robert Mudas - dans Bande dessinée
commenter cet article

commentaires

Contact

Participations, encouragements, insultes...
ludiculture@yahoo.fr

Rechercher